Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 00:00

sursaut.JPG

... -<<Comme les abeilles s'envolent chargées de trésors, les minutes passaient chargées de plaisirr>>, 

 Robert Burns


 Petite rengaine sur les refus de publication... 

      Où en suis-je avec la foi du ciel ?...  Ce matin, son rose fait teinte ignée, le feu de la foi dans l'air, où en suis-je face à ce que je crois être un demain du monde univer-ciel ?.. L'universel, nous serons comme de ces croyants marchant sur les eaux des cieux, quand bien même il ne pleuve. Ce matin, les oiseaux ont donné du concert, à statufier les nuages si haut que j'ai cru, un court moment, on dit : un laps, que j'ai cru que j'en fus, un de ces oiseaux empaillés, qu'on appelle "nuage", oui, vrai, nu en âge, j'en fus un, statufié dans le Beau du Monde, le Cosmos en feu, dès l'aurore, il faisait beau sur la cité d'Ys, sans que je n'aime rester nu sur l'une de ces plages du bout de ma rue (du reste, le naturisme est interdit, Ys-ci)... J'ai foi en les oiseaux, et je crois bien que les hommes mentent dès lors qu'ils avouent que Dieu est un oiseau sans vie. C'est la Beauté du Monde d'Ys-ci, quand les âmes des disparus soudainement se métamorphosent en multiples oiseaux.

Le Beau est un sursaut de l'âme, non dans les choses extérieures, et, la fécondation terrestre rend sincère l'intimité secrète, accomplissement authentique d'une vision "intérieure" ; Giacometti : "Ce qui m'intéresse dans toutes les peintures, c'est la ressemblance, c'est-à-dire ce qui pour moi est la ressemblance : ce qui me fait découvrir un peu le monde extérieur." ; la vérité et le mensonge ont même visage ainsi que la chair n'a qu'un seul corps. Ce qui manque au monde actuel est un sursaut de l'âme !..Double vulve : - W.  Source(s) sûre(s)... Colère des anges, irascibilité névrotique...

Physico-spirituelle, main figurative de l'indicible. Visibilité de l'ineffable. Fécondation terrestre de l' "impact" du sensible. Pacte de L'Un d'avec l'Humain. Vision de la "Création", ce que l'Eternel montrerait à ça qu'on n'a rien vu !

- W  (Wu)

Ou Wilde : "Faire de sa vie une oeuvre d'art" (j'y adhère, je m'y attèle)... 

La colère entoure le coeur, passion de l'âme infusée dans le corps, le cri sort...

Sursaut brutal de la voix d'un Roi en soi qui meurt :

"regis quisque intra se animum habet" (De Ira, II, XXI,3 ; Sénèque) ; chacun de nous se pense meilleur qu'il n'est en réalité, né d'un mauvais sort...

"Je ne suis pas un animal" lance Elephant Man à la foule qui le prend pour une horreur humaine !..."Je ne suis pas un animal". 

Le courroux est au chant vingt huit de l'Iliade "beaucoup plus doux que le miel distillé goutte à goutte"...

Quand en moi l'ire d'Achille éclate en Guerre de Troie : "Chante, déesse, la colère d'Achille, le fils de Pélée..." °²

Et vers où va mon doute

quand la lourdeur du ciel gris fut hier voilée ?  

Je cherche à entendre le concert des ruches désespérément vides un peu partout dans les landes.... 

Sans abeilles - "sentinelles de l'environnement", les fleurs et l'Homme meurent....Plus d'amandiers en fleurs.

(L'abeille vivait avant l'Homme, lequel détruit par les insecticides et les neuro-toxiques celle qui le nourrit par l'univers des ruches)....

 

 

 °² Μῆνιν ἄειδε, θεὰ, Πηληιάδεω ἈχιλῆοςACHILLE.jpg

 

"Votre vision ne devient claire que lorsque vous pouvez regarder

            dans votre coeur. Celui qui regarde à l'extérieur rêve.

                         Celui qui regarde à l'intérieur s'éveille."  

                                               Carl Jung

 

 

 

 

 

 

 

 

                                           Vignette L'Iliade (wikipédia)

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 00:00

 

BoschConcertoeuf

Oeuf Cosmico-Musical de Jérôme Bosch, le moine proxénète se fait détrousser par la main joueuse d'un enfant, quand LE SOURIRE LUNAIRE trouve beau l'inverse solaire à le vouloir se faire multiples étoiles à caresser le ciel à l'envers de la mer... Et, le petit panier aux victuailles prouve que l'on adore la vie terrestre autant que les plaisirs et les prières...La viielle sorcière attire vers le bas le poète qui désire s'élever vers la Lumière VERA SACRUM....

 

sourire-lunaire.jpg

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 00:00

 

ÊTRE EROS, c'est résoudre Thanathos, non seulement en théorie mais en pratique quotidienne. B.

eros-thanatos.jpg

vagin-psy.jpg

cou-large.jpg

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 00:00

thématisation du moi autoportraitisé : Pax Inside Me ; quand le temps est fini, la Vision est parfaite et totale et immense

thematisation-du-moi-autoportraitise.jpg

AT THEATER ANONYM

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 00:00

9JUIN.jpg

Il préside un ange au ciel chimique des Idées fixes qui se manifeste aux humeurs maussades, lesquelles vont cheminant vers la Révolution de Probité, quand à l'intérieur du corps où l'âme nidifie des éclairs colériques zèbrent tout l'espace neuronal, que la présence de l'ange ainsi tempère, et modifie, vers le bien-être.... en cette société liberticide.

Comme arrivant de nuit, les paroles du jour, vite oubliées, elles se dissipent dans le temps des amours.

Comme rondement sous le ciel voûté, les silences diurnes, ils résonnent en nous de multiples façons.

Sur d'apaisantes vagues d'un océan puissant, chaque vent duel à la force commune, les rêves vont cheminant sur l'azuré.

Que n'ai-je ainsi rêvé de peuples en probité, en révolution saine, et nouveaux peuples issus d'eux-mêmes, le feu demeuré vif, et d'étouffer les haines.

De chaque parole connue de tous, et trente, et mille, à telle logorrhée sur les places publiques, là cheminant, ici reculant d'autant, soutenus de plusieurs, les peuples qui se sont tus, sous les signes de feu, ils vont cheminant vers la Révolution de Probité.

Qui mois, et ans, chaque temps en leur saison, qui plusieurs autres semaines, d'une vinée plus forte, et le vin, sang du coeur, qui remonte aux veines des tempes colériques, qui alourdis d'hiver rude, qui frileux tout autant, quel animal féroce ne rembarre sa douleur d'une frustration terrible avec les fleurs d'une frileuse paix ?

Si dessous la mer et l'océan - stipulent au fond marin empli de coraux et de trésors d'épaves, telles voix d'harmonie qui font les sables mouvants et les Esprits conquis.

Surestimation de la beauté féminine : - Révolution de probité des temps plus doux...

 

Dormons donc, là, sommeillons tous,

Laissons parole au silence des plus doux.

Ah qu'il est bon qu'il est doux, Grâce à vous !

Veillez divin sommeil régnez sur tous

et répandez vos paroles les plus assouvissantes

jusqu'à nous

Calmez les soirs

Charmez les cendres

Charmez nos sens

Retenez tous les coeurs

en une saine paix profonde

Retenez nos heurts

nos derniers pleurs

en une très belle paix profonde

Cheminant vers une révolution

de probité des temps plus doux...   B

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 00:00

56.jpg

uN Baiser de soleil plane en l'espace dessus la mer

Lesbian Legend

ainsi que tendre ellipse d'éclipse où le feu chagrine l'air

à la rencontre des eaux exaltées, puis si calmes, 

que l'ombre de la lande

vaste et profonde

couve tout ce qu'elle charrie où ne s'ancre aucune terre

- Tout plane en ce Baiser de feu, pénétrant, embrasant,

liquéfié.

Alors la mer de feu s'installe au ciel pour tous.

Elle en murmure : - A l'heure bleue, l'alcyon sera foehn.

Par la torche stellaire, qui va là ? qui se meut ?

Ne penser donc colère. Ne pleurer davantage.

On vous croirez feu amadoué de larmes.

Et : l'objet "a" du sujet de Lacan 

- désir inconnu innommable -, et le Bien d'a-galma (sans amalgame)...

      The new kiss it is'nt a french kiss !  ... Mais un baiser d' Ange :

L ' Univers ajouté à l' esprit (au spirite) égale toujours le Divin et la divine chose.(Kleitos).... B

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 00:00

visage-decale.jpg

Icare, je m'allège...

      A QUOI SERT LA POLITIQUE SI L' INTELLIGENCE N' Y EST PLUS ?...

Icare, je m'allège de toute pesanteur, ne t'appesantis donc plus sur mon soleil !... Je l'ai dans la tête... J'ai tout l'espace du rêve pour moi...

Icare, que ne visites-tu mon cœur ?.. Au plus loin de toutes les amours, l'océan de l'Espace œuvre aux accomplissements de « soi », toute poésie intérieure, au demeurant, par le ravissement de l'âme en tout voyage mystique...

Icare moderne, que ne vole-t-on plus haut que de côté, désormais !..

J'ai le visage décalé, par rapport au nombre d'entre ceux qui croient devoir porter masques nombreux pour pouvoir exister en société tronquée... Moi, j'ai le visage nu..

Plus de corps, voici les cieux qui passent en mes yeux seuls !..

Et, n'en suis mort, ai gardé l'intelligence humaine (lumière intrinsèque in situ) – long poème de vie pour éclairer l'inconnu...

Il raconte comment le naïf se vêt de la cire d'Ulysse pour écouter les cieux...

A en devenir : nature. Nature entière. Et, de la sorte, plus naturel que naturiste !.. A la vue de tous les autres sexes, les naturistes ont toujours ce défaut de choir dans l'orgiaque, même s'ils ne se l'avouent jamais, feignent l'ignorer... La nature reprend ses droits là où elle les avait laissés, sous des habits puants et tout vieillots nous chanta déjà Rimbaud...

 

Il raconte, il éclaire sur les abîmes sensuels de nos ignorances dans lesquelles restent immergés ceux qui n'écoutent pas avec leurs yeux, ô mon Icare !..

C'est de toute volonté qu'il nous faut avant tout.

Ensuite nul ne sait atteindre le bonheur sans un cœur, sinon pur, du moins purifié.

C Q F D...

Encore, fruits de l'Ubris oubliés (excès, refus de la mesure, orgueil démesuré, violence assassine, meurtrissure meurtrière, ambition aveugle et démesure à outrance), toucher la géode, goûter le nectar de l'Empyrée (séjour divin) – si tu tiens à gagner le ciel, un jour heureux, merveilleux jour, commence déjà à le regarder de ton vivant terrestre, cet espace où l'âme s'est détachée des matières pour toucher la géode des supra-intelligences... Tu imiteras ainsi les yeux de Béatrice dans lesquels Dante y décelait les astres qui la rivèrent (l'ombre est beauté pour les Romantiques plus qu'aux siècles des Lumières, les intelligences secrètes, poudres des brouillards pour les yeux)... Dans ces yeux-là de Dulcinée au corps fait de chair et d'os, de sang fougueux, contraire à celui de celle de Quichotte, qui n'est qu'un rêve de papier inexistant, l'amour y purge son nectar lumineux qui éblouit jusqu'au tréfond du cœur, autre puits de convoitise.

Icare, mon Icare moderne, si tu ne sais voir l'Amour, comment veux-tu aimer, t'aimer d'abord ?

Si tu n'as point de cœur, réellement soudé au créateur des sphères, comment crois-tu avoir un corps, psychiquement lié à tout rêve ?..

Promptitude, heureuse promptitude ascensionnelle que l'allant silencieux pour atteindre des yeux tous les cieux !

 

 

Tu n'effaces pas la bonne ligne de vie si tu ne crées d'espaces libres entre jour et nuit intersidéraux.

 

Voyage cosmique, enfin, tout en restant ici-bas, mon cher Icare, double de moi !...

Plus besoin du char d'Elie pour monter dans la lune, sois dans la lune, rêve !... Rêve à ce vallon qui contient tous les trésors terrestres perdus des civilisations anciennes, perdues elles-mêmes, hors la force spirite et engouement spirituel. Plus besoin du char de Vénus pour enlever ton Adonis, chevalier servant des causes poético-spirituelles, là se taisant dans le Palais d'Amour aux degrés gravissant-descendant des escaliers de nos humeurs humaines, toi, à bon cœur, ce faisant, cependant grand cœur, tel Eros séduisant tous les thanatos de ta chair, à travers les vitraux des gentillesses, sois bonté, sois patience, sois générosité, sois curiosité douce et intelligente, sois doué d'attention, attentif et prudent, sois l'indulgence même et, heureux, joyeux, sois magnifique, aies le cœur magnifique et bon !

Mon Icare, n'imite pas les cons !..

Ils tournent encore sur des orbites de galériens, ceux-là de l'infortune, croyant faire montre de belles façades, ils n'ont que des intérieurs pourris et défectueux !...Sois gentil !... Z, as the Kid !..

Z est ton Nom, mon bon Icare !...

 

Tout importe au limpide cristal d'aimer dans la lumière des roucoulements de chaque jour meilleur, les mosaïques célestes aux figures d'Univers, elles nous unissent les silences des yeux, cousent les parlotes du cœur, tous exposés aux quatre vents cardinaux de la vie sympathique, celle dont on ne lit aucune écriture ici-bas, dans les livres d'ici-bas dont aucun n'a su sauver le monde, toutes les littératures rangées dans les tiroirs secrets d'une immense bibliothèque (Bible des hommes) ou empilées sur les rayonnages des librairies, grandes et petites, autant silencieuses que des Trappistes, pas un seul ouvrage n'a servi à empêcher les Zippelins à bombarder jusqu'en dix-huit Londres et toute l'île, ni d'assassiner Jaurès quand l'Europe était déjà bien souffrante, à couture russophile, pourtant, les serbes-croates n'aimant pas le partage à cette heure de l'histoire, et tout encore après, pas une poético-littérature n'a plus su sauver la « beauté »...des humanités, rêve donc, mon bon Icare, plus que de raconter d'autres contes (à voix très basse) à l'oreille des enfants pour mieux endormir les grands, aux quatre points cardinaux, l'existence passe plus richement sous les lambris des profondeurs qu'entre les plâtres d'une prison intérieure de faux sentiments, et là, se taisant, l'ordre des affects se répartit aux diverses sphères de la tête au visage décalé du doux rêveur, (grand fou petit sot des mots, tête posée de côté sur l'épaule, pour l'immortelle photo, clic-clac dans la boîte (crânienne) (voûte céleste et crânienne), tête façonnée dans l'élément suprême des traits sans défaut d'un sourire de côté, donc, à l'Amour qui le regardait depuis les cieux et qu'il était bien le seul à savoir (ça-voir) et pouvoir LE voir, ô mon bon Icare !...

La terre est oubliée, le ciel, spirituel cheminement...

                                                           - extrait d'un roman -             B.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 00:00

2324.jpg

Un sein voilé cache un sein tout nu, quelle est l'entrée du labyrinthe intérieur

(si tu n'as pas le ça-voir de l'inconscient ?)

CLIN D'OEIL
Inutile de chercher à contenter les uns et les autres : "Zeus lui-même, quand il fait pleuvoir, ne peut plaire à tout le monde" (Théognis). nul ne plait donc à tout le monde... Nous n'avons qu'un coeur, qu'une âme, qu'un corps-sexué... ainsi :

Psyché-soma, pas corps, le soma est plus que le corps (matière vivante).... au tirage Céleste suivant :

- BATELEUR / Changement à venir (professionnel et argent)

- PAPE / Epanouissement (professionnel et argent)

- JUSTICE / Empêchement, Obstacle  à la Destinée (il y a longtemps que tout fut déjà là, ouvert et zen)

- ROUE DE FORTUNE / Attendez un instant, monsieur changement se fait attendre, changement de vue et de vie légitime ?

MAISON DIEU ? Ah tudieu...

    

grand changement ou patatras ?BOULEVERSEMENT ?...QUETE DU GRAAL INTERIEUR...

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 00:00

 en-haut-du-chemin.jpg

La simplicité, un art zen !

 EN NE REGARDANT QUE LE BEAU EN TOI ET AUTOUR DE TOI  TU PEUX DEVENIR....

Un maître zen (roshi) 

Pour ralentir, une fois emporté, comme tout le monde dans cette course folle, peut-être pensez-vous à respirer, ou à méditer. Dans votre « home, sweet home », vous préférez un certain ordre à un joyeux foutoir. Du côté de vos relations aussi. A la superficialité des trop nombreuses relations virtuelles de notre modernité, vous privilégiez l’intimité de l’amitié. Pour pallier à la complexité de notre société, vous optez dès que vous pouvez pour le calme, et le silence.

 

Décodage : Vous semblez en phase avec l’Art de la Simplicité que développe Dominique Loreau, une véritable philosophie de vie imprégnée de zen. Où simplicité rime avec authenticité et profondeur. Sans doute, êtes-vous prêt à repenser votre vie par petites touches, à la manière d’un humble sage. Votre aspiration à un certain dépouillement pourrait vous permettre de savourer un sentiment de contentement dans de simples gestes.

 

Pour aller plus loin : La simplicité peut aussi entraîner certaines peurs. Le plus souvent dépouillement est assimilé à frugalité, quasi l’austérité…Pour rester motivé, se désencombrer est le maître mot, l’esprit comme l’espace ! Rappelez-vous que faire le vide va vous aider à cesser de vous identifier à des possessions matérielles. Certaines actions concrètes comme vider ses armoires, sa maison, son carnet d’adresses et son agenda, sont autant de pas sur le chemin. 

         : Savez-vous vous simplifier la vie ?psy com.

        

Lieux pleins de silences de tous ceux qui les fréquentent... Lynne Cohen, un des grands noms de la photographie contemporaine, est décédée d’un cancer du poumon à l’âge de 69 ans. Cette Montréalaise était connue pour ses photos à la fois denses et pénétrantes d’espaces intérieurs froids et souvent austères où se révélait l’étrange artificialité dont nos vies sont désormais bordées. Salle d’attente, grand hall vide, spa, salle de classe, laboratoire, lieux militaires : tous ces espaces où l’absence règne à cheval sur des artifices que nous ne remarquons plus, elle s’y intéressait de près depuis les années 1970. « J’ai voulu enlever une partie de la réalité d’un contexte pour la mettre ailleurs. » Sa photographie s’empare d’une réalité sociale pour la charger d’une signification nouvelle, pour « montrer le monde qui est bizarre, beau, compliqué, contradictoire. Et c’est là, comme je le trouve ! » Elle se passionne pendant toute sa carrière pour « l’étrange indétermination inscrite dans les espaces fonctionnels » qui apparaissent parfois sous son oeil comme de véritables cauchemars. Son travail, réalisé à la chambre photographique grand format, est notamment marqué par l’influence notable de l’oeuvre du photographe français Eugène Atget, ainsi que par l’école de Düsseldorf. On trouve en effet chez Cohen une déclinaison de ce type de regard à la fois distant et critique, animé par une perspective générale sur la nature humaine qui n’est pas dénuée chez elle d’une pointe d’ironie. Née à Racine au Wisconsin, Lynne Cohen est devenue Canadienne en 1980 après avoir étudié les beaux-arts aux États-Unis. « Le point de départ fut la sculpture », dit-elle. Elle a enseigné à l’Université d’Ottawa pendant des années, tout en étant invitée comme professeure dans plusieurs établissements étrangers. « Je suis photographe et artiste, expliquait-elle en 2010. J’ai été formée en tant qu’artiste et j’en suis venue à la photographie avec ce bagage. » Cohen a remporté le premier Scotiabank Photography Award, doté d’une bourse de 50 000 $, pour l’ensemble de son oeuvre. En 2001, le Musée des beaux-arts du Canada lui consacrait une rétrospective. Le Musée de la photographie de l’Élysée à Lausanne lui rend aussi un hommage l’année suivante. L’importance de son oeuvre est encore soulignée en 2005 par l’obtention d’un Prix du Gouverneur général en arts visuels. En 2012, elle publie Nothing is Hidden chez Steidel et une nouvelle édition de Occupied Territory chez Aperture, deux des éditeurs en photographie parmi les plus importants. À l’annonce de son décès, la photographe Ève Cadieux affirmait sur sa page personnelle qu’elle se sentait « privilégiée d’avoir travaillé avec cette grande dame et cette artiste passionnée ». La galerie Olga Korper, qui l’a représentée pendant 14 ans à Toronto, rappelle que l’oeuvre de l’artiste est présente dans plus de cinquante collections publiques à travers le monde, dont l’Austalian National Gallery, la Bibliothèque nationale de France et l’Art Institute de Chicago. À Montréal, l’artiste est représentée par la galerie Art45. Lynne Cohen luttait contre le cancer depuis trois ans. Elle vivait et travaillait à Montréal depuis 2003. À sa demande, il n’y aura aucune cérémonie en sa mémoire, ni même de service funéraire. Untitled 2011, de Lynne Cohen Lynne Cohened 2011 de Lynne Cohen, potographe.RIP 
Lynne Cohen

Vous gérez bien votre énergie, ô Roshi !

 L’énergie, vous savez où la puiser : dans une alimentation saine, la pratique régulière d’une activité physique, un sommeil réparateur et, c’est un grand atout, dans une bonne capacité à gérer votre temps.

 Plus que des moments de stress, que vous connaissez comme tout à chacun, votre problème est plutôt de savoir canaliser cette énergie qui vous fait parfois fonctionner en « surrégime » et qui pourrait, à terme, vous éparpiller.

 Complétez votre activité physique par la pratique de disciplines comme le qi gong, le tai-chi ou le yoga ashtanga.

Enfin n’oubliez pas de réserver quelques minutes de votre temps à ne « rien faire ». Si vous n’y parvenez pas, la pratique de la méditation peut vous aider à vous « poser » dans l’instant présent. Vous vivez dans un GRAND LUXE / VOUS AVEZ PLEINEMENT VOTRE TEMPS... (la société vole votre temps à cela que vous       êtes esclave de votre travail - patronat-truand -) 

THIS IS ART ZEN... INSIDE YOU...ABOVE AROUND YOUR LIFE...YOU'RE ROSHI NOW ! Congratulation !

Quel arbre seriez-vous en une forêt d'Humains ?

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 00:07

2122M.jpg

LA PULSION EST L ' EMPREINTE DU SYMBOLIQUE DU SOMA AU CORPS

RESPECT D'AUTRUI / ESPRIT DE JUSTICE ET D' EQUITE

CARLTON.jpg

VIA PHOTOS SIMON D.   / CARLTON Suite 214 - 5 MAI 2014 ( lille )

carlton-freud.jpg

      -   F R E U D I S M E  -

envoutant.jpg

Pistre

 

« Luxe, calme et volupté ».  MARCEL PISTRE


" Marcel Pistre naît à Bordeaux, le 30 juillet 1917, dans un milieu bourgeois et cultivé. Par chance, la famille se déplace et le jeune Pistre peut ainsi échapper au climat envoûtant mais étouffant de ce Boston français qu'est la capitale bordelaise."


Stéphane Mallarmé appliquait à un autre grand peintre :
« une œuvre de mystère close comme la perfection ».

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche