Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 00:01

 

 

Allons par les chemins des souvenirs étranges, Oubouboum Tébictoum, reconnaître nos folies inconscientes, allons, prenons la Malle-Poste des incertitudes, et gagnons le calme rivage de la Paix recouvrée :

- J'ai à te dire, toi de là-bas, que les clés du futur sont rangées dans la malle du passé ! Les savoir retrouver, c'est ouvrir de nouveau ton coeur à la Sérénité... du vrai bonheur, et les clés de ces réponses à ce dont tu as besoin comme à ce que tu désires vraiment, ce qui est bon pour toi...ne l'est pas forcément pour un autre !

De ce pli proverbial arabe : "Une fille célibataire a une aile cassée"...

Les petits oiseaux houspillent les gros, ils les pourchassent de par les rues, ils vont et viennent à la rescousse d'une pitance à sauver, ils me font penser à la malle-poste qui galopait de par les rues pavées et chaotiques allant porter les petits billets, tous paquets, et les enveloppes plus épaisses, estampillés parfois d'un cachet de cire, là-bas, vers où les destinataires les attendent ou non , plis contenant tous les secrets du monde, genre :

- La  F.I.F.A  signifierait maintenant : F ric I ndispensable pour F ooteux  A vachis, des "bleus", quoi..! 

- Est-ce vacance, c'est Juillet qui sonne ses premiers jours ? Je  suis capable de faire des choses que tout le monde ne peut faire, par conséquent, et par toutes les Postes, il m'est difficile de faire ce que tout le monde peut faire, je ne suis mouton de Panurge ni perroquet, peut-être mésange colorée du Québec, l'oiseau qui revient toujours chercher des nouvelles auprès de ceux qui l'ont délaissé...

- Ah ? ! Vous allez chez eux ?

- Aussi librement et autodidactement que Chaissac, lequel ne fréquenta aucune école d'art, ne fréquenta aucun atelier d'écriture ou toute autre imbécillité de ce genre de rumeurs d'apprentissage, lieux où, très souvent, vous n'apprenez rien, hormis vous défaire de tout académisme et de toute contingence qui n'a aucune nécessité dans la suite de votre saine et sage identité...  L ' écriture ne s'apprend que par l' Abécédaire ou le Lectionnaire de la vie ! Bon Vendredi, Jour de Vénus.....  Tout à l'amour, bonus malus...  Au Samadhi du samedi, le "moi" n'existe plus,  tous les jours sont confondus en un seul jour, et celui de l'amour....

- Un pli urgent pour JUNE, aussi :

Vivez douce enfant Vivez là où vous êtes

Vous serez pour un proche une âme de poète

(Souvent, la présence d'un animal chez soi comble un vide ; toujours, La Poésie allège un manque...)

A l'écho, cette fois, le proverbe chinois : l'archer change la corde usée et tend son arc à nouveau

 

- Toi l'impie, sûrement que ce poème te profile :

                                                                   Tu n'aimes pas nager

                                                                   Tu as peur de ta mère

                                                                   Et quand ton père pète

                                                                   Tu en prends pour perpète !

- Par la philosophie du toucher, la main a ses poèmes, a dit Bachelard par Proust, non ?

Au sixième sens, l'inspiration m'a visité ce matin, voulez-vous bien recevoir par ce pli blogiste mélodiquement mon poème, le temps ne s'y donne jamais d'avance (c'est par ses ombres qu'on atteint la lumière) :

 

Au troisième chevalier qui passerait dans l'air

Ne touchez pas la main   Noli me tangere

du chevalier qui passe on entendrait la voix

filoutée floutée feutrée qui raillerait l' Enfer

d'avoir vécu l'enfance sous des cieux incléments

Que son ombre gracieuse suspende l'atmosphère

ici même et partout pour en faire lumière un moment...

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 00:05

Quoiqu'il arrive

il ne faut pas mentir

(idée Kantienne sur l'authenticité)

 

Lentement se dessinent les traits du Philosophe

et lentement s'impriment ses propos finissants :

- Que puis-je connaître ? Que puis-je penser ? Que puis-je espérer ?

Que puis-je être et rêver d'être, dites-moi.... ?

ICI, ...Que puis-je si je ne suis pas moi ?...  (voix off)

 

 

 

                                    VIVARINI BARTOLOMEO  STS Pierre et Paul,  Solennité (d'un discours philosophique ?)

 

MT 16,15, en Haute Galilée, où  Il  se trouve en compagnie de ses disciples, d'une seule question précise et pertinente : - "Mais pour vous, qui suis-je ?".... D'une franche et lucide réponse, c'est Simon-Pierre qui la lui

révélera par  MT  16,16 ...;,  et,  tout ce que  l'  Humanité  reprendra par cette même question,  souvent dans 

les yeux d'autrui ( miroir de l' Amour)  :

- Miroir, yeux de l'altérité, toi que je regarde pour savoir qui je suis, qui suis-je bien à ton reflet ?..

Quel partenaire aura la franche et juste réponse ?

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 00:00

17 Juin 1940 -  Le grand homme quitte Bordeaux pour la Grande Île...

Combien de vrais Gaullistes  compte-t-on à cette heure ?

Mets tes os au placard, s'il est trop tôt, c'est trop tard ! On entend sur les ondes la courte voix du Maréchal (vénéré après qu'il fut le victorieux de Verdun !) :

"C'est le coeur serré que je vous dis, aujourd'hui,  qu'il faut  arrêter le combat...."

A cet instant, après de nombreux allers-retours Bordeaux-Londres pour trouver une négociation d'accord avec Churchill, ce dernier ouvre le micro de la BBC à la voix qui libérera ... Paris :

"La guerre ne fait que commencer, la flamme de la Résistance ne doit pas s'éteindre"...

Après : un long exil sur cette Grande île de l'Angleterre, les Sénans, les premiers, à rejoindre cet Appel de la Grande marée qui réduira le pain allemand à de la mie ...Haine-mie !

- C'est la débacle des consciences ; toi, pour qui es-tu, à quelle écoute réponds-tu, à cette heure du 18 ?

La Résistance ou l' Armistice ?...  De plus, à Chartres, le Max-Jean Moulin arrêté, qui tenta de se suicider, même...

- Ce sont les possibles non avérés, les Américains ont débarqué, Le suicide d' Hitler stoppe son Horreur en son Bunker, il a commis la stupide erreur Napoléonienne des grands esprits de tout vouloir pour eux seuls, sans partager équitablement La Planète, corps-esprit de la Terre-Mère,  comme quoi les excès ont et feront toujours scandale dans l'opinion  autant que les mensonges et le cynisme choquent encore les esprits et blessent nos valeurs humaines.

Encore aujourd'hui, être trop possessif et trop jaloux prouve qu'un semblable ne sait pas se débrouiller seul, et, qu'à force de disputes régulières, l' Amour ne peut durer, ne durera pas, les mythomanes et les hypocrites se mentant à eux-mêmes aussi !... Le coeur honnête lancera toujours un appel depuis son exil, comme un Homme des îles vers le Continent des amours possibles.., des ententes particulières..., des renouements après les incompréhensions utiles et nécessaires.

       17 Juin 2010 -         (Au gré des marées, par l'anse de Plomelin, futaies et taillis, sous-bois et campagne, grands champs de liberté, bouquets de feuillaisons et de feuillages dans le bruit du vent frais comme rumeur de vagues, merises goûtées, fleurs, mousses des pousses de mûriers à cueillir pour la compote de fin août-début septembre, chevaux sur la route des châteaux dont celui du vaste domaine des Perrenou...  Des mares aux grenouilles, un lavoir tel une plaque d'eau alguée des Charentes, un pigeonnier à l'écusson des Sévigné, des bancs pour amoureux et promeneurs égarés...La Chapelle St Roch enfouie dans l'encoignure d'un écrin de verdure...De nombreuses boucles aux voûtes de châtaigniers, de charmes et de chênes qu'on abattra dans 22O ans !...Les algues, les fougères, et les rivières de blé...sous la houle du vent.... Beau temps... Et, tel un Québec libre, tous les horizons de sapins sur les bords de l'anse...Mon Exil, Mien exode, mais bonheur...d'être vivant dans un monde de paix, pourquoi les guerres, encore, là-bas ?.. Le fric, la puissance et la gloire, aussi, règnant sur le "monde" des footeux;... Honteux : plus d'humanité ? ou suis-je en grande naïveté, toujours, le poète ne connaît aucune frontière ! Il a le masque des statues de l'île de Pâques....., pense aux libertés volatiles, entre souvent en "résistance", et, l'esprit vagabond, il  fait l'amour aux mots ...! Tant de paix .... Grand calme des oiseaux !) 

 

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 00:06

Curieusement, ce jour-là, l'addition dont je dus m'acquitter se montait au Mauvais Chiffre du Diable, 6.6.6 -

La vendeuse : - Vous devriez jouer au Loto !

Je n'en fis rien. Avec un tel chiffre, il convient d'attendre d'atteindre la perfection du "6",

ce à quoi l'homme doit  tendre dans une vie

Le bien et le mal s'interpénètrent en tout !!!!

 

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 00:06

 

 

Le destin s'est-il joué de moi m'envoyant professionnellement servir sur Douarnenez

quand on m'avait, depuis Lille, proposé la Direction des Postes de Rennes ?

Je suis devenu Rennophage, aimant m'y rendre dès que faire se peut, dès qu'une occasion m'est agréablement donnée, rectifiant ainsi quelque peu ce qui me paraît être un (joyeux ?) coup du sort ..

- Oui, mais à Douarnenez, tu as la mer, me dit-on...

- Oui, mais je nage pas dans les eaux froides, me fait office de réponse.

(certains jours : 15° en surface, 10/12°  dans les courants de fond, rafraîchissant les pieds !)

  (ET : re-merci  DEEZER, donc, après un long temps de silence !)
Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 11:40

Une revisite des amours adolescentes me renverrait au Grand Ecart, un des premiers ouvrages de Cocteau tombé entre mes mains sans qu'il me souvienne de rien, sinon la citation d'exergue : "tout riait de travers"... Je ne souriais guère, à ces heures de rêverie où je me vis tout vêtu d'un habit de cérémonie, et ganté, attendant une dulcinée qui ne pointait pas le bout de son nez, sauf une fée que je fis pleurer comme pleurent les étoiles, à chaque lever du jour, à goût exquis d'une Sirtema de Plouhinec, toute petite grenaille, pomme de terre aussi ronde que des yeux de gamine.  

C'est le trouble évident que j'ai connu là-bas  - ne fut-ce jamais dit qu'à l'unique sentiment, mais tes yeux n'ont rien dit aux miens chercheurs de bien-être ; ils ne m'ont pas fixé ainsi que je l'eusse voulu, espéré, attendu ; et, quel mot ne m'as-tu soufflé, qu'un seul silence étrange dans cette chambre amie ? Plus froide qu'un tombeau toute la nuit, moins voulu que ressenti le désir d'être loué par la pensée profonde, par le toucher sacré d'un luth ou de cordes, m'eût-il fait naître plus qu'aujourd'hui dans la chaleur d'une revisite en pensée des amours adolescentes....

Mon isolement renâcle sous l'éclat du ciel bleu au soleil de midi comme irrespectueuse dans la nuit l'amoureuse jeunesse sans rêve, tu pleurais, étoile de mon espérance, tu pleures à chaque nuit passée, le jour venant, se levant sur l'azur aux désolantes absences....

Sorti du quotidien, l'invisible corps oublié (vue de dos, le monde lui-même dans un "concert à trois" d'une tranquillité); le travail d'une main de soliste préciserait mieux le "moi" de tous les jours, qui nous imprègne profondément - mystère de la féminité de toute humanité qui émerge de l'obscurité exclusive d'elle-même dans le miroir des âges et de l'âme, ces yeux-là, qui s'arrêtent, en pleurant, devant notre "image" floutée

- La pensée vient des yeux que l'émerveillement ne dissipe.. au cantique de l' Agneau, mon rêve... !

Mon rêve ?

 

- J ' ai vu jaillir du seuil du Temple / Une source d'eaux vives....:/

Où passent en dormant la lune des temps et tous ceux qui étaient plongés dans ses flots, ils descendaient de la colline du péché, ils chantaient dans l'allégresse...

Le cantique de l'Agneau " - Alleluia !....

(Répons Baptismal, Aspersion - Texte arrangé selon une aspiration / inspiration  poétique)

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 00:02

- Il a dit ça ?

- Vraiment, oui, il a dit ça... Relisez Matthieu 10 ; 34 - 39, vous saurez qu'il ajouta : " L'homme aura pour ennemis les gens de sa maison ;... Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera..." Depuis, le croyant est un épéiste ! Il s'escrime entre bien et mal, en lui, jusqu'à trouver la paix, qui est le bonheur même... Vivre paisiblement, sans tourment, voilà l'enjeu terrestre, par l'en-je qui respecte sa dualité afin de trouver, enfin, sa part de déité...."Eirênê soi ; Pax Tibi !.." Paix en soi ! Rien d'autre à faire, sur terre...

Puisque pas d'histoire ni de conflit sans politique,  tout fait mal, tout est "politique" !.... Un simple baiser donné sur le front de quelqu'un devient un acte politique, signe de protection , quand sur les lèvres, le même apposé, l'acte apparaît tout "Amour"...

Et, l ' amour est un projet à réussir ensemble, l' amour,  c'est davantage regarder ensemble vers un même cap que de s'éterniser, les yeux dans les yeux, sans bouger, c'est n'attendre rien en retour, aussi, le véritable Amour, sitôt terminée l'esclandre première, qui permet de mieux connaître l'autre, entièrement, quoiqu'on ne sache jamais connaître pleinement un être puisque celui-ci s'ignore, déjà, totalement !

 

 

 

                                                       

 

Mais ici, ce n'est que le carton de la brasserie-restaurant Quimpéroise où Max Jacob se rendait souvent, où un Chabrol "immortalisa" quelqu'excellentes scènes de son  Fantômes du Chapelier , et, plus modestement, où j'allais moi-même écrire,  à l'ancien temps de l'Eternité du lieu classé, comme ils ont refait tout l'intérieur en plus moderne, ce qui me fait y revenir que très, très rarement... Je n'y trouve plus la même "paix", justement !....

De sorte qu'à relire Esaïe, j'opte pour sa formule "26 - 3" :

".... A celui qui est ferme dans ses sentiments, tu assures la paix, la paix, parce qu'il se confie en toi..."

Je Lui abandonne ainsi tous mes combats intérieurs, tous mes projets, j'en éteins mon mental, comme on éteint la lampe,  la nuit, juste avant de dormir, et, de savoir - justement - qu' Il nous arrive la nuit "comme un voleur"...

Confiance. Je suis comblé. J'accepte d'être un bon guide...

Ma respiration, lumineuse, réchauffe le plexus solaire, je perçois la "Présence" électrisante, une embellie dans le nocturne nuageux des pensées vagabondes, les reins sont deux poings fermes d'ions, le corps, une source captive de frissons positifs, le coeur à l'écoute, je ne dis mot, la bouche à peine close, je respire "la paix", après le finir de toutes mes batailles...

Le Présent est un haïku de silence divin dans le cri de chaque homme en perdition...

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 00:00

Non à la dictature

Non à la royauté

Non à la tyrannie

Non à l'anarchie

Non à la maltraitance

Non à la violence

Non à l'intolérance

Non à l'ignominie

Non aux insolences

Non aux amertumes

Non à la soumission

Non à l'injustice

Non au viol

Non au crime

Non au soudoiement

Non à l'esclavagisme

Non à l'imbécillité

Non à l'idiotie

Non à la crétinerie

Non à l'immobilisme sot

Non à la vitesse "aveugle"

Non à l'irrespect

Non au tabagisme

Non à l'alcoolisme

Non aux drogues dures

Non aux produits illicites

Non à l'inégalité des chances

Non à l'inégalité des partages

Non à l'égoïsme

Non au j'm'en foutisme

Non au pessimisme

Non au terrorisme

Non à la perversion

ni aux perversités intrusives

Non  Non  Non

                                  - Et, vous êtes sûr d'aller bien ainsi sans rien ?

                                  - Je suis en pleine santé dans une société malade...

 (de "court-termisme" *  et de rapidité)

* néologisme de J.L Servan-Schreiber

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 12:41

Afin que vous puissiez connaître comment je suis "arrivé" à la finition de mon texte "Château du sacrifice", en voici les moutures, fronton d'un dessin, fondation textuelle.... sur deux pages de notes. L' ange de l'enthousiasme m'aida à la finition, enthousiasme : transport divin.

 

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 15:40

Sur le chemin marial, tout " s'accomplit " en grâce subliminale.

Le vent de l'esprit ouvre une page du Livre de Sophonie (3, 14-18) :

 "Il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête..."

 

 

REICHLICH Marx, Meeting of Mary and Elisabeth

 

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans écritures journalières
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche