Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 23:39
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 19:59

Sri Aurobindo :

“Les pouvoirs symboliques du nombre et de la forme,
Et le code secret de l’histoire du monde,
Et la correspondance de la Nature avec l’âme
Sont écrits dans le cœur mystique de la vie.
Dans l’incandescence de la chambre des souvenirs de l’Esprit,
Il put recouvrer les lumineuses notes marginales
Parsemant de lumière le parchemin morose et ambigu,

Il vit la pensée sans forme dans les formes sans âme,
Connut la Matière enceinte du sens spirituel,
Le Mental osant l’étude de l’inconnaissable,
La vie en gestation de l’Enfant Doré.

Un éclat plus vaste illumina la page puissante,
Une raison d’être se mêla aux fantaisies du Temps,
Une signification rencontra l’allure trébuchante du Hasard
Et le Destin révéla la chaîne d’une volonté clairvoyante;
Une immensité consciente remplit le vieil Espace muet
dans le vide il vit trôner l’Omniscience suprême.

Une Volonté, un espoir immense s’emparèrent de son cœur,
Et pour discerner la forme du surhomme
Il leva les yeux vers des hauteurs spirituelles invisibles,
Aspirant à faire descendre un plus grand monde.
.................................................................................................

Un assemblage compact de vies expérimentales grossières
Est réuni en un tout de mosaïque.

Un animal avec quelques instincts de Dieu,
Sa vie, une histoire trop ordinaire pour être dite,
Ses actions, un nombre dont le total est nul,
Sa conscience, une torche allumée pour être éteinte,
Son espoir, une étoile surplombant un berceau et une tombe

Impassible, il vivait à l’abri des espoirs terrestres,
Une image dans l’ineffable sanctuaire du Témoin
Arpentant la vaste cathédrale de ses pensées
Sous ses arches indistinctes par leur infinité
Et la couvée d’ailes invisibles tendues vers le ciel.

Une lumière universelle était dans ses yeux,
Une affluence dorée fleurissait dans le cœur et le cerveau;
Une force descendit dans ses membres mortels,
Un courant venu des mers éternelles de Félicité;
Il sentit l’invasion et la joie innommables.

……………………………………………………………………

Le petit anneau de l’ego ne pouvait plus se fermer;
Dans les espaces énormes du moi
Maintenant le corps semblait être seulement une coquille errante,
Son mental, la cour extérieure aux multiples fresques
D’un Habitant impérissable :
Son esprit respirait un air surhumain.

Il n’y avait plus de petite créature poursuivie par la mort,
Ni de fragile forme d’être à protéger
D’une Immensité engloutissant tout

………………………………………………………………………

Montant et descendant entre les pôles de la vie
Les royaumes compact de la Loi progressive
Plongeaient de l’Eternel dans le Temps,

Et remontaient du Temps jusqu’au Moi immortel,
Sur une échelle dorée qui porte l’âme,
Liant avec des fils de diamant les deux extrémités de l’Esprit.

Savitri. Livre I, Chant V.
(traduit par la Mère)

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 23:35

LES CLIMATS SONT DERANGES...QUE RESTENT-ILS POUR NOS CITES ?

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 13:47
TROIS CARNETS DESSINS FINIS...
TROIS CARNETS DESSINS FINIS...
Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 10:45
JEAN-LEON GERÖME (peintre académique apprécié de GAUGUIN)

LE CHARMEUR DE SERPENT / Du même...

JEAN-LEON GERÖME (peintre académique apprécié de GAUGUIN)
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 09:49

 

Rivages de Bretagne en ai vus lors de mes nombreuses randonnées depuis Douarnenez sur la côte d'IROISE... d' astronomie dominée !

RIVAGES DE BRETAGNE vers 1901 d'ANNA BLOCH (qui acheta le tableau LA VIGNE ROUGE, de Vincent)
Repost 0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 23:40

Soudain dans l'âme un chant monte de nouveau qui me chagrine à la lune

L'une voix sourd du puits de la lumière du coeur

Comme née de l'ange filé à nos solitudes en nos sangs

où coule le vivant 

en nous

Quelle mesure comme née délivrée de sentiments

en nous

Est délivrée aussi loin que peinée

La tristesse frôlée de nos pensées

toutes en une données à l' oeil triste

Et larme au coin du pleur

comme née et seule et sauve 

en nous 

coule L'alarme

si chair et si sang et si source d'Amour

comme délivrée spirite au sain ruisseau

qui sait Tout

En Nous....

Combien de temps il nous reste à aimer tous unis LE VIVANT ?

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 09:32
Une semaine avant son suicide, il vend cette toile, mais sans en être vraiment content du prix

Une semaine avant son suicide, il vend cette toile, mais sans en être vraiment content du prix

Repost 0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 08:37

 

Ecoute plutôt l'Arbre Picasso, si l'EKsistenz t'ennuie !

OUI. Des heures à dessiner avec des enfants, ça lui était d'une importance capitale...

(ainsi : peindre comme un enfant, toute une vie pour y arriver ; comme Lacan disait : - j'ai toujours cinq ans, c'est là mon secret de longévité...)

L'insouciance, d'une gravité enfantine, à sérénité des regards sur les choses, ça rend plus intelligent, plus disponible, plus ouvert en Liberté Grande.

IL Informa : "A 8 ans, j'étais Raphaël, il m'a fallu toute une vie pour peindre comme un enfant"...

Jusqu'en fin de vie, travailla sur LES MENINES de Vélasquez.

Les Arts de la scène (parisienne, en autre), il les vénéra sitôt après avoir rencontré

Satie / Cocteau, Diaghilev dont il collabora aux Ballets russes.

Musique, danse, écriture, chorégraphie, ça cohabite en PARADE...Pour le paradis des yeux et de l'ouïe, en dépit des controverses...

Il en réalisa nombreux costumes et décors.

Dessins préparatoires en avant-scène...

Il se fabrique une tête en rotin de Minotaure avec de gros cernes pour les yeux, un trou pour une narine, et, torse nu , se photographie ainsi transformé    ...

Recto/verso d'une autre "carte d'identité"...

Corrida du temps où son père l'emmena, excité par "la force animale" de la "bête", face à l'élégance du matador agile, jusqu'à cette fournaise grimpant des gradins du public, jusqu'en la chaleur poussiéreuse de l'arène...

Vous n'êtes pas comme ça si inconnu devant la "mort" qui se dessine, c'est plus compliqué que simpliste.

Qui est bien en colère après beaucoup de choses peu ainsi s'allégeait en scrutant avec la profondeur des yeux aussi malicieux que sombres, cette force du bonheur de vivre en curieux de tout, là où la graine de son génie a souvent germer.

Sa grande passion unique : - LA VIE.

Dès sa naissance, à MALAGA, 1881 (de José Ruiz Biasco et Maria Picasso y Lopez)

Dès dix ans, il peint ; le talent, au bout des yeux et mains, déjà présent ; études à La Corogne, à Barcelone, puis à Madrid, premières expos B.M.P  (Barcelone-Madrid- Paris)

1904 : Installation à Paris, premier atelier.

1907 - Rencontre "le patron" - Braque.

Fondent ensemble le mouvement "cubiste".

1918 - Epouse la danseuse Olga Kochlowa ; naissance de paul, en 1921

1927 - Rencontre Marie-Thérèse Walter, nombreux portraits, qui lui feront

quitter Olga pour s'installer avec cette suivante.

Visiblement, autre "période".

1935  Naissance de leur fille, Maya

1956 - Dora Maar, photographe, elle en devient sa maîtresse

1937 - Guernica, ça explique presque tout sur le presque rien de l'lhumanité

en conflits permanents, sinon comme ici, en guerre civile espagnole

1947 - Il emménage à Vallauris avec l'artiste Françoise Gilot, nouvelle compagne,

dans un atelier aménagé en lequel il s'initie à sa nouvelle technique : la céramique

1949 - Naissance de leur fils, Claude, puis de leur fille, Paloma

1961 - Se marie à Jacqueline Roque, installation à Mougins

1973 - Sans jamais s'être interrompu de peintre, meurt, à 91 ans

DESORMAIS – outre parmi les Arbres, les Oiseaux et les gens...

MUSEE PICASSO / PARIS... lui consacre d'innombrables expositions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 08:47

 

 

  L'INCONSCIENT a été conçu de tout ce qui a été refusé dans un passé conçu par des présents non reconnus comme tels d'un sujet conscient PAREIL à ce que vous dactylographierez ou écrirez des textes parasympathiques à l'encre sympathique, si bien qu'aucune ligne vécue, écrite mot à maux ne serait lisible, ne s'imprimerait pas, ne pourrait être reconnue par qui achèterait votre livre aux pages vierges (quand vous seul le croirait en imprimatur finie, noir sur blanc, et TOTAL)

AUSSI L'INCONSCIENT (écrit totalement pareil à un texte visible et consciemment conçu, disparaîtrait-il en entier sitôt vous cliquez sur "publier"... Plus rien, ce "con" aurait disparu dans l'impasse au fond du creux vide et ovoïde d'une matrice d'écran ou de papier, voire d'un corps-texte, et cortex par extension :  SOURCES DE L'INCONSCIENT PLAUSIBLE )

LIENS CONSCIENTS DE L'INCONSCIENT EN L'UN CONSCIENT PAREIL ET TOTAL
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche