Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 15:19
La Psychanalyse Hypnotique à la Rothko

La Pensée suspendue au fil de "sa folie" voit rouge...

La Psychanalyse Hypnotique à la Rothko
Repost 0
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 14:31
Balthus (la leçon de guitare)....& . Les musiciens, 1921, François-Emile BarraudBalthus (la leçon de guitare)....& . Les musiciens, 1921, François-Emile Barraud

Balthus (la leçon de guitare)....& . Les musiciens, 1921, François-Emile Barraud

Chemin spirituel des chairs érotisées

 

Enlacement des Penisneid & Germen jusqu'au-delà la Petite Mort
 "Intérieur", ou "le Viol", /...Edgar Degas -

"Intérieur", ou "le Viol", /...Edgar Degas -

Enlacement des Penisneid & Germen jusqu'au-delà la Petite Mort
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 10:03
Expo Solo Show: Dove ALLOUCHE "Mea Culpa d'un sceptique"

Expo Solo Show: Dove ALLOUCHE "Mea Culpa d'un sceptique"

Riche d'un suicide différé, en une mélancolie fragmentaire lunaire, lunatique terrestre, le ton du jour n'est que la rythmique du phrasé de chaque minute l'autre, au pendant aphoristique des secondes, viens donc ici, Cioranesque ami, je t'expliquerai le monde qui n'est pas, lequel est encore une scansion immoraliste, allons donc, viens à moi, je t'expliquerai mon Précis des compositions décomposées ! Le soleil est posé sur le palier du ciel au seuil des nuages, il nous offre le monotone de fin d'automne, hivernal mobile à la Calder, ça balance dans l'air.... 

Je suis l'Empereur des Cicatrices, fatigué des Crépuscules, c'est encore l'entre-deux ambiguités du Temps, le jour vient de commencer, c'est déjà le début de la nuit, ou du moins, une amorce de Nocturne sans Chopin, rien ne s'y joue, ici... Dormir debout ne fait la moue, la pensée est le relief des reprises dansantes des Ancolies dont le manque titille nos actions.

Essence des Parfums de Décompositions : "quand on ne peut se délivrer de soi, on se délecte à se dévorer," défaille encore en mon sang épais et lourd du Cioran sans haine d'amour !

Toute mélancolie se mérite, eh oh ! Ben ho, aimes-tu t'ennuyer, et te pendre à l'ennui, flâner, errer, au vague à l'âme, tel Sorrow dont la cicatrice est solaire-lunaire, à double tranchant machiste saphique ?

Sans avoir la science infuse, où donc trouver réponse aux grandes questions de la Vie, sinon à l'intérieur de soi, aux couleurs volcaniques de la Terre ?

Sorrow / Van Gogh

Sorrow / Van Gogh

Repost 0
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 07:45
Femme en larme (andré pierre Pinson)

Femme en larme (andré pierre Pinson)

L'Amour
est pour
lui m'aime
supplément
de deux manques
Amour-Art / El (ça date) - Généreux génie....
Fusion des corps (faire l'amour)
Fusion des êtres (communion mystique)
Rien n'est essence-ciel (tout est étoilé !) que le miracle de l’Émerveillement (L'autre est "toujours" un Je qui ne lasse jamais l'habitude de l' un) au-delà du "temps" de l' Éternité -
Promesse de quelle aube si celle-ci ne vient jamais ?
Hors présent indépassable : - Richesse du "je t'aime",ou pauvreté ?
Nul et rien n'est "parfait", tant le désir est partage et partagé,
changeant dans deux "histoires" instables.... de deux êtres rencontrés...
Cher réel impossible "amour" qui dure "toujours" sans jamais "durer" d'un "dur désir" d'aimer... le manque de l'autre par le manque du sien, il n'est d'autre destin (amoureux ?) !
Bataille déclame et déclare qu' "est miraculeux, ce qui est impossible, et pourtant là"... (de L'érotisme)
Et, sans Dieu, cet autre Amour de Saint-Augustin (qui fut marié) et autres femmes mystiques, où va le destin du Monde ? Et, l'âme d'un corps nu ?
Qui de l'amistat (amitié amoureuse) sur l'échelle de l'amour : porneia, pathos, éros, philia, storge - amour familial, en grec (tendresse) - Charis (grâce, et faveur), sinon Agapé - "amour divin" : "Quand je parlerais en langues, / Celle des hommes et celle des anges / S'il me manque l'amour (Agapé), je ne suis rien / Je suis un métal qui résonne / Comme une cymbale retentissante...
L'amour prend patience, / Rend service, Elle (amour, agapé) ne jalouse pas / Ne plastronne pas.... / Ne s'enfle pas d'orgueil ; ne fait rien de laid / Ne cherche pas son intérêt / Ne s'irrite pas.../ Ne pense pas au mal / Ne se réjouit pas de l'injustice / Mais elle trouve sa joie dans la vérité, elle excuse tout, croit tout, espère tout, endure tout...
(Vous aimez vous ? ...Vous aimez, ...vous ?...) Pour aimer l'autre, il faut d'abord s'aimer, semer l'amour, essaimer - et, s'aimer en l'autre qui vous aime tel que vous êtes, entier, non en parcelles d'amour, en tout l'être...qu'il est (ainsi sommes-nous surpris qu'une femme puisse aimer un terroriste, un dictateur, un pourceau, une hyène, comme d'une laide, un beau jeune homme, d'une professeure, son élève : c'est l'amour !... Que connaît La Justice, de l'amour , elle qui se doit d'être aveugle et impartiale ?...) ; lequel, laquelle se remémorre donc L'accomplissement de la Loi d'amour, via cette Epître aux Corinthiens, à mélanger tous les sentiments humains ?...
 
L' Ame d'un corps nu ?

L' Ame d'un corps nu ?

Repost 0
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 16:25
« Karuna » signifie « Compassion »

Lance la première pierre de "com-" Passion - et tout le monde saura pardonner...

 

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 10:24
Dieu reste dans l'obscurité

Libres seront nous, non à ce que nos jours n'aient souci ni souffrance, ni plus que nos nuits n'aient aucun désir-plaisir, pas plus que sans peine nos labeurs, ni guère de poèmes à diction du matin, prière au demeurant, psaume et/ou koan, mais bel et bien lorsque tous ces précédents précisés, ils enserreront nos journées entières à nous élever dessus toutes les conflictualités, nu et sans enchaînement ni entrave aucuns ; nul éloignement, mais abri des coeurs, trouvant lumière hors les contrastes de l'école Caravagesque ainsi qu'aux doigts et au couteau Rembrandt lui-même gagne à faire émerger le Mystère de la Révélation dans l'auréole minuscule de Lumière dedans une masse sombre...d'ombre..., par quelque alchimie picturale, autant que celui qui sait extraire de son être peccamineux toutes les faiblesses, tous les penchants ombrageux, tous les travers de sa personne pécheresse, tous les écarts maudits, toutes les erreurs passées, tous les chemins obscurs de sa clarté spirituelle, chacun d'entre nous valant pour n'être que pèlerin se rendant chez Emmaüs afin de trouver le souper meilleur, à la lumière de l'Humanité "une", source de merveilleux et d'intimes choses aux forces secrètes qui vont, de tradition en tradition, jusqu'en notre coeur qui apprend des mauvaisetés du Monde ambiant dans lequel nous sommes (tous) plongés dès notre naissance dont on a rien sollicité ; Jung approuve qu'en tout homme réside deux êtres : l'un, éveillé dans les ténèbres, l'autre, assoupi dans la lumière ; ainsi peignons-nous nos Rembranesques journées... faisant le ménage intérieur, quotidiennement, hebdomadairement, mensuellement, annuellement, toute la vie durant ! Poussière, que ne suis-je que voletant dans la lumière solaire et, lunaire, au nocturne peignant force pensées profondes, au couteau du psychisme et du mental blessés, inconsciemment toujours ? Notre plus petite chose dotée de sens a plus de valeur dans une simple vie que la plus grande chose si, de meilleure observance, elle en est révélée ! Je sais de Cervantès que les méchants sont toujours ingrats, alors je reste en compagnie des petites gens sans ambition orgueilleuse ! Désir, abîme de l'amour, si Pascaliennement dit, face à "la souffrance du monde, l'unique excuse de Dieu est qu'il n'existe pas", de fait, j'admire des .... Repas chez Emmaüs, souper et autres moments visités par l'auréole sainte ! Et ça, c'est quoi ça ?... L'âme se déploie ainsi qu'un Lotus aux pétales innombrables, frise en mon esprit l'écho de Khalil.... Gibran ! Je suis Hazebrouckois, et quand bien même en exil un peu partout, je demeure mystique flamand à lire Tauler ou Maître Eckhart, et même, père spirituel d'un mouvement flamand, Rusbroec, à curiosité de savoir ma mère née à Rubrouck sur des terres aussi paysannes que celles peintes par Van Gogh, en ses "mangeurs de pommes de terre", premier de ses tableaux...de sombre texture... Harphius, aussi, je lis...rhénan, de sentiments.

Dieu reste dans l'obscurité
Repost 0
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 08:46

Parti de rien à s'investir sans faille
on développe sa Passion 
Voix sans fil et dansant sans orchestre
où qu'on aille
Parti de rien écrire et lire avec les Sylvestre
Habitants des bois et des forêts 
de ses rêves d'enfant.... mille mailles !

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 00:02
Bazar de la chair humaine

Le foetus écoute la langue du Verbe par la voix de sa mère, et le timbre de l'Un, via l'oreille interne, Silence de celle qui ne parlait pas.

Quel bazar, cette chair humaine où même semence s'écoule, sève d'Eve et sueur d'Adam !

 

Repost 0
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 14:24
Je me fends d'un peau-aime à chanter pas à pas les appâts

- Est-ce de mon ressort de régler le chômage de masse ?

Je me fends d'un poème

à chanter pas-à-pas

Les appâts

de L'Amour page à page

tournée

du florilège des ombrages 

des pleurs en veilleur de chagrins

Je me fends et ne crains

ce que j'ose et ne fuis

du poème où je suis

saint d'ardeur à la vie

pour vos seins regardés

de mes yeux éblouis

qui s'unissent à la joie

de vous aimer

ainsi

Je me fends d'une nuit

jusqu'en quelle demeure

profonde

                  messager de votre coeur

par quelques doux baisers

ainsi que rais solaires plissent

pétales jolis des jeunes fleurs

 

Je me fends d'un peau-aime à chanter pas à pas les appâts
Je me fends d'un peau-aime à chanter pas à pas les appâts
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 00:31
Baroque vertueuse, Madeleine Repentante (au coin d'un pli)

Perds-tu la curiosité que tu vieillis

Baroque vertueuse Madeleine repentante

au coin d'un pli

mien courrier de naissance à la mort

(nudité des ailes), l'espoir seul est vainqueur

devant Eros échappé ou le démon moqueur !

Nue allongée au milieu des humains

que feras-tu comme ce jour 

demain ?

Nue et quasi ignorée bien malin

la pulsion du désir enfouie aussitôt qu'approchée !

Bijoux jetés au sol loin de toute nudité

Restée là où tarit la source émotive

à patienter que s'en aille le trouble nuageux

Ö Vertueuse Baroque Madeleine loin du Christ de l'Aretin

(l'art éteint nullement, néanmoins, que voici

Vos atours offerts comme si de rien n'était... ne fut, ni ne sera...)

Baroque vertueuse, Madeleine Repentante (au coin d'un pli)
Baroque vertueuse, Madeleine Repentante (au coin d'un pli)

From the 1979 double album "The Wall"

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique Oniromancie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche