Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 09:28
CLINIQUE DE L'ODET (24 Juin 95 - Juillet 97)

ll ne fut pas violent par la parole, mais par un "excès" de vérité de parole, Jésus parla peu, mais bien, et c'est pourquoi on le crucifia - on ne supporte s'entendre dire des "vérités" sur soi, alors on tue, on éjecte, on évince -.... Longtemps, maintenant, le rêve en tout... Si j'avais certifié à mes parents que je voulais écrire, ils m'auraient tancé un : mais, à qui, pourquoi ? Où irais-tu en corps et en esprit, sinon à l'écart du monde, les secrets et mystères ne demeurent qu'en fin fond d'une Lascaux, caverne sombre et noire... A souffrir de dyspesie (trouble de la digestion, d'une digestion difficile), m'entendre dire cela créa en plus ma dispsomanie : - trouble et besoin irrésistible et intermittent de boires des boissons (fortement ?) alcoolisées.. Même en Agapé : amour, repas pris en commun des premiers chrétiens copieux et joyeux (bien arrosés du "vin" de la vie ?), entre amis ?... Agamie n'est pas agonie ! Reproduction asexuée ? Trois bases ainsi pour l'abstinence, et la sobriété : - émotionnelle, financière, sexuelle... Quid des suicidants, qui ne sont qu'appels au secours (je veux vivre à tout prix, non un désir de mourir immédiat !) ? Les suicidaires vont de même sens, l'engagement doit être quotidien et individuel, si on tient à bien les soutenir, soigner, accompagner en amour (couple, altérité), remparts contre toute folie, pénitence façon Soutines ! Le rouge-sang dégouline... Le point d'orgue est l'idée de vide. Le bleu n'a pas de dimension. Le ciel. Uniquement, le ciel, qui tombe sur nous, à livre ouvert et voie aux quatre dimensions de l'Univers de l' Un, en une nuit, et, de l'écriture-fantôme qui touche au plus profond de l'être..(écrivain). Juste ça, ô Juste ciel !

CLINIQUE DE L'ODET (24 Juin 95 - Juillet 97)
CLINIQUE DE L'ODET (24 Juin 95 - Juillet 97)
MANUS CHRISTUS BL 1 & 2MANUS CHRISTUS BL 1 & 2

MANUS CHRISTUS BL 1 & 2

Repost 0
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 11:03
Margaret MacDonald. , 1912

Margaret MacDonald. , 1912

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique Oniromancie
commenter cet article
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 08:54

 

Saatchi Art Artist Alison Johnson; Painting, “Twister” #art

 
Repost 0
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 07:47

 

portrait of mademoiselle rosengart by pablo picasso

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 09:48
Face-bouc a supprimé mon profil (ENVOLÉE MAGIQUE VERS D'AUTRES CIEUX)
Repost 0
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 17:56
MACRON / OFFICIEL
MACRON / OFFICIEL
Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 15:17
THE WALL OF MY EYES du 2 courantTHE WALL OF MY EYES du 2 courantTHE WALL OF MY EYES du 2 courant
THE WALL OF MY EYES du 2 courantTHE WALL OF MY EYES du 2 courantTHE WALL OF MY EYES du 2 courant
THE WALL OF MY EYES du 2 courantTHE WALL OF MY EYES du 2 courant
Repost 0
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 09:15
LECTURE (s) KDO EN JE(ux) D' eau

On ne sait pas

Au-delà des habits ni des Nabis...

Prophète ou Poète (ou les deux, pardi, ô par-à-dits !)

«Je sais tout…».

LECTURE (s) KDO EN JE(ux) D' eauLECTURE (s) KDO EN JE(ux) D' eau
Repost 0
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 23:39
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 19:59

Sri Aurobindo :

“Les pouvoirs symboliques du nombre et de la forme,
Et le code secret de l’histoire du monde,
Et la correspondance de la Nature avec l’âme
Sont écrits dans le cœur mystique de la vie.
Dans l’incandescence de la chambre des souvenirs de l’Esprit,
Il put recouvrer les lumineuses notes marginales
Parsemant de lumière le parchemin morose et ambigu,

Il vit la pensée sans forme dans les formes sans âme,
Connut la Matière enceinte du sens spirituel,
Le Mental osant l’étude de l’inconnaissable,
La vie en gestation de l’Enfant Doré.

Un éclat plus vaste illumina la page puissante,
Une raison d’être se mêla aux fantaisies du Temps,
Une signification rencontra l’allure trébuchante du Hasard
Et le Destin révéla la chaîne d’une volonté clairvoyante;
Une immensité consciente remplit le vieil Espace muet
dans le vide il vit trôner l’Omniscience suprême.

Une Volonté, un espoir immense s’emparèrent de son cœur,
Et pour discerner la forme du surhomme
Il leva les yeux vers des hauteurs spirituelles invisibles,
Aspirant à faire descendre un plus grand monde.
.................................................................................................

Un assemblage compact de vies expérimentales grossières
Est réuni en un tout de mosaïque.

Un animal avec quelques instincts de Dieu,
Sa vie, une histoire trop ordinaire pour être dite,
Ses actions, un nombre dont le total est nul,
Sa conscience, une torche allumée pour être éteinte,
Son espoir, une étoile surplombant un berceau et une tombe

Impassible, il vivait à l’abri des espoirs terrestres,
Une image dans l’ineffable sanctuaire du Témoin
Arpentant la vaste cathédrale de ses pensées
Sous ses arches indistinctes par leur infinité
Et la couvée d’ailes invisibles tendues vers le ciel.

Une lumière universelle était dans ses yeux,
Une affluence dorée fleurissait dans le cœur et le cerveau;
Une force descendit dans ses membres mortels,
Un courant venu des mers éternelles de Félicité;
Il sentit l’invasion et la joie innommables.

……………………………………………………………………

Le petit anneau de l’ego ne pouvait plus se fermer;
Dans les espaces énormes du moi
Maintenant le corps semblait être seulement une coquille errante,
Son mental, la cour extérieure aux multiples fresques
D’un Habitant impérissable :
Son esprit respirait un air surhumain.

Il n’y avait plus de petite créature poursuivie par la mort,
Ni de fragile forme d’être à protéger
D’une Immensité engloutissant tout

………………………………………………………………………

Montant et descendant entre les pôles de la vie
Les royaumes compact de la Loi progressive
Plongeaient de l’Eternel dans le Temps,

Et remontaient du Temps jusqu’au Moi immortel,
Sur une échelle dorée qui porte l’âme,
Liant avec des fils de diamant les deux extrémités de l’Esprit.

Savitri. Livre I, Chant V.
(traduit par la Mère)

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche