Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 00:05

 

Le jour, à fleuve humain, coule dans son "éternité" :

- C'est le jour encore mieux que lui-même

au cercle régulier des matins sur les soirs....

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 19:00

                                          RAPHAEL / Disputation of the Holy Scarament

 

Dès 675, on fit procession du Saint-Sacrement au Tabernacle (demeure et preuve du Seigneur, sur cette Terre, mon cher Jean-Yves !), le Dimanche, ou pendant le Tridium du XI ème siècle.

 

C' est la nuit de la dernière Cène, au culte de Latrie, que le Saint-Sacrement est transporté jusqu'à ce Tabernacle, depuis la construction de la Tente de la Rencontre, selon les instructions préliminaires de l' Exode, pendant positif au Veau d' Or : - La Table du Pain de La Face, as-tu su, mon ami ?..   Le candélabre,  aussi,  tout d'or pur, en métal repoussé... La Demeure : les toiles et la couverture, la charpente, Le voile, le rideau, L'autel en bois d'acacia : cinq  coudées de longueur sur cinq, de largeur - Le parvis (en direction du sud, vers le midi), et, l'huile pour le luminaire, n'oublie pas, et, les vêtements d'Aaron et des prêtres (regarde ce Raphaël, tu les sauras deviner !)      Quoi encore, sinon l'éphod, d'or, de pourpre violette et de pourpre rouge, de cramoisi et de lin fin retors, oeuvre d'artiste, l' as-tu su ?.. L'éphod, pièce spéciale du vêtement du grand prêtre, large bande d'étoffe qui se porte sur la tunique et sur le manteau, fixée par une écharpe et des épaulettes, l'as-tu su, mon ami ?.. Le pectoral, et le manteau lui-même, le pectoral du jugement, et le manteau de l'éphod tout de pourpre violette... Les vois-tu bien sur ce tableau ?.. Ensuite, il y a le diadème, une fleur d''or pur, dit-on, des gravures de sceau pour y lire : "consacré à Yahvé !", turban ou tiare, selon les traductions... Les sacrifices, ça me connaît (ici, c'est le taureau, qu'on fait approcher devant la Tente de la rencontre, taureau sur la tête duquel Aaron et ses fils appuieront leurs mains, pour l'immoler - qui aspergera de ce sang consacré tout l'autel, qui ?.. Qui brûlera, hors de ce camp, la chair, toute la peau et la fiente de l'animal ?.. ) Il ne nous faut rugir d'aucun dégoût pour honorer le Seigneur, mon ami !.. Et, jusqu'au repas sacré, nuit de la dernière Cène : le sacrifice perpétuel, un holocauste de nos générations, à l'entrée de chacune de nos maisons, pour la Sainte Rencontre -

 

 

  121O  /   Soeur Julienne du Mont Cornillon eut une révélation qui demandait à l'institution d'une fête annuelle  en l'honneur du Saint Sacrement de l'autel, ce que le diocèse de Liège institua, malgré de vives persécutions contre ladite soeur et les ferveurs de ceux qui demandèrent que la fête se répande  (La Fête-Dieu, Sacrement du Corps et du sang du Christ - Solennité !)

   1264/     L ' église Universelle, sous la Bulle d' Urbain IV, rendit obligatoire cette fête, inscrite depuis au calendrier liturgique :

                      " Chante, ô ma langue, le mystère

                         De ce corps très glorieux

                         Et de ce sang si précieux

                         Que le Roi de nations

                         Issu d'une noble lignée

                         Versa par le prix de ce monde ... "

 

    2010 /   Aujourd'hui, pour ce modeste petit rappel d'importance, cher ami...

 

Repost 0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 00:02

Peintre, Sculpteur, Architecte, Poète même (Sonnets), né à Caprèse (Italie) le 6 Mars 1475.

Né de façon légendaire : en les ruines d'un château du Casentin (Toscane) en haut d'une "arête rocheuse semée d'une maigre broussaille, où le bourg de Chiusi semble faire corps avec la pierre"...  Chuisi et Caprese dont son père est le maire ; Topolino, le tailleur de pierre le prendra sous sa garde nourricière, il a six ans quand sa mère meurt, épuisée par ses cinq grossesses...

Flux de la source de  l'Arno au pied du château !

Le Tibre ronchonne en contrebas, vers ROME...

 

L'un des plus illustres artistes de la Renaissance, ses diverses Oeuvres nous étonnent encore aujourd'hui par leur nombre, la qualité, la précision et leur caractère grandiose. Émerveillements éternels.

Il se fixe à ROME en 1504, au temps du Pape " Jules II " -

Qui ne s'imagine La Coupole de St Pierre à ROME, le tombeau de Jules II, La descente au Tombeau et le sublimissime Moïse, le Beau David, les peintures admirables de la Chapelle Sixtine (dont certaines nudités choquèrent, qu'il fallut repeindre en les vêtissant d'un pagne), et, le Jugement dernier ?.. Autres encore : déjà l'étude, vers 1532, du Portrait d'un jeune garçon ; La Création d'Adam (l'homme pleure toujours sur son sort, à toute époque, non ?) ; Adam et Eve, chassés du Paradis, et marchant... (L'Humanité erre sans fin, non ?)  ; c'est que la jeunesse de Michel-Ange se déroulera dans la magie des jardins Médicis, y promenant ses quatorze ans qui croquèrent déjà de fabuleux dessins dont une série de fresques de commande narrant la vie de la Vierge et de Saint-Jean Baptiste....

Ci-dessous, la sculpture de ma préfèrence, vue à Lourdes, le 06..04.2001 :

- La Pietà, pour laquelle il dut s'avouer : "Dieu m'a offert le talent, la perfection est mon devoir"....

Parangon de beauté que le corps masculin, à ses yeux...

Sculpture et peinture, aussi différents que Soleil et Lune !

De face, de côté, de dos, d'en-dessous, d'au-dessus, Le visage du Christ s'apaise sans cesse dans Celui de Marie, sa mère, à l'infini d'un monde de Sapience...

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 00:02

 

REPOSEZ-VOUS SUR LE PLAN CEREBRAL

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 00:00

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 00:00

Non à la dictature

Non à la royauté

Non à la tyrannie

Non à l'anarchie

Non à la maltraitance

Non à la violence

Non à l'intolérance

Non à l'ignominie

Non aux insolences

Non aux amertumes

Non à la soumission

Non à l'injustice

Non au viol

Non au crime

Non au soudoiement

Non à l'esclavagisme

Non à l'imbécillité

Non à l'idiotie

Non à la crétinerie

Non à l'immobilisme sot

Non à la vitesse "aveugle"

Non à l'irrespect

Non au tabagisme

Non à l'alcoolisme

Non aux drogues dures

Non aux produits illicites

Non à l'inégalité des chances

Non à l'inégalité des partages

Non à l'égoïsme

Non au j'm'en foutisme

Non au pessimisme

Non au terrorisme

Non à la perversion

ni aux perversités intrusives

Non  Non  Non

                                  - Et, vous êtes sûr d'aller bien ainsi sans rien ?

                                  - Je suis en pleine santé dans une société malade...

 (de "court-termisme" *  et de rapidité)

* néologisme de J.L Servan-Schreiber

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 00:00

A l'écart des Passions, éloigné de tout clan, des familles, le mis-à-part se rend à la Demeure des Purs, revivant pour le perfectionner, le style d'une vie vouée à l' Unité céleste, l' Univers et la Force cosmique, au service du sacrifice, le doute résolu,  au-dessus des désirs quotidiens, sans convoitise ni envieux, il se rend à la Cité des coeurs domptés, l ' esprit  paisible et serein, né de nouveau dans une famille ancienne de bienheureux, exclusion faite de toute jalousie.

L ' uni à la souveraineté céleste, il a su harmoniser son être avec l'entour du monde matériel tout en admirant la beauté extérieure des choses sans s'y attacher aucunement, tout en goûtant intérieurement la joie de l'existence lumineuse.....

Il prit pleinement conscience de sa personne "unique", et de ses capacités -

Marcher lui procure le plus grand bien, partout : sur les sentiers douaniers, par les chemins des bois et des sous-bois, à la montagne, au bord de mer, sur les plages ou parmi les jardins d'acclimatation bordant les lieux marins où il s' enivre de la liberté d'être entier, authentique et radicalement séparé des entités nocives, des passions dévorantes comme de chaque acte contraire à son perfectionnement, il marche sans penser dans un silence intérieur tout relatif.

"Quand tout s'efface autour de soi, l'essentiel apparaît" lui murmure le vent de Juin... vers la Demeure des Purs.

Il va de soi qu'il va sans haine ni rancoeur vers la Demeure des Purs.

Tel un soleil sans tache, les passions apaisées, il se propose dans "l 'union mystique pratiquée avec constance, au point que la pensée s'y abîme..." Il va - "immobile comme la lumière d'une lampe dans un endroit sans vent" (voyez mon avatar, ici même...) Si, par l'inconstance de l'esprit, il se défait de cette immobilité, il ne vacille pas, mais y revient,

la quiétude "enchaînée à l'union divine", qui toujours le sauve, le ramène à la raison du marcheur docile qui va, sans cesse, avec mesure, vers la Demeure des Purs...

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 12:41

Afin que vous puissiez connaître comment je suis "arrivé" à la finition de mon texte "Château du sacrifice", en voici les moutures, fronton d'un dessin, fondation textuelle.... sur deux pages de notes. L' ange de l'enthousiasme m'aida à la finition, enthousiasme : transport divin.

 

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 00:02

Lieux clos, lieux ouverts, tous les lieux du corps ; bois optimal-ciel permanent, ombrages et luminescence :

- Château de L'Oeuvre, château du Sacrifice.

Monté sur tes grands chevaux victorieux, sais-tu qui tu dois combattre parmi ceux des péchés qui sont là, en toi ?

L'un moi, l'autre "moi" - Dédoublement de personnalité, quel orgueilleux ou quel sage fais-tu ?

De quels biens jouissons-nous, ici bas ?

Vois-tu ta faute, où est  La Justice ?

"Les sages ne pleurent ni les vivants ni les morts" ; qui ne pleure sur ses douleurs participe de l'immortalité :

" Celui qui n'est pas ne peut être, et celui qui est ne peut cesser d'être..."

L'âme ne naît pas quand on tue le corps ; l'âme quitte le corps usé - vêtement charnel corrompu -  "pour revêtir un nouveau corps" : elle demeure immuable, rien ne peut l'atteindre ni l'affecter.

De ce qui est né, la mort prend, et ce qui meurt, renaît.

L'ensemble du monde et de l'Humanité est "insaisissable" - Le Merveilleux nous saisit seul.

Par un tel combat de la Pluie et du Vent, La Porte du Ciel s'ouvre aux yeux qui l'investissent d'émerveillement.

Les contraires assimilés en ton intelligence, ainsi tu peux descendre de tes grands chevaux, et contempler, âme, maîtresse de toi-même", calme et reposée, tranquille et sans passion irritable : n'évite point l'Oeuvre à accomplir, sans pour autant chercher à en connaître la résultante d'une récolte, des fruits qu'elle peut procurer.

"Constant dans l'union mystique, accomplis L' Oeuvre", désir chassé, échec et succès pour pareille mesure -

Équanimité : égalité d'âme et d'humeur. Combats tes deux "moi"..., créant L ' Oeuvre. Château du Sacrifice...

                                                                                         * * *

Ferme dans la Contemplation, l'union spirituelle s'annonce à ta raison, se dénude à l' Intelligence, qui aura renoncé à tous les désirs et que rien d'ici-bas ne l'affecte, les "appétits violents" délaissés, fruits amers des désirs empoisonnés qui en troublent la pensée, troubles qui font divaguer la mémoire jusqu'à en perdre alors toute la raison,  et,  par cette perte entière, l'âme est perdue, totale.

Docile, le promeneur serein, vers le Château intérieur de la Sérénité dont le donjon l'abrite de toutes les peines, l'âme sereine au fronton de la raison affermie - troisième oeil comme écusson, armoiries du Nom -, celui-là est ton frère de combat, suis-le, va !...

Quiconque est sans méditation , celui-là s'éloigne du bonheur, foyer de toute quiétude.

                                                                                        * * * *

Ces grands voiliers balottés par la furie des flots, qui gigotent dans le creux et les remous de la houle et des vagues, ces grands voiliers fragiles au grand coeur, noix légères de leur force vaincue, qui gigotent dans la furie des flots, que je vois là-bas sur la mer d'iroise démontée, ils me font songer à Arjuna, comme à ces âmes perdues dans les zébrures bleutées de l'esprit emporté dans "l'égarement des sens" , dans les grands vents des "objets sensibles"....

Sans cupidité ni orgueil est la "halte divine" où "s'éteindre en Dieu", une fois atteinte, avec abnégation, cette Oeuvre !

Et, pour ne pas vivre inutilement, coopère au(x) mouvement(s) circulaire(s) de La Vie, double personnalité de chacun des petits "moi" qui s'abrite en tous les "châteaux" du corps de tous ceux qui combattent avec eux-mêmes..., tous, qui n'auraient accepté les deux polarités de leur être.

 

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 19:00

La vie s'occupa d'elle, ensuite, après qu'elle l'avait sculptée, en multiples "maman-araignée", partout...

Partouse :  - ici , ce service "censure" , qui existe encore, a eu peur de l'image sculptée montrée si simplement !

Décourageante engeance !

 

Via l ' arc de l' Hystérie (1993) :

 

Elle eut peur de la chute, en fit son Art (de la chute : comment tomber sans se faire mal....)

 

 

 

Comme d'un dernier pied-de-nez à la vie, elle dit :

" Dans mon art, je suis l'assassin. Je ressens le supplice de l'assassin, celui qui doit vivre avec sa conscience.

Comme artiste, je suis un être puissant. Au quotidien, je suis comme une souris derrière le calorifère..."

 

Elle a cessé d'y faire.

SON oeuvre la vénère.

Une artiste a quitté ce monde :

                                                            Louise Bourgeois, Portrait (1911 - 2010)

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche