Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 10:14
GAUGUIN / LA MAISON DU JOUIR

GAUGUIN / LA MAISON DU JOUIR

Soyez heureuse, mystérieuse !... "Soyez amoureuses, vous serez joyeuses"... orna GO au fronton de sa "Maison du Jouir"...polynésienne, aux Marquises (mal vu des autorités locales d'ailleurs,)

A savoir que  Dès son enfance, Paul Gauguin est pressenti comme un « crétin ou un génie ». Il deviendra un génie, mais, hélas, reconnu bien après sa mort....
 

Sur le poli du cercueil ou dans la propreté des flammes funéraires, au retour de l'amour, au-delà de la sur-poussière éternelle, La vie est un retour en arrière qui va de l'avant...  Est-ce vie mortelle qui nous revient par l'enfantement ou de garder par-devers soi sa part d'enfance réellement enfouie jusqu'au profondeur de l'hypothalamus ? 

Si la pomme eût été une banane, l' Histoire de l'Humanité eût-elle été changée de fond en comble, et autrement, et ailleurs, conçu, le berceau Africain ?

La vie est un retour à l'envers qui va de l'avant : - Ici on fait l'amour (the faruru), in Gauguin la Maison du Jouir -La vie est un retour à l'envers qui va de l'avant : - Ici on fait l'amour (the faruru), in Gauguin la Maison du Jouir -
La vie est un retour à l'envers qui va de l'avant : - Ici on fait l'amour (the faruru), in Gauguin la Maison du Jouir -
Repost 0
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 15:19
La Psychanalyse Hypnotique à la Rothko

La Pensée suspendue au fil de "sa folie" voit rouge...

La Psychanalyse Hypnotique à la Rothko
Repost 0
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 10:03
Expo Solo Show: Dove ALLOUCHE "Mea Culpa d'un sceptique"

Expo Solo Show: Dove ALLOUCHE "Mea Culpa d'un sceptique"

Riche d'un suicide différé, en une mélancolie fragmentaire lunaire, lunatique terrestre, le ton du jour n'est que la rythmique du phrasé de chaque minute l'autre, au pendant aphoristique des secondes, viens donc ici, Cioranesque ami, je t'expliquerai le monde qui n'est pas, lequel est encore une scansion immoraliste, allons donc, viens à moi, je t'expliquerai mon Précis des compositions décomposées ! Le soleil est posé sur le palier du ciel au seuil des nuages, il nous offre le monotone de fin d'automne, hivernal mobile à la Calder, ça balance dans l'air.... 

Je suis l'Empereur des Cicatrices, fatigué des Crépuscules, c'est encore l'entre-deux ambiguités du Temps, le jour vient de commencer, c'est déjà le début de la nuit, ou du moins, une amorce de Nocturne sans Chopin, rien ne s'y joue, ici... Dormir debout ne fait la moue, la pensée est le relief des reprises dansantes des Ancolies dont le manque titille nos actions.

Essence des Parfums de Décompositions : "quand on ne peut se délivrer de soi, on se délecte à se dévorer," défaille encore en mon sang épais et lourd du Cioran sans haine d'amour !

Toute mélancolie se mérite, eh oh ! Ben ho, aimes-tu t'ennuyer, et te pendre à l'ennui, flâner, errer, au vague à l'âme, tel Sorrow dont la cicatrice est solaire-lunaire, à double tranchant machiste saphique ?

Sans avoir la science infuse, où donc trouver réponse aux grandes questions de la Vie, sinon à l'intérieur de soi, aux couleurs volcaniques de la Terre ?

Sorrow / Van Gogh

Sorrow / Van Gogh

Repost 0
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 00:31
Baroque vertueuse, Madeleine Repentante (au coin d'un pli)

Perds-tu la curiosité que tu vieillis

Baroque vertueuse Madeleine repentante

au coin d'un pli

mien courrier de naissance à la mort

(nudité des ailes), l'espoir seul est vainqueur

devant Eros échappé ou le démon moqueur !

Nue allongée au milieu des humains

que feras-tu comme ce jour 

demain ?

Nue et quasi ignorée bien malin

la pulsion du désir enfouie aussitôt qu'approchée !

Bijoux jetés au sol loin de toute nudité

Restée là où tarit la source émotive

à patienter que s'en aille le trouble nuageux

Ö Vertueuse Baroque Madeleine loin du Christ de l'Aretin

(l'art éteint nullement, néanmoins, que voici

Vos atours offerts comme si de rien n'était... ne fut, ni ne sera...)

Baroque vertueuse, Madeleine Repentante (au coin d'un pli)
Baroque vertueuse, Madeleine Repentante (au coin d'un pli)

From the 1979 double album "The Wall"

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique Oniromancie
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 09:02

Au vertical pénétrant du sens essentiel du Ciel qui traverse tout l'être debout devant l'Amen (Foi de l'audace)....se tenir, tous les chakras embrasés par les lueurs de l'Epiclèse : Je Suis.

Au coeur du Rien je ressens l'Eternel.

La Présence de Lumière coulant le long de l'Epée des vertèbres, le double tranchant ouvert des épaules bien alignées....

Au puissant chant du Logos-Om... tourné vers l'Orient de l'être uni à cette "voix promise"..., de l'intérieur-désert : Mystica Verba Profaris.

Profondeur des silences : coeur-esprit-chair, le corps ne dit plus rien, aucune parole inutile, ni de trop... C'est l' ADN de toute beauté.

La Grande Reine des sables humains.

Reflet de l'âme dans l'oeil bien ouvert sur ce qui entre en résonance avec les couleurs de la vie arc-en-ciel des deux cerveaux réunis....dans cet instant de grâce de la jointure. Thérapie du contact spirituel par le sensuel gardé par-devers tout désir.

Sui generis, d'où vient le Langage qui contemple l'Univers ?

Ces sons si particuliers et quasi inaudibles, ils ouvrent le "ciel de l'homme" (le crâne, la tête entière)..., puisque "de la tête naît le Tao" quand du monde actuel naît le Chaos !

Les pieuse-mère et dure-mère de la matière grise de l'homme neuronal, elles couvent la matrice des espaces du Verbe Un et de l'Esprit seul.  Le créé est insondable par l'Incrée multiple et unifié en un seul crâne humain démultiplié en mille et uns ; à chacun ses caractères et mœurs comme ses ancêtres... A tes échecs, on mesure ta résistance à l'espérance... ! Pour cette équation à deux inconnues, notre solution du Vivre mieux , heureux, est-elle pour autant connue ?

La source en notre moelle épinière reprend son sensorium Dei....Newtonien. Métaphore de l'espace "comme sensorium dans lequel Dieu perçoit et agit sur les corps, capable par sa seule présence de maintenir les planètes sur les orbites et de réformer périodiquement le système du monde.... "  pour nos affect et subjectivité de nos existences friables....

Yod, ô Saint Nom, quel souffle pur plane sur nos inconscients meurtris depuis des lieux ancestraux, immémoriaux ?... Le vent des déserts amène-t-il aussi la lumière de l'or des sables jusqu'à nos plages de solitude ? D'où jaillit notre jour conscient, sinon de l'hémisphère droit d'où se perçoit la Transcendance ?

Le Verbe "nous " parle depuis l'hémisphère gauche.

Quand l'Esprit "écoute" nos prières et louanges depuis le droit.

Illumination ensuite en notre corps cellulaire, une à une, à milliards de synapses, neurones, nerfs, artères, veines, cellules et liquides séminal et lacrymal, autres.... 

Oeuvre du verbe Aimer -

Thanksgiving it ! (Action de grâces)

 

 

 

 

 

Repost 0
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 05:52
Métanoïa du Féal : FOI ESPERANCE AMOUR LOUANGES

Afin qu'on puisse encore l'Entendre, la bien ouïr dans nos béances de blessures, et dedans nos silences...

- Que Ta Parole soit féconde, il fut dit à Marie.

Tout se libère en le nouveau Silence acquis

par le Saint Nom....

Joie éphémère à goût d'Eternité.

Ainsi que cela qui passe se répète...à l'infini.

Dedans l'Amour divin se déversent nos fragiles amours humaines...

Au plus haut degré d'Eros;...

Elan du coeur qui s'hypostasie.

Au-delà des mots flamboyants, et de grâce infinie,, soudainement las de tout désir purement charnel. Son âme "magnifie le Seigneur", une colombe se pose sur nos frêles épaules.

Et, son esprit "ravi de joie en Dieu" qui fit d'elle " de grandes choses " , louanges aux roses-sans-pourquoi... alliées à cette cause....Une.

Ses lèvres sont pétales qui épanouirent le Mystère de l'homme en celui de la femme.

Totalité d'une brèche secrète, passage à l'insouciance.

Reconnaissance à la Parole reçue, dès naissance qui nous place devant la Mort....Une, aussi.

Totalité de l'espace-temps-vide-rien, Tout.

Mutité de l'Âme de Marie éprise de nos âmes confondues en silence devant tous les bruits du monde futile. Epousailles et enfantement autres ?

Oeuf du Ventre cosmique oeuvré pour notre Salut.

Corbeau pour Colombe, ombre pour Lumière. Noé nu sorti de l'Arche entrant dans l'attente (de la Tente)..., à la folle qu' invite l'Ivresse du Saint-Esprit, il n'aura rien vu de plus, non....

Dedans la matrice-ciel, Marie est présente, tout émue.

Arche d'Alliance est-Elle, pour nos pensées (é)perdues. 

Exalte ton coeur de toute Eternité divine - 

La Lune est belle, c'est Elle, à la nuit étoilée, L'épousée de l'Epoux tout entier, dès le jour, le soleil devient  immense, c'est Elle, et, dans les souffrances humaines, c'est Elle, qui enfante nos ombres pour les placer en Sa Lumière, sortie de nos déserts factices....

L'or d'Ophir la couvre, par l'Epoux qui l'en pare... Qui l'empare, toute en Une, f'âme, pour que nous puissions entr'apercevoir l'indicible, en sortie ... de ténèbres, hors de toute plaine de Shinéar (Ciné-Arts : - Lamentations, sanglots amers, pleurs des fils abandonnés, femmes bafouées de tout enfer, rapts sataniques, et pire, les refusés de toutes les Consolations ?...)

Erre, Ode ! Marie sanglote devant le sang des Innocents au coeur même des inconscients collectifs de chaque cité meurtrie !... Sourds à toute voie divine, les infâmes pourceaux ! Or, c'est en-corps Elle, qui rit aux corneilles, à l'orage éclatant de son rire perçant, sitôt exulte-t-Elle de la Joie-qui-demeure... en tout être meurtri qui sait rire aux éclats, aux éclairs d'une voie pourfendue, malgré les démences intrinsèques.

"Sa Parole ne passera pas"....

Métanoïa du Féal : FOI ESPERANCE AMOUR LOUANGES
Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique Oniromancie
commenter cet article
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 09:31
Chaque jour est un nouvel horizon

Allant-venant les jours canardent les semaines sans laisser de trace dans le vent des mois lesquels disparaissent tout autant pareil... Ainsi des longs voyages on aime le retour chez soi, en soi  : extérieur-intérieur, et voilà...

On a tout vu, dit le touriste, rentrons, malgré l'invective du guide : - et, ces passages secrets que vous ignorez ?

On est fatigué, la coutume nous ennuie...moins.

Le sourcil se fronce, et l'oeil vire au noir... Même le temps est mort... Temps mort pour les vivants, quoi faire d'autre, au fond dans la grisaille d'azur dont on ne devine même pas l'avenir, sinon que des projets qui n'aboutissent jamais ainsi que nous le voulons ?

En toutes fins, le destin demande grâce. Tant de richesses au monde qu'on ne verra jamais.

Gardons notre quiétude pour unique trésor.

Et le silence, pour cette chance infinie. Cela qui ne change jamais le jour.

L'un dit d'automne : - horizon brumeux, qui a rangé le soleil ?

Lointain de brume et de pluie dans le douteux là-bas dans le ciel où rien ne s'éveille, 

pas même un A-dieu !

Comment fait-on pour ne pas fuir ?

Entre le talent et le génie, c'est le sacrifice qui fait toute la différence ! Reste en à-corps avec toi-même !

Repost 0
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 10:07
Tamar Fleur de rébus

A la mémoire humaine Onan fit solitude à main seule tendue vers ce qui ne sera plus, une descendance de rien et de néant, pas plus que blanc la page dépourvue de texte vivant.

Femme d'Er, aîné de Judas, Tamar fut donnée.

Quelle splendeur préparée fait-elle donc la percée 

du jour embelli d'une naissance autre ?

Rouge écarlate soleil sur l'horizon d'Ys-ci

planté dans la demeure du ciel tel un bâton souverain

et jusqu'en toute vieillesse un fruit pour nos demains...

Sceau céleste, bâton de pèlerin

Marcheur sur le cordon de l'horizon au triomphe des palmes

Et le vent dans les arbres féconde la nudité bénie des interdits qu'alarment

les passants 

à sève drue répandue sur le sol, seulement -

Lumière d'Eros cachée en nos ténèbres de Logos !

Là-bas comme ailleurs, n'est pas Rahah qui veut !

Qui deviendrait-il Ange femelle pour l'Humanité éternelle ?

Qui vient pleurer ici-bas toute une nuit durant à inonder d'amour tous les amants du monde - consolés sans qu'ils ne deviennent vos ennemis ? 

Voici des larmes sacrées gravées en le coeur de chacun.

Le seul bijou qui vaille - Amour - blesse autant qu'il brille !

Et quel pas de visiteur entendons-nous au palais de nos nuits qui scintillent

sans qu'Osiris dans son bois sculpté ne marie les faux amants sans les fiancer au JE SUIS ?

O Miséricordieuse Tendresse, qui en nous blesse nos fidélités ?

Sonne et tonne une brèche en nos failles narcissiques !

Est-ce l'azur que voici qui s'effondre dans le jour si mûr ?

Le fruit ruisselle d'une semence interdite au passage du nouvel Etre...

Faute de féconder leur page a pu paraître...

 

 

 

Tamar Fleur de rébusTamar Fleur de rébus
Repost 0
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 08:52
Sel de feu, Le Féminin étreint l'Exil. Faiblesse conçoit la Force.

En une seconde le liquide amniotique avait quitté le sérum sanguin dedans le corps électrisé d'un bien-être serein.

Et, le feu magnétique du lac du corps au repos baptismal.

Connaissance de Vie éternelle dedans le puits secret du cérébral.

L'endormie de l'Abîme.

Ce qui fut né de ce qui ne fut pas.

Lumière enfouie que la chair recèle.

Äme sous forme de Chambre nuptiale. Que le secret rouvre. L'espace d'un court laps dedans les sinuosités des synapses.

Mais cela n'est pas né, qui reste intériorisé. Et à quoi on se fixe ainsi qu'une Idée neutre.

Qui honore la Résurrection, d'apprivoiser les Ténèbres du corps entier ?

Déjà, tant d'échecs avoués à cause de ces déviances dénoncées !

Tant de fausses couches écrites en forme de dos sciés (dossiers)... 

Classés : - sans suite, à reprendre, à recomposer.

Ecritures de cris et d'errances surajoutées.

Il vainc la page blanche, le jet d'écume aliéné.

La Sagesse construit la raison aux sept noms de victimes : jour-nuit. Semaine en semaison. Sa maison : Le Livre, aux pages visitées. Par le Souffle Prime.

A la clarté des coeurs, les ombres du sang disparaissent. Calme évident. Dedans la paix de l'Esprit. "Pierre d'angle" des relations libres avec Dieu et le Monde.

Relation créatrice avec le Bazar de la chair !

C'est la Perle dynamique de la Trine possessivité : l'Ange, Dieu et le diable, en soi.

Partout où l'on demeure, et va, par tous les écrits du Ca.... qui s'ausculte...au plus profond de nos extrêmes.

Puits de cette "Image de Dieu" de laquelle nous sommes issus, tous.

Tout est accompli hors la mort dans la Puissance de l'Eros ! Amour Un.

Croix que nous portons sur le dos des naissances démultipliés ou envolées.

La Culture (sans être l'accessoire) éclairera le Monde.

Aube resplendissante, apprends à donner vie... à ce qui n'était pas encore né !

Libère ta parole sur un mode magique ! Extérieure-Intérieure, au-dedans du Grand Tout !

Le Féminin étreint l'Exil. Faiblesse conçoit la Force.

Sel de Feu -

 

Lucian Freud - Naked Man with Rat, 1977 -

Lucian Freud - Naked Man with Rat, 1977 -

Repost 0
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 23:14
ICÔNE DE ROUBLEV / LE SAUVEUR

ICÔNE DE ROUBLEV / LE SAUVEUR

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche