Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 08:56

Au baptême de la Lumière, petit Jour, La Vénus endormie somnolait... en mon rêve paradoxal.

(Venere dormiente)  Ne me vint aucun autre écrit...que Silence de Nuit... en-corps...ébaubi.

Que ne redevenez-vous femme et homme d'autrefois
à se reconquérir au moins quelques jolis apaisants "moi"
Nul ne prévoit assez de dépenses d'énergie
pour un moment songer à meilleure vie...
qu'ici-bas (mille alentours)
Après avoir repoussé les bassesses de qui n'épouse que faillites d'amour !
Pas même l'annonce d'un baiser à la veille d'une caresse...
Ni plus célébrées de sages familiarités qui ne blessent...
Rien ?... Solitude autour, Manus Stupratio, Fillette ?
Quel autre mal stimule votre coeur-amulette ?
Jamais flétrie, l'ardeur de quelque désir moins bête....

Les insectes du matin
gazouillent tant et bien
- vertiges du quartier moyen

Dedans mon reflet :
(et, un matin, curieusement , l'homme se réveille "f'âme" et la femme : - AUM)

Vénus endormie (Giorgione)

Au baptême de la Lumière, petit jour, La Venus Endormie somnolait... en mon rêve paradoxal.
Repost 0
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 15:12

Je suis un élu de la nuit
plus qu'un esclave des labeurs ordinaires
tel à l'éclipse lunaire
Ténèbres-Lumière et nuit 
ne forment qu'une même Origine -   B

 

sophie calle  / AMNESIE

sophie calle / AMNESIE

Repost 0
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 08:08
Vous serez touchés de manière positiveVous serez touchés de manière positive

Marie, sur toi on ne dira jamais assez, ah donc De Maria nunquam satis, victorieuse de "toutes nos hérésies", vérité plus que jamais valable, qui s'attriste de ne point jamais te voir ne s'en plaint aucunement, puisque celui-là se détache alors de toute mort en s'entraînant à se La voir, sans coutume d'abandon à pareille heure orientée, puisque si Elle te guide, jamais tu ne dévieras..."Comment Marie eût-elle pu n'être pas être silencieuse ? Une créature qui avait vécu si longtemps avec le Créateur ne pouvait parler beaucoup. Son cœur était plein, son âme était réduite au silence. Toutes les similitudes avec Dieu étaient passées dans l'âme de Marie. Nous savons combien Dieu est silencieux"...Il y eut La Journée de la Femme, mais la première de toutes n'était-elle point donc La MARIE, au désert du Namih-Nakluft Park qu'en toute autre Namibie de nos déserts nôtres, à la journée dans la suite des temps, à diriger nos regards vers Sa Lumière blanche comme vers le centre réel et le point culminant de tous les siècles des siècles, là, on se situera au "présent"... 
Et ce jour, le Soleil que je vois est Lumière blanche de Marie.

Toujours en péché, les empêchés seront sauvés, et plus sereins, leurs cris, ils ne seront que voix adoucies, adoucissantes, à doucir ce qui était durci.

Folies Wives... Non d'Espagne, mais d'ici... Coloris du matin dansant parmi les souffles doux du lever du jour ambiant dessus Kemper s'éveillant... A la douceur de l'air, il ne se voit que les oiseaux de la ville et du bord de mer venus jusqu'à l'abord des chemins alentours... Où vont les cours de chant divin ? A quoi s'éveillent les bourgs voisins ?

Rêveur sans patronyme, complaisance avec les anges, ne souffrant point tant que l'on s'imagine épris de tant de douleurs et d'un sentiment fade d'une existence tourmentée des perplexités de la vie..

Noble bonté, le monde a besoin de "voix humaines"
qui n'expriment que le Beau.
De tels échos,
et les ténèbres actuelles en seront dispersées
dans une LUMIERE DE PAIX -

Chaque flux 
son reflux
et soi-même
qui s'inscrit
en cosmos hors du monde

La vie éternelle n'est pas dans le bon sens 
De nos vies en parcelles de par-à-dits
plus proche des étoiles qu'on ne le pense
Qu'est-ce qu'une vie éternelle sans croyance
Ouvrir le psautier ou le livre d'artiste en fulgurance
afin d'en découvrir ne fût-ce qu'une simple approche
terrestre 
Qu'est-ce que croire si nul ni personne n'en connaît la source
Sensuelle poésie du monde à l'endroit des fraîcheurs
Entrer en une pièce emplie de soleil d'aurore
Sans repentir y déceler du Bon art (de Bonnard) 
L'extérieur qui glisse à l'intérieur pour s'y mieux voir
Qu'est-ce que l’Éternité sans une vie au-delà 
On ramasse les bris de faïence de ce Paradis
éparpillé un peu partout 
Et voilà tout -
 B.

Vous serez touchés de manière positive
Repost 0
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 00:01
Hermaphrodite-Samalcis

OMNIA VINCIT AMOR (l'amour vaincra toujours) -

Sauf de ces mauvaises amours uniquement fondées sur la trahison d'une femme, via la ruse ou la parole faussée, promesses non tenues... Car le plus puissant des roi-guerrier-héros tombera en impuissance aux crocs d'une femme rusée, à langage flou ou non-dit... Ici... Le jeune était nu et se baignait tranquille, ayant rejeté les avances de la nymphe toute emballée par sa beauté, séduite au point que son sexe s'embrasât (quand c'est par le feu de l'esprit que les hommes se perdent et se fourvoient en intellect).. De fait, un jour, elle se cacha derrière un rocher, et, à peine fut-il en naturiste prêt pour le bain qu'elle se jeta littéralement sur lui, implora les dieux de lui accorder le voeu du mariage, et cela fut fait, dans cette danse charnelle qui suppose autant la naïve jovialité que la fourberie dues au cerveau féminin, puisque déjà, en première instance Biblique, face à la pureté virginale de Marie il fut mis la serpentine Eve, qui en découle PRIMA EVA PANDORA (aux nez et pieds grecs), à la fois trahison par la chair d' Eve et par la curiosité de Pandore, deux en une femme !  L'homme, dans le contexte actuel des identités prononcées, il est à la fois devenu Hermaphrodite & Salmacis, deux êtres confondus en un seul  (ici, ouvertement doublon, au fond du tableau, à l'écart du couple, sur le petit roc de verdure) !

Alors tous sont à la fois Hermaphrodite & Salmacis en un corps caché et un visible, l'image publique, l'autre, intime... Une fois rentré chez "soi", qui "se" connaît, que l'autre n'aurait vu dans la foule de tout un chacun où tout le monde s'ignore, qui ne se voit vraiment... La part de l'autre, comme dirait "l'Autre", justement... La connaissez-vous, la vôtre, la vraie "nature" ?

Nonobstant suis-je, n'ignorant les symboliques :

Au crâne tenu d'une main, prouvant la Vanité de tout savoir (ça-voir), le serpent qui s'enroule sur l'autre bras, représentatif de ce "péché originel" dont nous payons les pots cassés (les os meurtris : le sperme des ancêtres contenu dans l'os ou dans le vit), et, le vase à ceci du trésor de Pandore qui ne contînt plus que l'espérance une fois toutes les autres vertus envolées par trop de curiosité féminine, malgré l'interdiction... d' Épiméthée  , frère de Prométhée... Ou si nous préférons, fée-nymphe Psyché, puisque l' appelant (mon) Amour, tout homme est séduit par une "moitié" (recherchée à l'infini par l'Androgyne du Banquet)...et, femme dont la distance se situe pour la bien saisir (en compréhension mystérieuse) entre son vêtement et sa nudité (là, songeons à Maya nude or not)

Ici, la femme représente à la fois Ève, la première femme d'après la Bible, mais aussi Pandore1.

  1.  Raoul Ergmann, Chefs-d'œuvre de la peinture française, éditions de l'Olympe, Genève, 1996

Salmacis (en grec ancien Σαλμακίς / Salmakís) est une naïade. Elle est uniquement attestée dans les Métamorphoses d'Ovide.

Développement du Mythe :

Alors qu'Hermaphrodite se baigne dans une source de Carie, Salmacis, nymphe de la source, s'éprend de lui. Ne pouvant se contenir, elle étreint le jeune homme contre elle, et supplie les dieux d'être unie à lui pour toujours. Son vœu est exaucé et tous deux ne forment plus qu'un seul être, bisexué, à la fois mâle et femelle.

Salmacis est une nymphe atypique. Comme le souligne Ovide (IV, 306–311) :

« [...] inhabile aux exercices de Diane, elle ne sait ni tirer de l'arc, ni suivre un cerf à la course ; et c'est la seule des Naïades qui soit inconnue à la déesse des forêts.
On raconte que souvent ses sœurs lui disaient : "Salmacis, prends un javelot, arme-toi d'un carquois, mêle à tes doux loisirs les travaux pénibles de la chasse". Mais elle ne prit ni javelot, ni carquois ; elle méprisa la chasse, et n'aima que sa solitude et son oisiveté. »

Hermaphrodite-Samalcis
Hermaphrodite-Samalcis
Salmacis et Hermaphrodite

Salmacis et Hermaphrodite

Renaissance française : Eva prima Pandora / Jean Cousin l'Ancien vers 1549-1550,

Renaissance française : Eva prima Pandora / Jean Cousin l'Ancien vers 1549-1550,

Repost 0
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 11:23
Écolier de première Jeunesse (sous Lampe du Carlton)
Morgan Weistling m'a comme peint en classe...
Ainsi fussé-je... Rêveur composant sans présomption targuée d'aucun orgueil que d'une paresse sans amour de vertu, sophisme ou paradoxe hardiment au pas de l'aventure vers l'inconnu de soi :
- Ah, bonheur vous voilà, je vous cherchais...
- Moi aussi... Venez que je vous étreins...
- Chassez ce fou !
- Attendez, un petit baiser au coin de vos lèvres... Je vous donnerai petite vie...
- Ah ! Couchez-vous de bonne heure, bonheur... J'en aimerais une grande ! Je vous annonce joli, le divorce d'avec votre présence.., si fait, pour vous chercher en-corps.
- Et pourquoi donc, belle âme, si toutefois votre âme est belle et charmante, mais si mal fagotée, venez, je vous rhabillerai...
- Eh quoi, cher être d'inconnu, avec coquetterie, je n'ai point un sou de Poésie, j'occupe l'ennui à étudier toute vie... je pique bouc de talent, vous êtes le Professeur de sixième B., vieux pion, rongeur de grec et de latin, eh hein, bonheur, je prends bien la plaisanterie...à la lettre...
- Soit ! Parlons ensemble ainsi que bons compères... Appelle Victor Hugo, il te nommera cher petit poète, doux rêveur, viens me faire causer et voir... sensitive jeune vie... au coin de classe d'étude après les cours, puni es-tu ? Pourquoi ?
- Restez une seule fois, une heure, comme dire jamais, oh, le bonheur... Vous craindre ou de vous croire, avec Passion (christique), tout en n'y croyant plus, finir et ne plus être qu'une gloire de petits cahiers à coups de crayons rouges corrigeant mes écrits détracteurs, ah bonheur, on vous connaît, une fois qu'on ne vous voit plus...Voici ma première phrase comme elle était : - On veut vous aimer, sans vouloir trop vous connaître... Vous êtes à la fois le charme et la déception, sans grand destin que pour vous même, ô pensée vivace émouvante, si longtemps après tant de vies humaines qui ont parlé de vous, voyez, l'on vous cherche encore...
(Paf, l'instituteur nota dans son cahier, me tirant l'oreille : - ce jeune homme rêveur croit à l'absence du bonheur perdurable, aventurier d'amour à brides abattues, même si la vertu se cache en vérité, Zéro, puni, paf !.. Il est à conclure qu'il restera en l'étude, le soir, après la classe ; à faire signer par les parents) Il arracha mes pages suivantes dont je me souviens de tout, de mémoire posthume, si je puis dire, n'ayant tombées dans le "domaine public".. Les voici :
En corps, c'est que je voulus faire... Or, je n'en ai point... Ecrire le mot "bonheur" sur une page est facile, mais le vivre, ah lalala... Tout passe, tout coule, c'est déjà Héraclite ! Je sais, je l'ai lu ; déjà paru, le bonheur s'est envolé... Les choses de la vie en sont ainsi.
(Le bonheur, il était tel qu'il n'y eut point de bruit le concernant, si peu, tel et nu, si bien fait de sa personne asexuée, qu'on n'en guérit jamais d'approcher sa beauté qu'on ne peut donc étreindre et embrasser, à prendre toute une vie entre Dieu et les hommes, tant il tint à constamment être adulé, adoré, aimé tant et tant s'élever au-dessus des ennuis de nos ans-nuits ; le bonheur court après la JEUNESSE de la BEAUTÉ instructive, cette âme si empêchée, croyant la protéger, et telle, poissée par des expériences désagréables de déboire tragique souvent citées sans la comprendre, "une belle vie, pensée de la jeunesse réalisée dans l'âge mûr"....)
 
Sous réserve, Gidienne approche d'emprunt, l'élève que je fus s'y accroche... Il y adhère, et en fait son message... L'incertitude des sentiments, fidèle à soi-même...
Rêveur sans patronyme, complaisance avec les anges, ne souffrant point tant que l'on s'imagine épris de tant de douleurs et d'un sentiment fade d'une existence tourmentée des perplexités de la vie.. Susceptible et lésé. Bonheur, à mi-nuit, porte-voix du monde de toutes les bonnes opinions, allons sonner les cloches des villages pour aboutir enfin à l'harmonie céleste et l'ardeur sera notre consomption renouvelée parmi l'équilibre des re-créations de l'Univers aux quiétudes des étoiles...à découvrir l'inespoir d'en goûter la formelle immédiateté, chaque jour, jetons le manteau de Noé sur nos incertitudes, et, d'en prendre bonne note ; à preuve, on est pareil à tout étudiant, une main qui soutient la tête, l'autre, appliquée à écrire ses "divines paroles en esprit et en vérité" sur quelque cahier : un petit Journal que personne ne lira, sinon ceux et celles qui les appliqueront, en quête eux-mêmes dudit, bonheur au demeurant, les pratiquants d'un idéal... familier... loin des faux clinquants..., et, dépouillés tous, d'avouer : - qu'as-tu que tu n'aies reçu ? Les dons viennent de loin, sans rien posséder, corps sans ombre dans la Lumière de la volonté aimante de l'écrire et lire... composition du jour après devoir nocturne...
Ah, gourmandise de ces petits bonheurs-là... "De quoi d'autre vous inquiétez-vous ?.." - Messieurs, on se tait ! Ce n'est plus un cahier d'études, la vie, on efface l'ardoise ! Rayez tout ça... Tabula rasa des passages caviardés, ainsi tout se termine en compagnie de Personne !
Sous lampe du Carlton, suite 214

Sous lampe du Carlton, suite 214

Repost 0
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 11:09

Ah, comment donc mourir dans ce vivre comment ?
Comment moins donc souffrir en ce vivre pourtant ?
Comment philosopher sur l'idéal du Sage
en un monde en souffrance et qui peine au partage ?
Que signifie ceci ? Que suppose cela ?
Dans l'Abstraction de l'Art, bonheur de l’abstention
d'un vivre moins intensément ? Quoi ?
Dans ce peu de vécu, comment plein d'hypercérébralisation
de l'hypersensible...amoureux de presque rien
dans ce "presque tout"... Ah, quel coût ?
Ecouter la Musique du Monde bouleverse mon émoi...
En profondeur de silence tout à l'ouïe de jouir, écouter quoi ?
Quoi d'autre que souffrir et vivre sont unis (à vie, si je puis dire) ?..
Oui. Dans ce vivre comment, ah comment donc mourir
sans violence aucune ni aucune souffrance ?
Soif du vivre rend l'ivresse blanche.
Encore titubé dès l'éveil ce matin, comme d'avoir bu tant de rêves 
paisibles !

OUI... n'oubliez pas : on ne voit la lumière, que par l'existence d'une ombre, on ne sait le bonheur présent que lorsqu'il s'est enfui, on ne voit la beauté des choses et des gens que par leurs laideurs, etc... le yin toujours avec le yang, et non contre, vous ne pouvez non plus voir une pièce de monnaie sans avoir en main pile et face, comprenez-vous mieux, jeunesse/vieillesse, vous ne pouvez lâcher la proie pour l'ombre, ni l'un (e) pour l'autre, mais les considérer ensemble tous deux, contraires.., et opposés, cela fait LA TOTALITE DE L ' UNIVERS, lune cette nuit sera soleil demain, et vice versa .  Puisque c'est l'esprit qui fait, sinon notre "univers", du moins l'espace où nous vivons, cette terre même, et le ciel, s'il en est, à ce qu'aussi personne ne naît pour vouloir souffrir à tout prix, bref, que veux-tu alors dès aujourd'hui, vraiment, que veux-tu ? Si l'amour égocentrique va droit dans le mur, "altruisme & compassion" sont les deux yeux du vrai "amour"... de nos "interdépendances" loin des "haine-obsession", les deux poisons qui (nous) aveuglent... hauts et bas de L' existence une, pleine et entière... sur terre, et au-delà...

Le temps ne fait rien à l'affaire, seule la volonté prime et prévaut la candeur  -

Répondez : "je t'aime, merci" à quiconque vous nuira et ennuieraSi vos doutes vous menacent ou angoissent, ne leur donnez pas prise, levez la tête, voyez le ciel, et le ciel les emportera , y déposant à la place cette joie dont je nomme Amour la force de silence face à la "haine" de quiconqueIl convient d'offrir à bras ouverts à l' UNIVERS et aux Humanités... Ne jamais tout garder pour soi, c'est le meilleur moyen d'être "pauvre" et de s'étouffer !!! D'ailleurs, je viens de dire "merci" à la bougie que j'avais à mes côtés, puisque LA FLAMME m'aida sûrement à vous transcrire les réponses cosmiquement données pour vous apaiser... 

La pensée de l' UNIVERS traverse les plafonds et murs, elle ne connaît aucun obstacle ni aucune frontière Vous n'avez pas besoin de faire "zazen", la position assise, vous la trouvée en marchant, en vous...

Vous n'avez pas besoin de faire "zazen", la position assise, vous la trouvez en marchant, en vous... laissez toutes les formules acquises (pareil à tous les livres lus, fermez-les, oubliez tout, et .... vivez avec votre respiration) ... Ma devise d''écrivain depuis 1993 : je marche pour écrire, et j'écris pour marcher, et si le pas n'est plus, la ligne me situe

Ce que tout Maître spirituel dit est vrai, mais à un instant donné, après votre vie et l'époque auront changées, aussi vous devez en tenir compte et vous adaptez... sur les racines et bases de vos lectures, grandissant ainsi tel un arbre (voyez -vous les racines dans une forêt ?... pourtant, il a bien fallu des racines, elles y sont toujours, mais vous ne voyez que .... les troncs et les frondaisons, pas même la canopée, qui ne se voit que du ciel !!)

Grands égarés de la Terre,  VOUS REUSSIREZ...Dites-vous ceci : - Je ne suis pas un être humain venu vivre une expérience spirituelle, mais JE SUIS UN ETRE SPIRITUEL venu vivre une expérience humaine, vous allez voir les choses de la vie sous un angle bien meilleur... Dites ensuite que tout est dans le TOUT...Et, rien de "séparé", puisque c'est le diable - manipulateur et calculateur - qui "sépare", alors que l' Univers : - réunit...!

N'oubliez pas une dose d'humour pour chasser toute mauvaise humeur, aussi, ou humeur noire, ça y fait grand soleil sur nos ombres humaines en ces tragiques passages ! Humour, source essentielle : Essence-ciel, oui ! Les étoiles nous sourient, vous n'avez jamais remarqué ?... Et l'aura de la lune a son clinquant, ce soir, je l'ai vue !! (quoiqu'ait dit le Petit Prince : l'essentiel est invisible pour les yeux)....

La Nature ne s'accroche jamais à l' Idée de Babel (pour M.M...Et le reste du Monde/Univers)
Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 14:07
Et pourquoi n'aurais-je pas droit à la "Parole", s'exclame tout un peuple muet qui entend tout... ?
Repost 0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 12:13
La Musique vient aussi du ciel étoilé (EROS PRAXIS du semainier d'avant)

Les étoiles sont les Lieutenantes du soleil, c'est pourquoi l'humanité trouve sublime la nuit dont le vide illimité l'apeure... Bonne nuit
Alors, soldat de la résistance des Poésies ou bandit de grand chemin, à "mentir", il faut te croire sur "parole(s)"...Bonne nuit.... 
Ponce Pilate aussi s'en est "lavé les mains"... Bonne nuit... Rêverai-je mieux qu'hier (et bien mieux que demain ?).... Bonne nuit....au bien entendu de nos malentendus..

Puisque les heures ne fuient le temps qui fuit
La Musique vient aussi du ciel étoilé -

Plus personne ne lit de la Poésie
Ça c'est vrai.
Ben alors pourquoi on en crée ?
La vie est un secret...
Elle nous a tout raconté, rien n'est à regretter...
Ca c'est vrai...
D'autant qu'une vie ne dure qu'un jour, la Poésie toujours.
Pas de Printemps pour miss PoEms...
Mais on en sème !
Ça c'est vrai, tous on en s'aime....
Vêtez ce qui est nu... Donnez à ce qui ont faim et soif de Poésie... Voilà pourquoi on "crée" en secret des poèmes, gratos... Le soleil donne gratos. Le vent, l'eau de la rivière, les voix dans la nuit, et le hibou qui voit plus loin que les étoiles, à ce qu'il s'aveugle au jour... Toute la Nature nous aide, gratos...
Ötez la Poésie du Monde, la folie est assurée... Témoin superficiel, la Politique ; la Poëtique frappe à tous les cœurs...Frappez, et l'on vous ouvrira...
 (Je pratique la Poésie tous les jours, c'est ma respiration Zen, qu'ai-je à faire qu'un Printemps de la Poésie ne dure qu'un Week-end ?)
Tiens oui, pourquoi l'humanité est si violente sous le ciel étoilé ?
Pourquoi s'entretue-t-elle devant des océans de toute beauté ?
Pourquoi s'aveuglent les humains devant les sublimes ?
Ils n'écoutent ni ne voient rien...
Ça c'est aussi stupidement vrai ! Les stupides sont plus dangereux que les crétins...

 

Dès que Licorne paraît
Réapparaît la Fée
Un feu flambe dans la Nuit
Éclair dans les ténèbres
Masse de feux dans le Néant
Vent de silence Signe au Gisant -

Absence de soleil dans les yeux de la nuit
Bonnet d'étoiles Amphore lunaire
Quand dans un sanglot de tombe la terre
limpide hilare scellée belle à la mer
dans un désert d'embruns signe Chants et Poésie...
Et donc quel rêve en particulier son antre à elle 
vous plait-il d'admirer ?

Quel territoire 
et quel "pouvoir"
tient-il vraiment 
animalement 
posséder malaisément ?
Quel "fauve" est-il ?... ou Quel "rapace" ?

Praxis d’Éros adapté à la pression des doigts (shiatsu)
En-quête d'une meilleure hygiène de vie et de sens à donner à sa vie.

Dans quel monde vivons-nous
Vers quel sens allons-nous 
Société de méfiance
ou Société de confiance ?

Les enfants vivent innocemment en paix ; et, les....Enfants sauveront "le monde", car ils ne jugent pas ils ne contrôlent rien, ils ne dressent pas des "murs" genrés, ils jouent et chaque jour change avec eux dans le bonheur non fliqué...(oeil de caméra, et autres indiscrétions inhumaines)....

Pour être l'ami des autres, il faut commencer par être l'ami de soi ! De "bon ton", Mozart a fait passé le "bon vieux temps" dans son Requiem...inachevé -

Un éclat de rire
vaut mieux que coup de gueule

BD3M.. Source d'apaisement en les hémisphères (cervicaux)

De Jadis attendu
en la conque ingénue
La Déesse est mi-dieu
comme un ange in situ
Visiteur du soir 
Visiteuse demi-nu(e)
Gynomorphe tout au plus -
​​​​​​​

 

 

 

 

La Musique vient aussi du ciel étoilé (EROS PRAXIS du semainier d'avant)
Repost 0
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 08:53
Dans la seule Lumière de la foi ( Ipsum Lumen - °  "La Lumière elle-même", l' Illumination intérieure )

D'atteindre une Jérusalem céleste

- Chacun attend

et d'un moment

preste

de ramener à la rive

la barque paternelle vide.

 

Quand Dieu ferme une porte,

il ouvre une fenêtre

- La voie sacrée à trouver

est toujours celle qui monte.

 

Dans la seule Lumière de la foi

L'oraison éclaire, Un et trine en moi,

Il survient par-devers ses ombres sauvageonnes

afin de calmer tout l'arbre séculaire

Dans la seule Lumière, il survient Le messager de la Croix ;

Un silence, un long silence survint

après le dernier " Amen " ,

quelque chose d'aussi serein

que d' Augustin l' Ipsum Lumen °

 

°  "La Lumière elle-même", l' Illumination intérieure

Dans la seule Lumière de la foi ( Ipsum Lumen - °  "La Lumière elle-même", l' Illumination intérieure )
Dans la seule Lumière de la foi ( Ipsum Lumen - °  "La Lumière elle-même", l' Illumination intérieure )
Repost 0
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 13:35

C'est le Pas sage

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche