Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 00:00

Helene Schjerfbeck (1862-1946), artiste finlandaise

 

~~ Il n'est si mauvais livre dont on ne puisse tirer quelque chose de bon (Pline l'Ancien).

 

SchjerfbecK.jpg
REMBRANDT /  AUTOPORTRAIT AUX YEUX HAGARDS (ou révulsés)

 

 

11.jpg

 

 

 

COURBET

 

 

courbet.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Léon Spilliaert

 spilliaert-leon-1881-1946-belg-autoportrait-.jpg                                                                                                                                                           

 

LA MARCHE VERS L'INFINI

 

 

Regarde en toi-même

la vraie

personne y est

cachée -

 

Briser l' Ego

La tâche la plus ardue

qu'il te soit donnée

d'accomplir

sur cette petite parcelle

de terre où tu te trouves

 

Quand j'ai lu dans les lignes des cahiers

J'ai su que le monde

était ailleurs

 

A mes premiers dessins

j'ai pris conscience

du portrait de l'omniscience

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dès les premiers sons

de musique

J'ai capté les soupirs

du meilleur des mondes  

 

- LA HAINE, elle m'a montré son visage le plus odieux, qui pourtant était toujours de l'amour, mais inversé ;

LE DOUTE, il m'a montré la peur au demeurant, or lorsque nu, je me suis demandé : de quoi aurais-tu peur ?

Le Doute a disparu....

 

J'ai dansé auprès des fleurs sauvages, j'ai chanté avec les oiseaux, après la pluie ;

J'ai perçu le roucoulement piquant du ruisseau des forêts et des sous-bois ;

J'ai résisté à l'effroi ;

                                       Je suis prêt à gagner le Prieuré de l' Infini ;

                                          Là-bas où Dieu a déjà préparé le nid

                                     afin que je L'écoute au mieux parmi les anges ;

 

J'ai gagné l'estime des nuages pour avoir laissé passer mes plus mauvaises pensées ;

J'ai gagné la reconnaissance des étoiles pour avoir mis de côté l'orgueil ;

J'ai participé à la marche du monde en restant silencieux hier, fête des Pères, et seul,

J'ai opté pour la solitude afin de percevoir au plus profond de moi la douceur d'être au monde Du Vivant ;

                                      J'ai su du vent que le savoir n'est que du vent ;

                                      J'ai vu le Beau dans les poèmes du Valable ;

 

J'ai  - ô cher semblable intime - , j'ai gagné l'amitié durable avec le sable humain au bord des rives du certain ;

Plénitude, l'infini, j'ai marché dans le rêve ; j'ai touché Dieu des yeux, le sommeil ajouté à la rêverie du matin ;

Infini, Plénitude, j'ai marché sans bouger vers là-bas où tout demeure silencieux, un Prieuré

                                    que mon âme poursuit tandis que sa présence nous précédait.

 

                                     Les lieux vous viennent dès lors que vous savez les accueillir.

                                     Les lieux des cieux sont sur la terre.

                                     Et sur les mers sont leurs prières....

                                     Les lieux vous viennent, les lieux, les gens, sans jamais même les avertir

                                     qu'au beau moment quand l'âme est prête, et cela, bien silencieusement...

                                     sans que rien vous n'y faîtes !

                                     Les lieux vous viennent, les lieux, les gens : - Par l'amour, soyez en fête !

                                     Vous marchez vers votre Infini !....

                                     (C'est vrai, je vous le dis....

                                     Je l'ai perçu dans la nuit, en plein jour, hier était aujourd'hui,  est-ce bête !...)

 

~~ On attrape l'oiseau avec des graines, et l'homme avec des écus (proverbe russe).

Partager cet article

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article

commentaires

Depluloin 20/06/2012 19:18


Ces peintres savent soigner leur regard. Quoi de plus normal mais c'est flagrant dans cette série ! 


 

Saint-Songe© 21/06/2012 09:13



J'abonde en votre sens (puisque je les ai placés)



Jeanne R. 18/06/2012 11:29


PS : C'est tout de même, le mien, celui du Parc de la Tête d'Or, à Lyon, qui a ma préférence !

Jeanne R. 18/06/2012 11:27


Le lac de Nantua est certes moins coquet que celui d'Annecy, lequel a encore moins d'atouts que celui de Lamartine, mais il a, quand même un charme fou surtout
quand les étoiles s'y reflètent.

Saint-Songe© 18/06/2012 16:47



Déjà que le lac de Nantua est un étang...


Quand le plan d'eau de Lamartine en suspend tout le temps !



Jeanne R. 18/06/2012 00:30


Très beaux portraits pour une très belle idée de les donner à voir, et très beau poème qui suit !!

Saint-Songe© 18/06/2012 06:09



y en avait-il sur les reflets de l'onde de l'étang de Nantua ?


Un portrait ajouté, celui de Baudelaire en couverture du livre reçu en cadeau commandé à mon fils:


Baudelaire, le monde va finir (d'andré Hirt) - éditions Kimé -



Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche