Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 08:22
Plaçons bêtise dans le nez
quand aux yeux l'intelligence y est
Bouche dessine la sensualité
au contraire de la spiritualité
du corps bien ou mal orchestré
par le souffle de l'esprit bien ou mal né
L'âme au front du troisième œil placée
L’Ouïe résonne au son précis
L'écoute aimante des mouvements d'un phrasé
qui se voit dans l'image des mots
au contre-transfert haineux des maux
qui n'aiment pas trop les silences
alors que d'un être en eux là tout y est
Commencer la Journée par vider
la Corbeille des semainiers passés
Afin de s'ouvrir mieux à la page blanche
Et de rendre visite dans le logis neuf du Bon Jour
où se suspend la toile d'araignée
des rêves puissants de chacune des nuits
Un chasse-angoisse en pendentif rouge-sang
qui relate les anciennes entrevues de nos mécontentements
Qu'est-ce que les joues contiennent comme son d'étonnement
si les bajoues soulignent quelquefois ce qu'atteste Lalangue
au sens Poëtique des noeuds borroméens
Culte paradoxal d'un De Maîstre en le maître Baudelairien
du mal et de l'angoisse Sadien
Et ça parlait de "moi" quand ne disait de l'Autre, rien...
Coucou, me revoiloup,
ça va, vous ?
- Peu, mais persévéremment, pour moins souffrir de la brièveté de la Vie...dont s'aveuglent nos profonds sentiments...
Sagesse, page du sang : - Fais-toi remarquer le moins possible, c'est dans l'ombre que l'on trouve La Lumière (de soi, des autres, de l'au-delà de Tout - cette force silencieuse qui pousse vers l'avant, vagues d'éternité (du Temps), silence éternel qui se développe, l'absolu donné à nos intuitives activités ) - le mal-être cache quelque chose de bénéfique, bonus à nos destinées : soleil, force, grâce enfouis dans le Visage jamais vu qu'en méditant sur la pointe lumière depuis notre nu les ombres portées ! Voyez-vous comme soudain tout s'éclaire ?.. Hatha-Yoga de la pensée !

Yogi assis dans un jardin.

 

 

 

Yogi assis dans un jardin.
Repost 0
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 18:07

Les glaciers fondent. Des touristes paient pour y aller voir. Je doute qu'on soigne la Nature et la terre... 50 % des animaux sauvages sont disparus, déjà... Je doute de la santé mentale des Hommes, mes pairs sans pères... Ai-je un corps, encore, à sensation/sensibilité fortes ? L'émotivité suffit-il à motiver la Poésie de ces abandons-là ?  Sur ce que le soleil absent me dit :

Rogner sur la dérive
Ne point trop s'approcher de la rive
Da Bep Dec'h...Toutes directions confondues.
Cascade de feuillages en douce lumière
sous laquelle l'Odet au Steir veut s'endormir.
Disponible à la tanche ainsi qu'aux reflets de l'envers
des feuillaisons.
Un pêcheur du Monde Oriental lit sa revue.
Ça ne dit rien du réel, ce monde imprimé-là.
Nous sommes des fronts lisses qui ne pensent plus.
L'espace-temps de rêver. Nous précisons le chant
intérieur.
On observe le corps manquant.
Dans l'instant c'est rêver sans mourir ni amour -

Point tant d'avidité 
pour obtenir une journée
Z e n
qui de toute façon va filer
dans le temps -
Douleur et tension n'existent pas dans le ZEN...
Alors, par mon dessin, à tous et toutes, Bonne Joie Simple !
Z'aime !

Déforestation
Défaunestation
Cornouaille que nous restera-t-il
sinon tes landes et tes bois ?
Eh quoi, eh quoi, pour moi,
sans coassement 
de crapauds-grenouilles
si plus d'abeilles
Tacite Oeuvres complètes
Lecture d'été (reçu à l'instant)*
Hors vie, hors temps ?...
Point tant, pas tant !
(de vous à moi, 
pas tant) !
* (de Saint-Ay, rue Voisinas - proche Saumur)

Bienveillance
Équilibre émotionnel
Bel et doux arc-en-ciel
dessus les eaux de l'arrogance
Sagesse de l'esprit entraîné
matin jusqu'à soir tombé
en dépit de toutes les difficultés
du quotidien
parmi les vicissitudes de nos petits "rien"...
comparées aux multiples grandes douleurs
du Monde...
Pleut-il sur grands orages, 
qu'enragent les vents de la colère
- ça colle à l'air,
toute cette histoire humanitaire, 
mais comment s'en défaire
si personne ne voit se lever
calme clair et doux
Le bel arc-en-ciel aux câlins des splendeurs ?
Beauté extérieure
en ressources intérieures
Laissons les catastrophes naturelles
aux réflexions des mauvais esprits qui les firent telles
En à peine deux décennies
il n'y aura plus d'animaux sauvages, ai-je appris -

Que les gazouillis sans retour
de l'amour
s'envolent à l'Alcyon fuyant Éole
Sitôt n'ont plus cours
Bise et baisers
caresses du vent et des mots d'amour
Que ne resterait-il qu'un chant de cœur
au corps aimant
Les gazouillis des oiseaux diront toujours
Parade pour les hommes
Mascarade pour femmes
Rondes et pas de deux
Font danses d'amoureux !... 

(Avez-vous donc bien vu comme la Lune...)
En ces nuits,
La Lune insomniaquise
Se dardant à se croire Marquise
Soleil et compagnie !
Pleine angoissante clarté, promise... !

Avec 3°c de plus de réchauffement climatique
Nul ne se préoccupe déjà plus de poëtique !.

Douceur et fragilité que la vie
Va-t-on connaître La Peste climatique
(avec, au moins 3 °C de réchauffement de plus ?)
Iris - faux acore - Iris hélophyte
(des cours d'eau, pseudo accord),
Dureté et rigidité accompagnent la mort
puisqu'à fermer leurs yeux les Politiques
signent des traités qu'ils ne respectent guère
tuant la Paix et la Nature pour quelques autres guerres
étrangères à tout peuple de Sagesse
au-delà des Livres
(a-t-on déjà publié à cent mille exemplaires un recueil de Poésies ? Toujours des cercueils romanesques en série noire, oui !... )
Après tant de meurtres et de catastrophes naturelles,
on pleure, on crie : - Vive la Poésie !
Ouais, disent Terpsichore, et corps d'Erato, mais c'est trop tard...
On mourra en citant les neuf muses telle première, Clio : la muse de l'histoire

Euterpe : la muse de la musique, joueuse de flûte

Thalia : la comédie

Melpomène : la tragédie

Terpsichore : la poésie lyrique et la danse

Erato : le chant nuptial

Polymnie : la pantomime et la rhétorique

Uranie : l'astronomie et l'astrologie

Calliope : la poésie épique...

Ô vous toutes neuf, souvenez-vous de nos tristes échos !

Bertrand.Delporte, au semainier (sur la semaine en ces périodes sans personne)

 

LE DOUTE AU PERE/PAIR...(opère la folie par la raison peu éloignée du Génie)....
Repost 0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 09:28
CLINIQUE DE L'ODET (24 Juin 95 - Juillet 97)

ll ne fut pas violent par la parole, mais par un "excès" de vérité de parole, Jésus parla peu, mais bien, et c'est pourquoi on le crucifia - on ne supporte s'entendre dire des "vérités" sur soi, alors on tue, on éjecte, on évince -.... Longtemps, maintenant, le rêve en tout... Si j'avais certifié à mes parents que je voulais écrire, ils m'auraient tancé un : mais, à qui, pourquoi ? Où irais-tu en corps et en esprit, sinon à l'écart du monde, les secrets et mystères ne demeurent qu'en fin fond d'une Lascaux, caverne sombre et noire... A souffrir de dyspesie (trouble de la digestion, d'une digestion difficile), m'entendre dire cela créa en plus ma dispsomanie : - trouble et besoin irrésistible et intermittent de boires des boissons (fortement ?) alcoolisées.. Même en Agapé : amour, repas pris en commun des premiers chrétiens copieux et joyeux (bien arrosés du "vin" de la vie ?), entre amis ?... Agamie n'est pas agonie ! Reproduction asexuée ? Trois bases ainsi pour l'abstinence, et la sobriété : - émotionnelle, financière, sexuelle... Quid des suicidants, qui ne sont qu'appels au secours (je veux vivre à tout prix, non un désir de mourir immédiat !) ? Les suicidaires vont de même sens, l'engagement doit être quotidien et individuel, si on tient à bien les soutenir, soigner, accompagner en amour (couple, altérité), remparts contre toute folie, pénitence façon Soutines ! Le rouge-sang dégouline... Le point d'orgue est l'idée de vide. Le bleu n'a pas de dimension. Le ciel. Uniquement, le ciel, qui tombe sur nous, à livre ouvert et voie aux quatre dimensions de l'Univers de l' Un, en une nuit, et, de l'écriture-fantôme qui touche au plus profond de l'être..(écrivain). Juste ça, ô Juste ciel !

CLINIQUE DE L'ODET (24 Juin 95 - Juillet 97)
CLINIQUE DE L'ODET (24 Juin 95 - Juillet 97)
MANUS CHRISTUS BL 1 & 2MANUS CHRISTUS BL 1 & 2

MANUS CHRISTUS BL 1 & 2

Repost 0
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 08:54

 

Saatchi Art Artist Alison Johnson; Painting, “Twister” #art

 
Repost 0
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 09:48
Face-bouc a supprimé mon profil (ENVOLÉE MAGIQUE VERS D'AUTRES CIEUX)
Repost 0
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 09:15
LECTURE (s) KDO EN JE(ux) D' eau

On ne sait pas

Au-delà des habits ni des Nabis...

Prophète ou Poète (ou les deux, pardi, ô par-à-dits !)

«Je sais tout…».

LECTURE (s) KDO EN JE(ux) D' eauLECTURE (s) KDO EN JE(ux) D' eau
Repost 0
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 19:59

Sri Aurobindo :

“Les pouvoirs symboliques du nombre et de la forme,
Et le code secret de l’histoire du monde,
Et la correspondance de la Nature avec l’âme
Sont écrits dans le cœur mystique de la vie.
Dans l’incandescence de la chambre des souvenirs de l’Esprit,
Il put recouvrer les lumineuses notes marginales
Parsemant de lumière le parchemin morose et ambigu,

Il vit la pensée sans forme dans les formes sans âme,
Connut la Matière enceinte du sens spirituel,
Le Mental osant l’étude de l’inconnaissable,
La vie en gestation de l’Enfant Doré.

Un éclat plus vaste illumina la page puissante,
Une raison d’être se mêla aux fantaisies du Temps,
Une signification rencontra l’allure trébuchante du Hasard
Et le Destin révéla la chaîne d’une volonté clairvoyante;
Une immensité consciente remplit le vieil Espace muet
dans le vide il vit trôner l’Omniscience suprême.

Une Volonté, un espoir immense s’emparèrent de son cœur,
Et pour discerner la forme du surhomme
Il leva les yeux vers des hauteurs spirituelles invisibles,
Aspirant à faire descendre un plus grand monde.
.................................................................................................

Un assemblage compact de vies expérimentales grossières
Est réuni en un tout de mosaïque.

Un animal avec quelques instincts de Dieu,
Sa vie, une histoire trop ordinaire pour être dite,
Ses actions, un nombre dont le total est nul,
Sa conscience, une torche allumée pour être éteinte,
Son espoir, une étoile surplombant un berceau et une tombe

Impassible, il vivait à l’abri des espoirs terrestres,
Une image dans l’ineffable sanctuaire du Témoin
Arpentant la vaste cathédrale de ses pensées
Sous ses arches indistinctes par leur infinité
Et la couvée d’ailes invisibles tendues vers le ciel.

Une lumière universelle était dans ses yeux,
Une affluence dorée fleurissait dans le cœur et le cerveau;
Une force descendit dans ses membres mortels,
Un courant venu des mers éternelles de Félicité;
Il sentit l’invasion et la joie innommables.

……………………………………………………………………

Le petit anneau de l’ego ne pouvait plus se fermer;
Dans les espaces énormes du moi
Maintenant le corps semblait être seulement une coquille errante,
Son mental, la cour extérieure aux multiples fresques
D’un Habitant impérissable :
Son esprit respirait un air surhumain.

Il n’y avait plus de petite créature poursuivie par la mort,
Ni de fragile forme d’être à protéger
D’une Immensité engloutissant tout

………………………………………………………………………

Montant et descendant entre les pôles de la vie
Les royaumes compact de la Loi progressive
Plongeaient de l’Eternel dans le Temps,

Et remontaient du Temps jusqu’au Moi immortel,
Sur une échelle dorée qui porte l’âme,
Liant avec des fils de diamant les deux extrémités de l’Esprit.

Savitri. Livre I, Chant V.
(traduit par la Mère)

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 23:35

LES CLIMATS SONT DERANGES...QUE RESTENT-ILS POUR NOS CITES ?

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 13:47
TROIS CARNETS DESSINS FINIS...
TROIS CARNETS DESSINS FINIS...
Repost 0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 09:32
Une semaine avant son suicide, il vend cette toile, mais sans en être vraiment content du prix

Une semaine avant son suicide, il vend cette toile, mais sans en être vraiment content du prix

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche