Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 19:22

Posons le fait que c'est le premier soir que je passe en la ville, sous les nuages qui s'écaillent blancs dans le soleil blanc, couchant qui descend lentement sur les cîmes du Frugy, sommet du quartier gauche de la cité des diocèses et de Gradlon, posons le fait que je viens d'y aménager, vu que par deux fois piraté, facebook me lamina jusqu'ici. Bon. C'est donc le premier soir. Les aiguilles de Corentin pointent fièrement ses lances gothiques acérées, dessus les deux tours de sa cathédrale. Bien. Remarquer la chute de la phrase, et le silence qui semble suivre la prière au Pays de Kemper où je vis comme d'y être arrivé, là, ce soir, au ciel délavé après le crachin de tout le matin, remarquer l'écoute du mot posé ainsi que flocon de roses, pétale à l'un donné quand le parfum reçu du second sur la ligne, et vous saurez comme calme et satisfait je suis. Maintenant, retrouvée, ainsi qu'un temps de Proust, cette page Facebook, délaissée malgré moi tout un mois par demi. Si ! De mesquins esprits psychopathes osent encore jouir de la souffrance qu'ils font à décapiter les têtes qui les nuisent. Si, c'est de la mienne deux fois qu'il a été d'une découpe à la tranche. Les vents tombent aussi sur les vallées d'Ys et de l'Odet. Mais le Divin est plus sage que n'importe quel humain de sa main créé, qui se venge, le Divin redonne souffle serein aux arbres qu'il effeuille, aux fleurs, baisers d’Éole, aux parfums qu'il enchante en plusieurs bouquets. Les humains n'ont pas plus le pied sûr que la certitude du lendemain. Alors, ils se jouent d'eux-mêmes en faisant disparaître quiconque leur émoustille l'aigreur ou la rancune. Mais, c'est tombée du soir, lentement se traînent les heures, je goûterai bientôt le lieu acheté aux Halles, anciennement monastère Franciscain. Mes convives, mes champêtres invités, mes charmants compagnons sont tous là, sur la table de l'écrire et du manger : livres, et feuillets de travail, revues sur pile, et piliers d'ouvrages disparates, eux au moins, ils ne me trahiront jamais. Soit. Alors, c'est donc mon premier soir, sur la nouvelle page-ci, bonsoir Quimper ! Point de pirates à l'horizon qui se pare d'or solaire. Guère plus de bandits des quatre chemins, la chouannerie est passée depuis bien des lurettes. Aux grands gémissants qui revinrent le soir, c'est encore Hugo en mon logis qui parle... à mon divin secret de Grande Solitude Nietzschéenne quelque peu. Bonsoir, attablons-nous, prenons place où personne ne viendra nuire à la tablée. Du poisson vous dit ? Je n'en ai qu'une part. Nous allons faire prière du soir, et le Jésus du ciel nous en donnera dix mille. Pêche miraculeuse. Si fait, les agapes finies, on ira rêver à d'autres repas plus ou moins chrétiens, inventifs et inventés. puisque de ma fenêtre, les cyprès sont des Van Gogh tout dans le vent du soir décoiffés. Qui en fractionne le pain des heures, au festin du bien-être, sur terre, et en ce coin du Cosquer l'endormie ?... Suis-je bien seul, qu'il y en a plusieurs... La mie d'amis, les secrets de mes livres.. pour ce repas du soir solitaire sur la terre en Finistère...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche