Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 00:00
C'est en corps de la vie (raison, sens et valeur de la vie ?)
C'est en corps de la vie (raison, sens et valeur de la vie ?)
C'est en corps de la vie (raison, sens et valeur de la vie ?)
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 00:00

A cet instant s'éveille la lumière blanche d'une fin de journée en ce monde éphémère et caduc, autant joyeux qu'atrabilaire (mélancolie noire amère), Entre lever et coucher, rien ne semble avoir été conquis en son entièreté, toujours un vide à remplir, toujours un manque à combler ; jamais personne ne devine à quel point entre le ciel et la terre, lune, étoiles comprises, combien l'espace lumineux semble une page-calque à granulés de voix silencieuses.

A tout instant, l'éveil.

Tenir d'un index le sommet de l'Œuf cosmique, cela ne nous mènerait pas à l'Empyrée, douceur de la Liberté lumineuse d'une vérité... . - La contorsionniste...

Douceur de la Liberté lumineuse
Douceur de la Liberté lumineuse
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 07:59

Ascétiques dialogues avec soi-même. La fin est en soi, toute intérieure. Nous continuons une histoire familiale de laquelle nous naissons. Personne ne peut se retrouver, du jour au lendemain, chez les Rois et Princes (qu'on ne sort plus), s'il naît dans le giron des impedimenta lourdaux...Mystère du sang, jusqu'au néant de toute créature : - Epouse ta foi !

Demeure en extase (sans rompre le silence)

Ô Bleuité ! Céleste Bleuité ! Eternelle Bleuité (derrière nos sombres nuages noirs) !...

A tout confesser, tu restes l'Océan paisible où nos yeux s'apaisent au mieux-être qu'ici-bas où nous ne voyons rien de vrai, ô chère universelle Déité !

Ö Eternelle Volonté souveraine, pleine et entière, ouvre donc mieux nos cœurs, à notre âme reposée de t'avoir vue, de si bon matin, dès le lever du Jour, dans l'union de tendresse et de l'amour, ô Céleste Déité !

L'âme qui se nourrit de cela se "dépouille" de ses scories pour s'envelopper de ta pureté, ô Déité !

Jamais ceux qui suivent La Parole du Silence entendue dès matin ne se promettent à d'autres voix que la Tienne, ô Céleste splendeur solaire !

Tout fut soleil avant la mer, et avant la terre, tout fut mer, et vague océane large et plane et vaste jusqu'à plus, qui recouvrait les algues et les plantes marines, tout fut l'éclair du monde premier qui déchira le ciel en deux pans, l'un de jour, l'autre de nuit, et ainsi fut créé ce qui fut déjà Là, Royaume en nous-même, la fin Inside, tel un début. Tout fut soleil de feu sacré avant que la mer ne recouvre l'ensemble du pavillon terrestre observé de lointain en lointain, si le soleil rejoignit le giron du Céleste, ô très haute douceur de Foi, ô Déité de Passion et de Foi, Unique Toi... (du monde)... !

LIVRE DE VIE, la Roue tourne !

C'est le signe très sûr que rien ne se fige ici-bas, depuis que le feu sacré a créé l'ensemble de ce qui ne se voit pas, si nos yeux sont fermés à l'immatériel (qui n'a aucune place au vastitude céleste de La Bleuité même !)... Qui évite de se ré-jouir du grand silence de la douceur des âmes assouvies de piété, quiconque demeure dans les aveuglements toxiques des créatures en proie aux orgueils mortifères. De la manière que le soleil embrase nos scories, et non selon leurs iniquités fantaisistes, l'oiseau de mer géant emmène la paille qui servira à construire le nid de la Paix du monde prochain, qu'il aura pris de nos propres cœurs fermés, là où pourrissaient nos temps présents, tous perdus à rechercher gloire éphémère, argent comptant des mécontents, et grades de l'injustice, traitrise, forfaiture, félonie, barbarie aidant, ô Céleste Bleuité, nourris mon âme de la tranquillité dont l'océan céleste connaît depuis l'Eternité de ce premier éclair de feu qui déchira le bien du mal, dont l'océan connaît la source profonde du noyau de tout féal. Ô TOI, nourris-moi mieux l'âme éperdue, qui tâtonne encore sur les murs de l'injustice et de l'incompréhension, revers de toute promesse qui me fut faite, parole non tenue, qui tâtonne et qui tente l'issue du Grand Amour - au matin du grand soleil en grand ciel bleu -, ce jour, qui tente - ô souveraineté des événements de la petite terre, éternelle et ineffable Bleuité, ô inestimable douceur d'être une âme de sapience et de générosité, étonne-moi ! - , qui tente d'aimer mieux que tout humain ne sache faire (tant il se trahit, à l'aveu de ce qu'il ne dit pas, cachant trop de choses encore (en corps) à qui lui demande : - tu m'aimes ? Tu m'aimes, vrai-ment ?... Le mensonge dans le vrai, tout ce vers dans le fruit qui pourrit la véritable grandeur de l'amour pur, ô céleste Bleuité, Toi, tu ne le connais pas... Le bleu des âmes suit l'itinéraire des Saints qui ont connu - de près, comme de loin - le chemin de lumière, de foi, de vérité, la vraie Voie de la Vie intérieure au ciel ; the end Inside... La fin du monde est à l'intérieur de toute vie terrestre.

Ö Elévations renouvelées, à chaque matin que le feu solaire donne à voir, au chant primal des oiseaux nous Le révélant, nous Le réveillant, ö Voie de l'Amour Ineffable, Feu sacré du corps nu dans le soleil matutinal, Tu prends possession de la Demeure céleste, de la Maison de nos âmes errantes, ouvre-moi mieux la voie perdue depuis naissance, Je T'aime... Je t'ai en moi, the end Inside... Ma fin de vie dans le début du grand ciel bleu.... B.

(car on sait : - celui qui prétend aimer et qui ne le prouve pas n'aime peut-être pas autant qu'il (le) dit .L'amour "se mesure à ce qu'on accepte de lui sacrifier" (que sacrifies-tu de ce que tu aimes le plus au monde à tes yeux (et pour toi) pour prouver ton amour pour autrui, toi ?... Quel geste insensé es-tu prêt à faire pour lui prouver ton amour ?.. )..

The end is inside (nouvelle oraison)
The end is inside (nouvelle oraison)
The end is inside (nouvelle oraison)
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 12:43

Quand l'âme guérit,

Le corps guérit -

Ne pas se plaindre

d'une vie

(c'est la tienne,

non celle du voisin) ;

Fais tout avec le cœur,

non en esprit souffrant

(malade ou maladif) -

Ce que tu désires,

les autres le désirent aussi

(tu sais tuer quelqu'un,

par trahison ou par rumeur,

mais tu as peur de mourir)...

Parfois, suivre l'aveu de Montaigne :

" il faut vivre son corps pleinement avec la douleur que cela implique, elle fait partie de la vie elle-même ; le plus grand bien que l'homme puisse espérer : absence de douleur, n'avoir point mal..." (parfois aussi : il est de fausses douleurs qu'on se crée, à se mentir à soi-même, et tromper autrui...)

Se mettre en rouleau d'espérance...jusqu'atteindre la Canopée de Lumière.

Recherche de la Lumière (de vérité de soi)
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 00:00
Lisboa Plage
Lisboa Plage
Lisboa Plage
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 00:00

Trilles d'oiseaux dans la pluie évanescente et latente.... Savent-elles que tu aies âge de plus ?

Leurs indéfinissables chants traversent les ondes.

Où vit ton être, où va ton âme ?

En quelle consistance vibre ton coeur ?

Il n'y a d'ombres ensevelies qui ne réveillent une Lumière d'esprit, en quelles pensées vogue ton esprit du jour particulier, l'âge montant plus haut que d'ordinaire ?

Fils Simon, bon Xième anniversaire...

S'entend le vent filtrer les arbres, il connaît l'invisible de ta vie qui ne se voit...

D'Ys-ci l'ai perçu, ce vent de l'Esprit qui ne laisse personne indifférent.

A tout âge nouveau, l'autre finissant....

N'est rien sans "travail" quotidien, le talent !

Bonnes énergie et motivation, tout le temps !....         Ton père,  B.

 

~~С Днём рождения!  Un Bon Anniversaire ° ) écrit à la Russe !

~~l’effervescence samedi dans les rues de Bailleul-lès-Pernes afin d’assister aux deux spéciales sur douze du 36e Rallye de Béthune.
 

Rembrandt, Simeon with the Christ child in the Temple, 1631..
Rembrandt, Simeon with the Christ child in the Temple, 1631..

Rembrandt, Simeon with the Christ child in the Temple, 1631..

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 00:00

C'est un sigle, sinon humanitaire, du moins bouddhiste de sauvegarde de l'environnement dont nous dépendons tous, tout notre corps en dépendance directe avec la Nature de la Planète matricielle Terre, une seule Terre pour tous, Live to Rescue s'occupe du respect animal, de tous les animaux, de toutes les plantes, de tous les arbres, de toutes les fleurs, quasi, alors que l'homme moderne dans ce monde qui change tous les jours ne se préoccupe que d'appréhender le maximum d'argent dans un minimum de temps, quitte à l'en détourner, quitte à engrosser ses comptes helvétiques pour mourir sans même en avoir toucher un kopeck, de son matelas de puces.

~~Mes journées ?... Lire, écrire, dessiner, marcher, prier, bref : un chemin des moins fréquentés... Connaître le monde à travers les perceptions que nous en avons....

Live to Rescue (Lire - la Nature - écrire, prier....)
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 00:00

Joie. Bien-être. Vitalité de notre souffle principal.

Se retirer du monde pour ne rien faire au monde, sinon de capter l'énergie de l'astuce mystique, respirer le bonheur, et la joie de vivre (malgré la pleine et totale solitude, les gens ayant perdu le sens du rire et du bien-être, épris de vitesse et du tout -  tout de suite, consumant à outrance quand d'autres n'ont rien, et plus ils ont, les gens, plus ils sont mal-heureux, ne sont guère plus joyeux qu'avant, n'ayant pas tout ce dont ils ont acquis, technologiquement, fort illogiquement.)

La goutte de pluie rend la vie à la fleur, autant qu'un rayon de soleil, et le pleur est un rire à l'envers. Jean qui rit, Jean qui pleure, où donc est notre part d'enfance, rangée dans le placard de nos mémoires profondément ancestrales, transgénérationnelles ?

Winnicott soulignait que notre capacité d'être seul repose sur l'expérience antérieure quand il était enfant, seul "en présence de sa mère"...

Et, lorsque les deux parents manquaient à leurs devoirs d'aimer, où trouver joie profonde, bien-être total, perfectible solitude aimante ~~(moins aveugle depuis l'Origine, d'avant-avant hier humain)... ?

 

~~ Le doute est la clef de toute connaissance (proverbe arabe).

au resto FADO / Lisboa

au resto FADO / Lisboa

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 00:00

On sort - le soir, questionner les arbres, à tout ignorer de la sève montante et des sucs et parfums des fleurs bourgeonnant, autant qu'on ne devine ce en quoi notre cœur contient de sentiment d'amour universel, on écoute le dernier chant d'oiseau, tout ce qui est placé, prioritairement, malgré nos ambitions, nos rêves, goûtons l'instant d'infinité.

Chacun des grains de notre peau est doué de vie.

Et, de divinité.

L'humanité s'éclaire de la lumière céleste.

Au tactile, il sait, il goûte et il sent, il écoute et il voit, celui qui se laisse traverser par la lumière des sens, au sensorium (sentiment intérieur) du toucher juste, et agréable, la mémoire de l'ombre du corps remontant à fleur de peau jusqu'aux extrémités éveillées, il en est ainsi de tout l'ensemble du corps-sujet, au jour tombant qui touche le sol, la nuit tricotant nos rêves et nos fantasmes, au demeurant, conséquemment à la vue, l'odorat, l'ouïe, le goût, le tactile, le subtil (r)éveillé, l'être renaît à lui-même, forme et fond, dans une combinaison de substances d'affects.

L'Instant d'infinité
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 00:00

Il voulut, tout fut fait, dès qu' Il parla LE langage des oiseaux par temps de pluie régénératrice.

Le silence vint après. Peu après que le dernier volatile se soit tu.

L'intelligence des Mystères fut connue.

Aucune folie d'esprit. Pas plus de cœur vaniteux. Pareillement, l'Humanité s'est tue.

Paradisio. Vraies sapience et sagesse, vraie simplicité de science. Aucun mot.

A peine il y a silence dans quiétude, sitôt il y a pleine existence hors les maux.

L'un n'est ni ne peut être sans l'autre. Silence vaut sapience, et sapience, bien-être total.

L'existence à la vérité suppose la quiétude de l'esprit (une fois la paresse passée ; le doute, effacé ; la colère, disparue)... Ne rien vouloir égale à Dieu, plaçait Angélus Silesius en nos bouches demandeuses, un manque creusant la peine psychique jusqu'au fond du puits de l'âme.

Ne rien vouloir pour "être beaucoup".

L'amour est l'être, quand sagesse forge l'existence.

Paradisio : à côté du discours récurrent...ET du trop plein de paroles inutiles.

Bavardage de psittacisme.

Toute âme est "divine", qui contient Dieu en elle-même.

Et, ce qu'il y a de "divin" en le corps qui la contient, cette âme (pensée, sans connaissance, donc : pure)...

Eau calme et pure au fond des surfaces agitées ; sous le tsunami des esprits dérangés, la profondeur d'être est tranquille.

L'existence est une, et mille...

Tel écrivain, dans sa manière d'être, attitude de son style (non d'un "corps de métier")..

Par cela même qu'il n'existe pas dans la communauté des ordinaires, sans l'être spirituel.

Para-dis...sans mots/maux de côté. Paradisio... A y percevoir clairement par là que le divin existe par là-même où plus rien n'est "travaillé" de force, pour pouvoir se croire exister (dans le monde, bien trop pressé pour y déceler la moindre étincelle de L' Infini vivant... qui appelle les "esprits purs" (tout est pur pour un cœur et un esprit purs), en silence, non en leur parlant à voix humaine ou angélique... (ne fût-ce que par le sommeil para-doxal, ou / et profond)... Il ne s'ensuit jamais qu'il soit décelable, visible, touchable, de ce qu'il est comme tel, Infini lumineux silencieux, mais à la reprise des roucoulements de tourterelles, de trilles de colombes et de maints chants d'oiseaux marins, infinité d'êtres célestes posés sur terre accompagnent les éperdus, et, les ignares, et tous ceux qui ne veulent jamais Le re-connaître, ne fût-ce que par le feu éternel de l'Art, d'œuvres d'art, même de musique, à s'en préparer leurs dia-boliques côtés ombreux, adhérents à leurs enfers, donc, il ne s'ensuit proprement que l'Infini nous parle au mieux, mais de ce que les langages d'oiseaux peuvent nous en dire mieux, de Sa présence en nos apaisements.

Oui.

Ca oui.

Paradisio.... Estimer la quantité des cadeaux (de la Vie) / Plus l'homme est "infini", plus il s'assure et se rassure du Divin qu'il porte en lui... Etant corps nu d'homme, il soupèse son incréé à la mesure du poids de sa valeur créée, autant d'amour pour autant de haine, tel dieu combattant avec sa part diabolique...des lombes aux viscères, son âme angélique connaissant déjà l'ampleur infinie du plus haut ciel (nos yeux ne voient que la coque du Navire-Cosmos...dont par-delà, par-dessus la nappe visible se distille le tout dans ses parties stellaires, poussières de l'Espace-Temps réuni(es).... ) Induction similaire à l'Univers créé d'un simple souffle de l'Esprit Un. Comme ça. Parce que, sans plus... Dieu-homme, Créateur unique de toutes choses.

PARADISIO /...........

Paradisio. Vraies sapience et sagesse, vraie simplicité de science. Aucun mot.
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche