Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 00:00
Loup bleu...à la première formation du Jour

Comme d'un Pissarro

soleil couchant et brouillard à Eragny

Jour au lever de l'intime qui hurle au loup bleu de la nuit
à toujours montrer le grand texte du ciel
à rêver davantage
en nos affinités d'un sésame
d'enfance
Est-ce au souvenir nulle grâce ?
L'ombre est décapitée telle une tête de Jean-Baptiste !
Le jour se lève...
Et, les pâleurs des clartés...
A peine dormi
Lambeaux de brume qui en scindent l'éveil -

Wilde et Artaud, son traducteur, ne furent pas heureux (et, ne citant qu'eux)

Quid en mon domaine locatif Hugolien

à l'intérieur duquel il ne s'y passe rien

que le temps de désapprendre et de appréhender nouveau Monde de Jourd'hui / Demain ?

Vallée de l'Oise en son Jardin

Il y reçut Monet Cézanne Van Gogh Gauguin

et de ma fenêtre ne voit que les toits et les cimes, c'est déjà bien...

à l’œil nu pointilliste la Générosité d'automne !

Wilde - La seule chose sérieuse, c'est l'art, et la seule, la moins sérieuse, c'est l'artiste...

(Maxime pour l'éducation des trop instruits)

Loup bleu...à la première formation du Jour
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 00:00

Une Curiosité de morceaux éparpillés, éphémères chimères...

Rêves prémonitoires tout au fond des forêts de l'univers -

Fermentation de Lumière...

Lignes dans un espace vide

Vie-Mort-Société? MONDE IMMONDE ?...

Fils dénudés de l'immensité...... par lesquels le courant des modes passe....

VIA...

ABATTIS, BRAS DROITS, POIGNETS CASSÉS

Vers 1890-1900 / Auguste Rodin (1840 -1917)

Mona Hatoum, Light Sentence.  Crédit Philippe Migeat/Centre Pompidou

Mona Hatoum, Light Sentence. Crédit Philippe Migeat/Centre Pompidou

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 00:00

Alors il n'y a plus de patriarche, tout feu follet orthodoxe éteint, ô frère de la Pureté !...

On change les prénoms à défendre nos palais...

Starets, ô frère Kara(mazov), quel peuple inspire à toute sainteté ?

Evanlige de La Pureté !

Dostoievskien affirmé....

Alors, on s'approche de la fin ? Qu'est-ce qui est terminé, tout feu follet orthodoxe éteint sur les Adrets ?

Dieu agit sur vos (mauvaises) pensées...

La bonne action se fait à l'immédiateté !

Toujours, remets-toi en question sans arrêt...

Starets !

Deleuze : fou, pourquoi croire en quelque chose que tu ne vois jamais ?

Ö Vous qui avez été la Conscience parfaite, où donc êtes-vous allée

pour faire taire les voix contre toute forme de Sainteté, à l'aval des Adrets...?

Lune, y était... Et, nos versants lunaires... Pierre roulante n'amassa pas...bruns yeux noisette du faux calme intranquille de Fantin-Latour, angoisse révélée en son autoportrait à tête légèrement penchée ..(1861)

Adrets tout feu follet orthodoxe éteint en l’œil angoissé de Henri Fantin-Latour
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 00:00
Vastitude de Vassily (Kandinsky)

Vassal de Vassily, en sa vastitude que voici, d'un Moscou imaginaire à un autre Murnau de même.

Il y résonne un monde qui ne raisonne. D'aise, d'art et d'histoire, on en dira pas plus.

Tous les lieux sont des Mythes, pour ce Père de l'Abstraction parmi ses pairs.

J'ai vie aussi chaotique que la sienne qui connut qu'un succès bien tardif.

Il fut bien bouleversé, notre beau "Cavalier bleu" (Der Blaue Reiter)

Toute vacuité est vastitude.

Dans un Tableau de Kandisky

Les enfants parlent aux enfants

de toute contrée de tout pays

en les charmant

de traits précis...

L'âme au silence loin du bruit

de tout corps

Présence du silence en laquelle

le son pur se fait entendre

Conscience de la pureté visuelle

intérieure

face à la peinture du Jeu d'enfant

interrogeant

le monde détaché de tout objet

L'amplitude de l'espace non-recherché

est ce qui reste dans l'absence de toute forme

dissolue -

Il n'y a plus que Conscience nue

après -

Petite Mort est moment de grande quiétude !

Ivre de paix et de quiètude...

dans un ...Quadrille !

Quatre temps sans grille !

L'enfant se réfugie facilement dans les arts poético-littéraires..

où s'y goûte nouvelle joie de vivre qui s'égoutte à travers

Tolstoï / Dostoïevski... L'âme russe...

Son goût va droit jusqu'aux Humanités...

Plaisirs de l'Opéra. Douceur de la Peinture...

Les audaces moscovites sont devenues artistiques & politiques...

Leçons de dessin. Autant de peinture. Musique, avec...

Vassily s’installera à Moscou pour l'apprentissage du Droit.

Economie, et Droit.

Parents divorcés, remariage de la mère avec un médecin.

Perte de joie.

A l'université, découverte de son maître : - Ivanovitch Tchouprov.

Sur la route de la mer de Barents... Mission scientifique

(sciences naturelles, anthropologie, ethnographie...)

Alors, il commence à entrer "dans la peinture" sitôt pour la première fois, entré en une isba !

Comme il convient à l'écrivain d'écrire par "nécessité" (et, non par je/u), leçon Rilkéenne au demeurant, de fait, "une nécessité intérieure" engage le jeune Kandisky sur cette longue quête-là.

Epoque du Blaue Reiter...

Quête d'absolu, trente d'âge déjà...

Munich, fin 1896 -

Ecole Azbé, sans goût aucun pour l'apprentissage du dessin.

Logis, aux limites de la ville bavaroise (où nombre d'artistes y excellent)

Excellent !.. Barbiche, petites lunettes rondes, redingote d'universitaire, il porte beau, l'allure singulière... C'est l'enthousiasme qui le transporte jusqu'en-dedans LES COULEURS... (de la vie, de La peinture, chevalet en plein air, amour de la Nature !...)

Phalanx !.. Nom militaire d'emprunt à ce vocabulaire de Grèce ancienne, afin de baptiser un groupe dont lui... Art Nouveau ? C'est l'inspiration antique !.. L'aéropage qui l'entoure est exclusivement féminin..., et, leur professeur a de ces élans mystiques qui embrasent les esprits de Maria Geesber, Olga Meerson, and co...dont sa compagne jusqu'en 1914, Gabriele Münter, L'allemande...

Que peut-on faire, sur terre, en guerre ?...

La musique des sphères !...

Ce sera imprimé, écrit, ajouté aux Regards sur le passé..., journal.

"Tout oeuvre naît techniquement comme naquit le cosmos - à travers des catastrophes qui, du murgissement chaotique des instruments, finissent par créer une symphonie qu'on nomme la musique des sphères. La création d'une oeuvre, c'est la création du monde..." - sic

Mai 1906. L'automne, salon - cruciale époque.

Valises faites pour Paris !..Voyage !... Tous les voyageurs sont des voyeurs, dotés d'un œil de peintre, le monde devient formes géométriques !.. Tout vacille...

- Recherche d'une "voie" (d'une issue ?) à travers de nombreux procédés...

Et, sinon "étonne-moi !", que dit-on à la jeune demoiselle descendue du ciel, ange Gertrude Stein, si cette femme influente dans les Lettres américaines joue un rôle important tant à la diffusion du cubisme qu'à ...l'éveil spirituel de notre Vassily ? La jeune garde impressionniste est sous les ailes d'un Vallotton et d'un Hector Guimard, qui promeut cette élite...

Murnau : " Je crois à la vie éternelle et à la beauté éternelle..."; du retour à Munich, 1908.

Quoi, "le désir intérieur des artistes" ? Quoi, "le cavalier bleu" ?...Plus de conformisme !... On émancipe l'art ! Hue le dada bleu, qui n'est pas le mouvement éponyme !

Hue !.. Hue, da !.. Composition V & Improvisation XXII, exposés, 1911

Hue les jolies couleurs dans les zébrures en joliesse ! Fougue, liesse ! Jusqu'aux variants I et II de l'improvisation 22 !

Enfin, nous sommes sur la grande Voie de l' Abstraction des tons, depuis l'art décoratif jusqu'à l'optique expressionniste, via un long "déréglement" de tous les sens "du travail" - que les nazis nommeront "art dégénéré"... Ce sont vos regards qui ont fait à vos "yeux" cette peinture dite ainsi, nazis ! "Le monde est rempli de résonances" autres que folles !

PS / Les professeurs du Bauhaus ont été, eux, vus comme des "sociaux-démocrates", "agitateurs bolchéviques", d'où la mention d'alerte : - vos oeuvres sont interdites, confisquées, puis, en 1937, sous la mention "l'art dégénéré" : 14 Tableaux signés de Kandisky, lors de l'exposion organisée par les nians-nians nazis , à Munich... 2016 : montrer un nu sur blog, ici, pareille restriction, sommes-nous bien évolués ?..avions-nous avancés d'un esprit plus large ?.. J'en doute, de nombreuses fois... Je m'appliquerai à des vocabulaires artistiques bien plus audacieux encore, si on ne me vouais aux gémonies des cieux noirs ! Triste histoire, ou vie dérisoire ?

Ah, joyeux Bleu du ciel ! (1940) Soyez mon envolée spirituelle !

Wassily Kandinsky, Composition V & Improvisation XXII, (Variants I / II )Wassily Kandinsky, Composition V & Improvisation XXII, (Variants I / II )

Wassily Kandinsky, Composition V & Improvisation XXII, (Variants I / II )

BLEU DU CIEL / ELEVE DE CM2

BLEU DU CIEL / ELEVE DE CM2

KANDISKY, 1940 - Bleu du ciel

KANDISKY, 1940 - Bleu du ciel

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 00:00
La Peinture réfléchit (Le cabinet de toilette au canapé rose suite à L'indolente, Bonnard)
L'indolente

L'indolente

C'est la pleine Lune !

Beau fessu d'aucune chute de reins, mais la rondeur parfaite d'un tissu de cul peint à la lumière de Bonnard, sous la voile-tulle pointilliste de la toile entière.

Ce cul-là, il n'appartient plus à Maria Boursin, dite Marthe de Meligny [ devenue son modèle puis son épouse, le 15 août 1925 ].., mais bien à l'Art tout entier, au BON ART * ...

"Sans amour on n'est rien du tout", sans art non plus, et, de celui qui peint, il nous laisse à toucher d'une main invisible tout l'ensemble de la chair qui en frissonnerait presque.... Alors, on s'enrichit à penser que la Peinture réfléchit le Nu dans son espace entier... Méditez-le plus longtemps qu'une journée, vous auriez l'impression de faire l'amour à l'art !.... Ah, v'là du Bon'Art * !

Miroir du Temps la peinture réfléchit laids modèles et les exquis...

L'amour au seuil des cascades en chemin de nos regards troublés.

Gloire à L' Éternité !

Le nu à la chair de l'eau de l'air recomposé -

La modèle s'adonna à se donner librement, sous un faux nom d'ailleurs, longtemps incognito, toute anonyme à l'affaire du se-laisser-voir-par-tout-le-monde....

Bonnard ne savait pratiquement pas dessiner, grand bien lui fît ! il esquissa de la sensualité picturale, arbres, fleurs, paysages, intérieurs, et ce nu démultiplié à l'infini, en de nombreuses fois, dont l'indolente, aussi...

* Bonnard, c'est le bon ' art...(l'allusion est facile) - (1867-1947)

Pierre Bonnard, Le Cabinet de toilette au canapé rose (Nu à contre-jour), 1908

Pierre Bonnard, Le Cabinet de toilette au canapé rose (Nu à contre-jour), 1908

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 06:33
Darkhange, Enjoy Spiritual in 7th ciel !

D'un rouge-sang antique, à prendre de la Hauteur sans être auteur-conteur-moraliste, du Marc Twain en poche sous les yeux au pays imaginaire, en ce monde occidental... Ludique nihiliste, tout au profond de la raie rose du ciel explosé en teintes rouge-rose-sang... déjanté, cartoonesque... Dieu-feu d'ara-doux ! Les flammes dans l'âtre font leurs perroquets !

L'automne, qu'as-tu fait de tes feux ocres-doux des feuilles mortes ?

Absolutly... A un quart de siècle près, de petits héros en compagnie d'animaux, ils créèrent leur satire étoilée... sur la calvitie de la voûte céleste, bien mal aisément, tant timides sont les feux là-haut ! Absolutly... Ils transposèrent les pensées humaines en des étoiles inventées... Leur pays de Merveilles, influencé par de nombreux ciels peints, et, à choisir entre tous, les teintes de Carroll (Lewis), parmi les rires et les éclats de Joie des questions à se poser sur le "comment" les "pourquoi" du Monde sans réponse à : - Qui est Dieu dans ce Travail dessiné et peint par tant d'artistes, en d'autres œuvres qu'à se créer soi-même un ciel qu'on eût voulu voir, dès matin, début d'automne.... distancié, ours en peluche échappé des forêts de l' Oural ou de Pologne... ! Et, d'aimer bien jouer avec l'aspect "spiritual", astral...

Où va-t-on ?... Comprendrons-nous bien où l'on va, depuis cette complexité de l'existence où plus personne ne dialogue, entre artistes et lectorat..., par exemple, ou visiteur de musée, personnage à côté de la plaque peinte, soit ce "ciel" en mouvement-là, de Monet symbolique, dépourvue de monnaie...

Ca vous pose problème, à vous, qui vous animez sans dessins, parmi ce monde dessin-animé de Walt-Disney à MTV Show des Muppets Jadis !

Chez ma mère, j'aimais encore regarder les Zouzous, quoi quoi, je vous fais rire ?

C'est de la culture !... Madame-la-Ministre de la Culture d'avant, la Fleur Pellerin-là, elle plaçait en 7th ciel, en première intelligence, non guère Céline ou des livres d'Histoire pour nos univers intellectuels non amerloks, occis-mort de l'oxymore, soit : - Les Lapins Crétins, chagrins , elle aimait les suivre bien...

En même temps, c'est une réponse pour nos enfants, ....

Dans la boule de cristal un grand rire éclata, un gigantissime esclaffement....

Le Ciel n'est pas tant notre problème, il s'en remettra, de nos passages terrestres, incultes et culturels, et tout ira pour le mieux du monde....au 7TH palier d' Exo !

Un vrai paso doble de Duke (Ellington) ! Il y a urgence jazzy au rapide rythme de l'espace-Temps !

DARKHANGE....

OKAY, thank'you sir, dear God, oh my god, thank's, breizh'art Kisses, nous dansons la Liberté....

Liberté, vous dites ?

OUI Sûr, cette trouée dans le brouillard lointain ! Patience, hors science-fiction présent-futur, c'est le grand mystère de nos senti-ments...

Le ciel nous est témoin : Trouée de soleil dans le brouillard, Houses of Parliament, London, ..!

Signé Monet (Claude incubus , où ?) CARAVAN, Duke, CARAVAN CAR A VENTS !

L'automne est passé par ici, qui repassera par là.... A L'avant ! A l'avant des vents...

A L'avant du matin de cet autre jour de maintenant, .... !

Les lapins crétins vont envahir la télévision dans une série diffusée en exclusivité céleste .... Les voici, les voilà déjà bien, il n'y a plus de culture .... que du vent ? Du vent parmi les feuilles mortes de maintenant....

Les sons en vrac depuis l’Éternité
Calmes et somptueux
Les sons dans le souffle ténébreux
des constellations d'humanité ....
Qui est fidèle dans l'attente
Le songe ou le sommeil ?

Darkhange, Enjoy Spiritual in 7th ciel !
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 09:35

Il y eut un orage, hier, qui brisa donc le ciel d'été en celui d'automne, tel un souci de Transformation d'un Bonington sur l'Adriatique Bretonne, autant que, quelquefois, nos idées/pensées sont longues à se mettre en place, dès le lever du lit...(de rivière des rêves/fantasmes)...

Les éclairs zébraient dans des jaunes pâlis, et le tonnerre roula son bruit de tambour lointain.

Pas de pluie. Non, tout fut d'une voix sèche de la part du Céleste azur ; mais Pas sur la neige de mon ciel de Jeunesse, chez ma tante, calaisienne... d'où, par la fenêtre de sa chambre, aurores d'or inaperçues, de telles teintes de ciel emplissaient tout l'espace de mon esprit sfumato (je peinais à m'éveiller)...

Couleurs visibles, hier, je vis donc un Bonington dessus la zone du Moulin Vert-Kerfeunten, Quimper. C'était à la fois clair et sombre, or et suie, notre part céleste.

L'océan du ciel était un seul chemin.

De quoi donc l'humain

se plaint-

il ... bien ?

De nos jours. Même sur l'île de Sein, il est mécontent du brise-lames tout en ciment gris, au bout de la digue...plate limande...

Leçons d'air et lumière de Constable et Turner, j'en garde l'esprit sfumato, l’œil ravi, qui me ramène à l'éphèmère élégant des nuages gris et blancs...de mes pensées sauvages, ce matin.

Ni éphèbe d'Ephèse, ni sorti de ma synthèse nocturne d'une neuro-hormone à l'épiphyse meurtrie, je gardai en mémoire la lumière crépusculaire qui s'étirait dans mon rêve telle en ces couleurs des reflets du diamant d'automne de ce ciel d'hier, nouveau, qui fait vraiment brisure entre les deux saisons comme d'une branche qu'on brise au bout d'un genou de jambe pliée, la lèvre pincée d'une colère rentrée contre quelque méchanceté de quelqu'un, quelqu'une qui nous aurait trahi, par jalousie monstre : - d'alors, vu hier, sacrifice de l'été sur la victoire d'automne, Lacan cité dans mon dire au voisin qui me questionnait sur cette étrangeté céleste : - ah oui, je crois ça..." Il y a là une relation réciproque d'anéantissement, une relation mortelle structurée par ces deux abîmes - soit le désir s'éteint, soit l'objet disparaît..." ² puisque....c'est toujours une "relation de pouvoir" - sur l'autre, dans la Jalousie, non plus d'un lien désirable au manque de l'autre... Surveiller/Veiller à distance et manipuler vie d'autrui...via le déclic d'Oreste : "je me livre à l'aveugle, au destin qui m'entraîne, j'aime...", le ciel d'automne clame cela au ciel d'avant-hier, l'été.

Et, le ciel s'ouvre sur sa phase vengeresse, qui réduit l'autre à sa plus grande simplicité, pareil ici jusqu'au semblable ciel sur l'Adriatique peint par la main d'un similaire Bonington dont la vie pré-romantique fut écourtée rapidement (1802 - 1828 ; à 25 ans à peine, Londres)..., la famille ayant déménagé à Calais, plage et cité de ma Jeunesse perso..., logeant chez ma tante qui en avait la reproduction picturale sur son mur de chambre, et ça, cette peinture-là : Sur l'Adriatique, la lagune près de Venise, 1826...

- Ah, tu crois ça, toi ?

- Oh, ce me semble, bien, oui je crois ça... Le rêve de l'humain disparaît dans la brume du lointain fait de marbrures dignes d'être venues de la Sérénissime, oh oui, je le pense bien... Le ciel d'automne est jaloux de celui de l'été,... La couleur rousse des arbres n'en aura pas son or des plages... Tiens, que je te clame du Clancier, le Paysan céleste justement : "qui gardera de la vie les mots de passe de l'enfance ?.." (Le Fils, "à Claude Roy", 1943...)... BEN...? Pourquoi tu pleures ?...Que t'arrive-t-il soudain ? Ton âme devient-elle sombre comme d'un souci de transformation d'un Bonington ?... Ben quoi, ben quoi ?... Dis-moi....

NB / - ² dixit drame de l'homosexualité, les essais techniques de Freud, pp. 246247 - Lacan

Sur l'Adriatique, la lagune près de Venise, 1826...

Sur l'Adriatique, la lagune près de Venise, 1826...

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 00:00
LA SOUDAINETE DES EVENEMENTS, roman-poèmes (Ethique de la source), 2001

LA SOUDAINETE DES EVENEMENTS, roman-poèmes (Ethique de la source), 2001

Alors donc... Invité à un Salon (en compagnie de l'invité d'honneur, Patrick Baudry...), mon écriture du Blog-ci s'absente, et se repose d'un Paracelse... entre quiétude et silence, avec en arrière-fond, des rencontres possibles (ressources potentielles d'en-Je(u)....) avec objectif d'asseoir quelques projets nouveaux sur des estimations du Soi, voisin du Cosmos, comme d'être à l'écoute du Chapitre 21 du PETIT PRINCE /
Le renard lui explique ça et il lui dit que sa "petite" fleur est exceptionnelle parce qu'elle est apprivoisée.

J'amène avec moi un livre de dessins au "petits coeurs" - Carnet de Bretagne, 2016 ; Force n'est brutalité - , et, de 2011 - LA SOUDAINETÉ DES ÉVÉNEMENTS,, roman-poèmes (Ethique de la source), photo d'amorce - avec en dessin de couverture, à l'encre de chine : L'Oeuf de L'esprit, ainsi que mon Livre d'Artiste, 220 dessins inédits (imprimé en Allemagne, en un seul exemplaire) - 1996/2016 (photo de fin de page-ci)

Autour, Poésie (publié par le CNL, à 700 exemplaires, épuisé)... - 1997

Patience des Lointains, 2003 (en reste 50 exemplaires sur 300)

Au Seuil de L'Apaisement, 2007

BLOG DE SAINT-SONGE, depuis 2009 (3570 textes/dessins à ce jour) *

La Soudaineté des Evénements, 2011

Samouraï Unter'Nehmungsgeist, 1996-2016 (220 dessins)

(Sommes-nous à la fin de la pièce ?

Dans les veines,

toujours - une fureur.... )

Carnet de Bretagne, Force n'est brutalité (Été 2016) - 150 dessins inédits

* / it's not a B. to B. my blog (Business to Business, no no...it's free)

104 565 visiteurs uniques (non oligarches hyper-riches, sûr ! )

243 708 pages vues (Librement)

Petite absence du Blog de nouveau (signature à Pont-L'abbé)
Petite absence du Blog de nouveau (signature à Pont-L'abbé)
Petite absence du Blog de nouveau (signature à Pont-L'abbé)
Petite absence du Blog de nouveau (signature à Pont-L'abbé)Petite absence du Blog de nouveau (signature à Pont-L'abbé)
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 00:00

Processus de toute création : Triangle de pierre mystique de l'âme bouleversée de laquelle naît tout Art...

Suite logique d'énergie mystique
à l'oreille d'un Trou noir supra-cosmique -

J'ai créé une Vérité humaine
sous les étoiles
- Peu de rires

"Ne vous laissez pas glisser dans la volupté des tourments !" Sénèque

PHOTO / PINK FLOYD PLANET

PHOTO / PINK FLOYD PLANET

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 00:00
Anges, gardiens de mes nuits...("obscures")

On va apaiser l'esprit de ceux qui ne supportent pas leurs corps.

On va calmer les esprits si méchants.

D'hier, on sut, tout "ça" n'était que des FREUD / HAINES, fredaines au demeurant de qui Daeshisait l'espace de Liberté Grande. Là où le peuple s'amuse joyeusement, dans l'ombre, une main malveillante s'arme d'une aigreur...face à La Vie toute nue, soit : de donner naissance aux aurores ! Toujours, la Terre se lèvera dès 6 heures, le matin, grâce au Soleil mouvant sur les Pôles... La Terre tournera toujours sur son axe médian, en dépit de toutes les énergies contraires.

LA NATURE EST ANGELIQUE ET SUAVE.

Faites la différence entre ceux qui, niant qu'ils ont un corps, ne vous entraînent que dans l' Ego seul, et ceux qui vous inspirent l'âme toute entière, via la spiritualité du corps et L' esprit zen, acceptant leur côté "ombre" autant que le leur, de "lumière", l'un n'allant pas sans l'autre, au risque d'être schizophrène, coupé en deux, voire en puzzle de moitiés éparpillées dans les 4 quarts du Tout Un.

Déjà - On sait que les mystiques (Rhénans et autres Rhéno-Flamands, Echkart/Tauler/Suso, and Co...), ils avaient connu leurs nuits "obscures", similaires à celles de..St Jean de la Croix ; pour mienne ici quelque peu fragilisée, sous le regard des Anges "papier" - qui est le plus sage ? "vide de toutes les créatures, plein de Dieu, ainsi que plein des créatures, c'est être vide de Dieu ; .../... L'âme qui a un Dieu, connaît un Dieu, a la notion d'un Dieu, elle est encore éloignée de Dieu"...stipule l'écho Echkartien, l'écho en Soi...de tout être et de toute chose, doit-elle ainsi choir en une chair "coupable" pour espérer seulement "toucher" Dieu, l'approcher ensuite ?

Saint-Augustin connut aussi sa part de vie dissolue, tout autant que, "maître" de la non-violence, Gandhi frappait sa femme !

Bach ne voyait que Dieu, mais fit au bas mot 17 enfants... La chair et L'âme, donc. Les envolées spirituelles et charnelles... Qu'aurait dit Dieu le voyant ?

Siège du désir/plaisir féminin, par l'oreille, par les Anges qui nous accompagnent et veillent, écoutons ...

De Sa voix mouchée, L'Un nous susurre à l'ouie attentive : -

Ah mon sacripant !..mon chenapan, mon petit criminel... Qu'était-ce, elle ?

Dans le prolongement des airs musicaux, aucun trait de phrasé ni de mot, les ailes de la perception ne sont que des notes derrières les bruits de ville et tous les dérangements sociaux... Nous n'aurions pas, Bach, Mozart et moi les traits d'une plume facile, n'était ce qui fut donné à quiconque sait écouter les silences profonds d'un Amour autre que celui et ceux des ordinaires.

Mais Dieu, toujours nous voyant, de Sa mouchée, voix rauque, en nous ou quelque part ailleurs : -

Quoi donc, qu'est-ce cela des apports humains qui ne sont attribués à personne d'autres qu'aux animaux, où donc avez-vous placé vos prières à mon endroit ?

Eh quoi ? Eh quoi !...

Alors, les Anges, de partout, ils surveillent et veillent les ingénus perdus, déchirés entre les deux Passions : terrestre/ céleste... Cosmique, érotique...Toutes les antinomies d'une Vie somme toute humaine, rien que ça...au vocabulaire du Corps !

Quand Dieu que voilà réapparaît de partout les vides de l'espace, à doucement vibrer dans les âmes distraites, Il pardonne facilement à qui se perd dans une voix étrangère, déchirante, déchirée, allez, allez, oublions ça, allez donc, oublions ça dans la pureté seule qui nous habite un nu facilement défait... ANGES ANGES A MOI ... S'interrompent Les crispations du visage...Allez, l'âme, reprenons...

Avec tout ça, j'ai oublié en quel siècle nous sommes !

Un soupir s'échappe, il s'éveille, l'amour se réveille d'un rien, chantonne l'Ange Mozart.... Oh pardon, il me blesse au cœur.... !

OUI. Pardon : - J'aime LA VIE...en son entiéreté !

Les esprits vils attaquent toujours ceux qui sont dans la beauté

L'Origine du Monde
provoque aussi L'Origine de la guerre

On élèvera les discours avec un autre mode de pensée.

Ceux qui sont dans des ténèbres
ne supportent pas la Beauté
la beauté soulève la jalousie à mourir -

OUI. Pardon : - J'aime LA VIE...en son entiéreté ! (Bis Repetita, pour qui ne comprendrait pas)

OUI. Pardon : - J'aime LA VIE...en son entiéreté !

Anges, gardiens de mes nuits...("obscures")
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche