Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 00:02

Il y a Le musée de l'Homme où la mort vaut mieux pour être vu que la vie dans un corps souffrant d'homme seul au monde.
Chacun meurt seul.
Il y a, ce jour, célébré, le Bonheur de l'existence vibratoire d'être une femme.... (jusqu'au bout des seins, chante Sardou)
Recherche du point G. dans le Jour J.. ?... G-énération F'âme, que l'Homme porte en lui, aussi.
L'âme, source F'emelle de toute Ph'ilosophie, Ph'âme, Etude de la Sagesse de l'Amour.
Toute libération "de la femme" fait la "libération de l'homme"..
Elles ne seraient plus, ni indocile, ni de mauvaise humeur,  ni médisante, ni jalouse ni sotte, ces cinq plus graves maladies féminines qui se retransmettent ainsi à l'homme dont la fourberie les recoupe toutes en une ; la femme est l'avenir de la femme (Dôgen déclencha un beau scandale quand il fit ouvrir les portes de la salle de méditation de son Temple de Kôsho-ji à Uji, tout près de Kyoto, le zazen leur ayant été jusqu'alors interdit autant que l'Académie Française avant que Jean d'Ormesson, sous les foudres de ses confrères, ne fit admettre et entrer, au fauteuil de l'inclassable Caillois, Marguerite Yourcenar...  : - idem scandale sous forme de réactions violentes ; Bouddha lui-même se sépara de la sienne avec violence et, son plus fidèle disciple, Ananda, le préféré d'entre tous, ne put fonder sa communauté de nonnes qu'après des années de tergiversations avec le sublime innomable, sinon "bâton merdeux" répondit Iun-Mên à un moine qui demandait "qu'est-ce que le Bouddha ?..")..
In-femme "objet génital" différent OU "véritables amis spirituels", l'homme et la femme, les non-séparés de l'espace-temps ?
Mais "le jour de la femme" est toute l'année, en fait, pourquoi rien qu'un jour ?
Idem : le Printemps de la Poésie est stupide formule, puisque la Poésie est tous les jours, et en toute saison (pour moi, du moins)...  Je n'adhère à aucune formule-bateau , elle coule dès qu'on les porte aux Nues des eaux troubles !
N'ouvre-t-on le Musée de l'Homme qu'un seul jour ?.. Là, je "clouerai" bien volontiers le tableau ci-dessous à l'entrée dudit Musée, avec le titre :
                                           Homme, voici la flamme de ton âme !

http://img144.imageshack.us/img144/1914/lucienlevydhurmer.jpg
                                                LucienLévyDhurmer
Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 00:02
Un libre courage relève de la lucidité , non d'un mauvais choix.

*  Consultation visuelle de Thelma de mon rêve....

Un livre de poèmes,
Un chat qui me regarde,
épiant du bout de l'oreille qui bouge
à la mesure du silence ouaté qui l'anime en lui parlant,
c'est encore attentifs que disparaissent nos murmures....

Oniromancie : interprétation du rêve pour en dégager le sens futur.

La vie n'est pas tracée, toute droite,  d'Alpha à Oméga, sur le chemin qui va de la peur à l'amour...
Mon Rêve étrange :
- Toutes les pièces  luxueuses d'une voiture de marque se détachaient, les unes après les autres, portières, pare-chocs, pneus, jantes, tout... Je restai au volant d'un habitacle vide, curieux, dites-moi.. Thelma !
Il y a six jours que j'ai rêvé de cela , et c'est toujours là, bien présent en mon esprit, ce rêve...

Thelma, dis-moi, qu'est-ce ?..

J'écoute le propos de Thelma m'évoquer les possibilités d'un rebond du chat qui m'observe, de loin...
Elle a vu, cela, telle une vision, me dit-elle, il y aura un sursaut dans votre vie, le chat me le dit....
Observez bien, les signes sont paroles d'anges, relation entre l'homme et le divin, entre la conscience et l'inconscient,
entre la nuit et la lumière, la matière et l'esprit, et, durant tout ce temps humain :
"ni forme, ni sensation, ni pensées, ni choix, ni conscience vraiment, tout cela évanoui dans l'au-delà", qui sera demain.
Observez bien, observez tout, et rappelez-moi, dès que vous en aurez su voir les évocations réalisées...
Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 00:01

J'avoue avoir un faible pour un tableau de Balthus alliant beauté et mystère, pour ne pas dire bizarrerie, pendant du Fragonard des "curieuses" qui représentait déjà deux petits visages de friponnes souriant au fait qu'elles tirent le rideau d'un lit ancien où est supposé dormir une personne inconnue du "spectateur", ici, tout est visible et intrigant, par le fait qu'un "petit monstre féminin" vient tirer aussi le rideau d'une "chambre" où est affalée la rêveuse nue au trois quart de ladite pièce aussi claire que nette, rangée façon "zen", la seule lumière du jour se "jetant"  brusquement sur le sexe  et tout  le corps alangui de la jeune fille abîmée dans cette autre lumière d'un désir (combattu ?)  - On sait la passion de Baltus pour les "jeunes filles", le peintre s'immisce-t-il dans le vulvaire, via le rideau tiré comme une large lèvre, de l'intérieur ?..Un naufrage s'exhibe-t-il , ici, que le "petit monstre" regarde, épie, attend, nous fait voir, exprès.... Sombre-t-on du même désir d'en savoir davantage ou avons-nous hâte de refermer le rideau sur ce tableau plus violent qu'un rayon de vérité sur nos ombres les plus profondes, celui qui nous ôte le masque, en criant : - Voyez qui vous êtes !... ?..

Mais vous, à moins que ce ne soit le même, quel est votre tableau préféré, au fait ?..

http://img85.imageshack.us/img85/7066/lachambrebalthus.jpg 
                                                  BALTHUS, La Chambre, 1952.

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 00:08
http://img148.imageshack.us/img148/3439/fridakahlo.jpg
Nous situons-nous tous là, entre "extase et douleur", au final ?

http://img3.imageshack.us/img3/5899/fridakahloi.jpg


Cette artiste très narcissiquement tourmentée n'aima pas les Surréalistes,
en particulier "André Breton", que son mari-mentor-soutien rencontra... 

Sujet d'un roman inabouti de deux existences raboutées en une, aux poussées radiculaires.
Roman du moins jeté aux flammes d'un rebut :

Cette attitude me fait penser à une personne qui devrait impérativement retrouver la paix du coeur et de l'esprit, afin de ne pas subir le même sort, la rumination des pensées tristes alourdissant le corps qui s'autoflagelle, ce qui n'apporte aucune amélioration. Cette personne garde en elle la possibilité de trouver une valorisation personnelle, dès lors qu'elle aura accompli un travail sur soi suffisant, retrouvant ainsi un travail sur le plan de la matière, le travail spirituel effectué comme un nettoyage de printemps donne à un espace où l'on vit qu'il se soit soudainement agrandi alors qu'il est toujours le même. Garder trop de rancune et d'amertume empêche une avancée sérieuse. Se libérer par un "exorcisme" personnel pour ensuite se réconcilier avec soi-même, et, par conséquent avec la vie. Cette personne doit ne plus vivre avec un passé qui bloque la sérénité, ni plus se propulser dans un avenir proche ou lointain, mais être consciente que "son" présent est la clé de la réussite (plus qu'un fusil intérieur posé sous le menton, prêt pour le grand saut dans l'inconnu), un travail de réconciliation permettant ainsi de construire un avenir meilleur, sur tous les plans humain, spirituel et matériel, divin. Il est vrai que dans une autre vie, sous le règne de Charles VI (le bien-aimé devenu le Fou - 16 Septembre 1380 - 21 Octobre 1422), cette personne a été un soldat enrôlé de force, contre son gré de devenir moine, ou dans les ordres religieux pour servir et pour aider son prochain -, subissant alors sa vie, se battre jusqu'à supporter les brimades et les moqueries de ses faux et fourbes compagnons, car il était du genre passif, il ne disait rien, accusait tous les plus mauvais coups, on le considérait ainsi comme un léger débile mental au service d'un autre fou, le Roi lui-même. Ce piètre soldat du roi encaissait tout, tant ce n'était sa conception de la vraie vie,  qu'il vit dans la spiritualité monacale des Mystiques Flamands, lui qui servit sous la couleur rouge des miliciens flamands commandés par un certain Philippe Van Artevelde, battu lors de la célèbre Bataille de Roosebeke (27.XI.1382) où notre minable engagé se laissa tuer, ne supportant plus les humiliations de cette vie de soldat du Roi. Cent ans plus tard, il se réincarne de nouveau, mais en voulant être craint du plus grand nombre. Il tenait à ce qu'on ait peur de lui, sitôt quiconque approchait de cette personne métamorphosée en bourreau, masqué - métier ingrat,  qu'il s'était alors volontairement choisi (on venait le chercher pour accomplir les pires besognes). Ce n'était pas le fait de tuer les gens qui lui plaisait, mais surtout qu'il put se délecter de voir trembler ceux qui, maintenant, avaient peur de lui. Il était ainsi fort de ce qu'il représentait, mais au fur et à mesure qu'il vieillissait, il se remémorait toutes les personnes qu'il avait fait passer de vie d'effroi au pire trépas, sous ses mains, et cela le rendait malade mentalement, de revoir les visages apeurés, qui revisitaient son esprit, en ses pires cauchemars, la nuit, ces visages déconfits, défaits, meurtris, qui venaient le supplier d'arrêter ses atrocités gratuites. Et, il s'en voulait vraiment beaucoup, à chacun de ses réveils. Il s'est donc jugé lui-même, critiqué amèrement, condamné à vie, en se faisant justice, par pendaison, tel Judas, dit-on, à un arbre sur qui venaient pisser les enfants du village, en riant. Dans cette vie-ci, on me raconte que cette personne a été victime, parce qu'elle avait cette dette karmique à régler avec ses parents qui ont été victimes de ses actes de "bourreau" dans l'autre vie, deuxièmement racontée ci-dessus. Voilà pourquoi nous lui demandons de faire un travail personnel sur la réconciliation, tant ce qu'il y a dedans un être produit des fruits dehors le même, fruits blets ou mûrs, pourris ou juteux. A vous de savoir qui vous fûtes, par confession, faites silence... Écoutez-vous, une voix dira... L'inconscient a ses émotions qui nous font remonter à la source. A coeur purifié, esprit délivré.

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 00:08
Erotise-t-elle l'abandon de soi, d'un sein, d'une jambe repliée, le musc au demeurant, exposé ?

http://img710.imageshack.us/img710/5390/indolente1899.jpg
                                                            Le simple gagne en meilleure... "origine"
Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 18:30
Les voix humaines
tues
Les fleuves
asséchés
Les arbres
desséchés
Plus de vent

A la mouche passant
le silence bourdonnant
le silence du silence
des chants
d ' oiseaux
si la terre n'était plus
habitée que par eux
Les oiseaux

Danseraient les animaux
de joie sereine
d'allégresse mélancolique
Les oiseaux
Les oiseaux
au bruissement des ruisseaux

Et les nuages
Et les nuages
passeraient-ils
dessus ces volatiles
si la terre n'était plus
habitée que par les oiseaux
sans le vent
de l'esprit des vies humaines ?
Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 00:01
http://img171.imageshack.us/img171/6360/noirbleunoirtall.jpg


Impulsion du passé sur le présent
(concept de propension de Popper)


Impulsion du trait
(même image-tableau que la précédente, élargie comme espace-temps
où quelques moments passés
réapparaissent souvent
- nul idéal parfait
n'est par personne détenu
- toute résistance "produit "; aucun pouvoir ne crée !
C'est vu, su, entendu, perçu, connu... re-connu)

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 00:00
http://img171.imageshack.us/img171/6360/noirbleunoirtall.jpg

***
L'habitude n'est qu'une conviction d'accoutumance
La source de l'instinct est l'habitude :
"c'est en forgeant qu'on devient forgeron"...


Pour avoir moi-même réduit à l'essentiel du trait
une large page d'espace-vie passée
en son strict minima
du bonheur d'être là

Cette image- tableau perso que voilà ***

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 05:21
http://img715.imageshack.us/img715/6006/mditationduchat.jpg

 

GARDE TA PLACE AU SOLEIL
ET LA BEAUTE D'ELLE-MEME

   NE JALOUSE RIEN



PS / Selon Man Ray , "les rêves n'ont pas de titre ; l'art n'est pas une science..."

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 00:00
http://img230.imageshack.us/img230/6204/douarnenezrosmeur.jpghttp://img521.imageshack.us/img521/3728/douarnenez.jpg
Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans Oniromancie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche