Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 09:13
Hans Hartung, 1980 • Crédits : Hartung Bergman Foundation, courtesy

Hans Hartung, 1980 • Crédits : Hartung Bergman Foundation, courtesy

Orgasmique géologique du volcan chair et sens qui a formé le corps féminin-masculin du vertige in-on...

Crispé ou non dans notre engloutisse-mental...Choc de ces idées qui se mentent à elles-mêmes jusqu'à nous faire mentir sur notre propre Univers de l'espace-corps de nos espèces...

Spasmes !

 

Spasmes d'orgasmes d'angoisse après le Jouir total...

Con-fondu avec l'univers d'On s'attend au visage de Lilith.. dedans l'explosion du Vésuve noyé dans le végétal d'Edom (Eden d'homme en un nymphéa - eau des regards premiers avant les visions humaines - )

L'en-faire en la deux-meurent, demeure femme et homme.... Et, là, le serpent qui pond, ici, le vautour-poussière au sein de son chaos - cosmos de poussière d'Isha en ce qu'il n'est pas en-corps... assiégé, traqué par ses pulsions qui effacent moral et raison....

Art et fact , faits de l'oeil ouvert après le désastre des artefacts de drames et beautés disharmoniques, tout en dehors de nos êtres charnels : l'irréductible " Ca "...

Scrutez le grand Livre de l' Univers organique, parallèle à la plus grande Beauté de YHWH !

Son phénomène Périgée-sygyzie, hier, qui l'a vu ?... Ainsi ce monde qui commença sans nous, à s'achever sans nous... dans l'auda-cieux Souffle du Vivant transgressé par nos Arts d'Extase, implosion de nos côtés clair-obscur non en-corps accomplis... Flux de feu par delà nos jouis-sens.... Itinéraire spermique dans le parcours du double sang, féminin-masculin issu d'un voile de coït...mangeur de nos poussières...Ténèbres de nos rêves Adamah, aha ! "ne germe pour lui que ronces et épines..." (plainte de notre Genèse 3, 17-18), toutes latitudes con-fondues.

 

 

Joseph Wright of Derby, Éruption du Vésuve vue depuis Portici, • Crédits : Aberystwyth, University College of Wales

Joseph Wright of Derby, Éruption du Vésuve vue depuis Portici, • Crédits : Aberystwyth, University College of Wales

Repost 0
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 09:35
Stances à l'exquise dès l'aube de Neige

C'est un lustre Poison 

que la mort est toute belle

Nos deux corps sont en toi

écrivit de Valois

Marguerite la fleur et son prénom tout à la fois

Nos deux corps sont en toi

Je le sais plus que d'ombre

Or a fait souche son poème

pour les éclairs de l'amour

Plaisirs tels qu'à l'éternité les change

A ce baiser du ciel ainsi 

qu'à l'arc des corps unis

suppose

L'amour aux larmes à mille lieues des visages

Stances à L'exquise

Valeurs des charmes

non soudoyés

Douleur-douceur désir-plaisir 

Guérir Parole à l'aveu perdu

Cet habile usurier des valeurs

au nombre du temps comptant

(principal et rente des nudités errantes

à l'intérêt d'orgasmes que n'a pas l'esprit)

Non loin des rivages ignorés de toute île

Tous les vents ont chanté Les roses de Saadi

(Vents ont-ils éclatés ? Roses toutes envolées ?)

Il n'y aurait tristes amours que l'on voudrait étreindre

en présence de la pluie

afin de ne plus pleurer jusqu'au bout de la Vie....

Cahin-caha le Temps jaloux...

Hélas L'inaperçu passe vieux solitaire

en une allée du Luxembourg dans un présent provoqué

cahin-cacha sur le pas des passés qui les a inventés 

qui appareille pour l'aube de neige aux nuages convulsés

de toute Eternité

au flux funèbre qui déboule au petit jour embarqué,

un voyage ?

Il n'y a plus rien de Chine chimérique

à rêver  sans bagages des lointaines Amériques ?

- Chair inconnue, ...n'allumez aucune lampe, que nos regards devinent de ténèbres la traversée de belle lumière !

Repost 0
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 09:03
Six ans et demi de lunes rouges en une vie de F'âme

Cinq jours mensuels font le ciel menstruel sur quarante ans de vécu féminin, à l'écoute de leurs mandalas du bien-être pour féconder, créer, se renouveler tout un cycle d'énergies bien particulières (chaque corps est ergonomique), la F'âme en lunes rouges pénètre en son énergie d'intériorité telle qu'au retour à son corps elle appelle un Repos spécifique, afin de rendre moins douloureuses ces brusqueries sanguines au rythme nourri des jours, cinq bombardements dans les Lys d'une blancheur trompeuse : - Silvercare et Coslys au gel basique pH afin d'assourdir et d'adoucir  la possible irritation...

On décape le déséquilibre de la flore bactérienne vaginale, à ce rinçage quotidien, ainsi que la lune adapte les marées au rythme des grossesses et des crimes, en un émonctoire de plis et replis des falaises qu'elles grignotent, un peu plus chaque année, à faire reculer la terre sans la bouger jamais, corps qui fait par lui-même un ménage universel !

Ecumes périodiques lavables en coton bio dépourvus d'allergisants ou de produits chimiques, ou la coupe menstruelle à insérer jusqu'au col de l'utérus qui en ferme toute la cavité vaginale, puisque certaines encore croient avoir le sexe et la matrice qui s'excavent (sexe-cavent, et, se con-cavent)  jusqu'à la gorge !..

Femme-cercle-lune-rouge sous compresseur périodique, danse du corps en tout confort et praticité, hors réseau du flux instinctif d'autocontrôle bio-écolo, la politique gagne l'intime !

Intime-lunes rouges : - menstrues ...dans les branchies de l'Arbre Féminin !

 

 

Six ans et demi de lunes rouges en une vie de F'âme
Repost 0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 00:21

I love this idea for boudoir, showing lots of skin with nothing too naughy either. Very bold and stylish and 'me' this!:

Repost 0
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 08:52
Cascade de Feu humide

Sortie de l'harmonie de la Création

L'humanité fait le perroquet de ses défauts

primordiaux

Jusqu'aux insufflations argile-lumière troublant

ses gestes-mouvements-pensées-langages du men-

tal

d'exécrable orgueil

Se rafraîchir dans le feu humide rédempteur

qui lave tout le "karma négatif"

Nulle âme ne doit se charger du fardeau des autres âmes oublieuses

Purification d'avant l'agonie

Nudité du corps plongé(e) dans la colonne vertébrale du Bouddha

faite d'eau glacée puissante comme des lames de feu

d'un serpent montant jusqu'au ciel d'une force descendante

qui châtie 

les scories

des excès

en orbes fantomatiques -

 

Cascade de Feu humide
Repost 0
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 08:05
Triton de nos naissances profondes

Triton nous venons de l'eau
Triton nageons dans le monde fluide 
Triton reprenons de notre liquide
Le féminin du masculin le plus beau
qu'est l' onde
de l'âme sans fond 
que Dieu ne sonde
sans nous laisser une nanoseconde
de Liberté autre que celle de L'aimer
plus que tout être au monde
brut ici-bas mal engagé sans point d'arrivée
qu'un départ de naissance ratée
Triton nous venons d'une mal-naissance
Triton reprenons notre sonde
de souffle meilleur 
dont la Loi du hasard porte le masque sombre
de la Philosophie
d'où naît toute Poésie
Triton menons bataille d'amour sur une seule Idée
plus que dix mille et une sans voir le Soleil Intérieur
Triton regagnons le cœur
de l'eau de l'onde du cri de nos Libertés
Triton gentil Triton on ne peut troquer
notre mue fœtale contre une peau de mal
sans être née du Bien-être sans maux
Triton sorti de l'eau
marchant sur le sable à reculons
Lézard des profondeurs pélagiques et des coraux
Écris-nous le Livre-témoin de tes paysages préhistoriques !
Notre Terre va au plus mal
Elle n'est guère soignée de nos polypes politiques !
Fuis l'argent Alpestre Triton
Ramène-nous la douceur du Présent du Nom !
Et l'Amour des cieux sur les vagues des eaux -

Triton de nos naissances profondes
Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie po-éthique
commenter cet article
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 16:36
Abduction-of-ganymede-inside-my-soul ! (Triple éclipse de Jupiter par les lunes galiléennes)
Abduction-of-ganymede-inside-my-soul ! (Triple éclipse de Jupiter par les lunes galiléennes)

Jour de rien, mais grande rêvasserie gardée par-devers mon ciel intérieur.

Gardez Jeunesse d'esprit afin de pouvoir encore s'évader de ce monde consumériste à outrance...

Yeux levés aux pages du Temps lues à la hâte, l' Eternité au bout des doigts, à tourner les unes à la suite des autres, avant la bordure de la nuit qui tombe vite, désormais, de ce côté-ci de la terre...,ces pages d'aveu-roy : - A grande rue, Coulombs en Valois, il était petit marcheur de moi, au temps jadis du 77840, code postal du lieu magique... comme d'une musique de Saint-Preux, que j'écoutai en ce temps avant que de ne découvrir ce nom en quelques "pages" Proustiennes... Ah ! le chenapan, ce musicien avait opté pour un pseudo qu'il emprunta au personnage de Proust ?.. Diantre pédicateur, va !

Puis, sans trop savoir (ça-voir) pourquoi, je compris que Dali n'aima rien tant que l'onanisme, via son Grand Masturbateur... ! 

Je fus moi-même sous l'égide des phases lunaires de mon signe Gouverneur, Jupiter !

Abduction-of-ganymede-inside-my-soul ! Onanisme par l'Ecriture sublimatoire ! J'espère...

 

Abduction-of-ganymede-inside-my-soul ! (Triple éclipse de Jupiter par les lunes galiléennes)
Le grand masturbateur, par Salvador Dali

Le grand masturbateur, par Salvador Dali

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie po-éthique
commenter cet article
26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 00:01

Par Ricochets.... sur le papier glacé...multiples millions..Coups de crayon

Apocalypse des pointes et gommes Rubycon

Ciels au canon

des sons 

Ombres portées des silences de mots/maux

Création de tableaux d'exposition 

américano-universels....

Ciels

au crayon du canon....de 500 Millions.... 

de traits de crayon....

Rêves en crayon dans l'univers de Didier Mouron

Repost 0
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 09:47

Ne cherchez pas le nom de l'île, je l'ai tout inventé : Traote -

Col tour L'île Traote à la fête, on expose La Route à travers la Forêt ici, pour y entrer, tout droit dans le DEGAS..., à l'intérieur de l'hasardologique Toile de Nature, à raison présente.

Ceci n'est pas un Magritte. Ni les arbres, pipes. Ni plus les amoureux allant, femme au bras de l'inconnu ; ils vont par le fond sylvestre, silhouettes - lentement, seuls au monde : la ville n'est pas là, comme le "cri" de Munch, la ville en bas du pont, et explosion du Big Data (abondance de chiffres nuit à la démonstration de la donnée, loin des masses dénonciatrices : ce couple n'est pas normal)....

Mesure de l'ignorance : - c'est hasardeux.

Saine psychanalyse : - Le Hasard avance dans le fond du Temps développé dans tous les sens modernes moléculaires, hors d'atteinte, à vitesse des folies, sans contrainte, isolée de tout l'extérieur, à constante de variantes, sans calcul exact, point de bourg en campagne, mais un air profond si... alors que si.... donc si.... Ils vont s'aimer, loin des curieux, si....et seulement si la marée des sens abonde des deux côtés ! L'une, jeune, l'autre, plus âgé de quelque peu... d'ans, seulement. Là.

Rencontre fortuite de deux êtres dont l'un passe devant les aléas de l'autre.

Deux "Je" ne jettent les dés des pas réguliers et lents dans l' irrégularité des espaces-temps sur l'échelle du Jour-nuit...effective et locale...

Kant au quantique : - Ô Physicien qui marche au bras de la Philosophie, qui courbe la tête, yeux fermés, yeux ouverts sur le chaos déterministe gouverné par les simplicités bibliques sans rien prévoir des promenades à l'horizon amélioré des Amours partagés, ah bah si, eh oh, tout va inhérent....

Insérant, inférant, ingérant la mesure de notre ignorance, on se nourrit du Chaos !

Eh , OH ! Là-haut, oh ! Où vont les gens, deux par deux, ou seuls ?

Aie aie ouille ! Niquedouille !

Basse ou haute, c'est toujours la marée,
la vague est nourricière -
D'un chemin côtier d'Argenton
ou d'un bord de mer 
de quelque canton
Planctons, poissons, à profusion
d'écume de mer !

une route en forêt by edgar degas

une route en forêt by edgar degas

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 06:07

Mille gégas de lumière aveuglent nos lèvres méga-bits en bouche

Silence de tempête.

Aucun mot de passe.

Mirail de mailles de nos failles.

Les objets et les tissus connectés nous cyber-attaquent, est-ce louche,

en notre monde rose ordinaire ?

Quelle autre aurore perturbée sur la terre...?

C'est l'aube nouvelle
Ciel bleu laqué sans étincelle
Hasard jusqu'en moelle
des poètes !

La lumière secrète se crée de nous en nous
sécrète des actes artistiques L'ombre au bout

Rose ordinaire à l'aube nouvelle
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche