Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 00:00

vigee.jpg

MADAME VIGEE-LE BRUN ET SA FILLE (Jeanne Lucie-Louise)

 

La finesse d'un art : l'amour maternel d'un seul enfant (de la dame) : Jeanne.

Jeanne Lucie-Louise.

Qu'on se le dise, qu'on se le dise :

Mère et fille respirent la simplicité spontanée ainsi que sérénité exquise !

Qu'on se le dise !

Il y a de profonds regards qui ne trompent sur rien !

Tout azur est discret sur un ciel tout chagrin !

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 09:01

Fontaine--le-penseur.jpg

Elan  tantrique  : s'ouvrir à la vie, 
dans l'amour du Grand tout: c'est en changeant soi-même qu'on fait acte de courage (coeur à l'ouvrage) ; coeur
distillé en un éveil dilaté dans une écoute, une fleur, un livre ...TOUCHER DU COEUR / CORPS-ESPRIT...

Toute expérience tantrique
mène au sentir - ressentir -
Percevoir le vivre avec passion,
toujours dans la pleine conscience, 
l'apprentissage, l'évolution, 
avec ce que la vie vous donne

(Tout vient à point à qui sait attendre puisqu'à coeur vaillant rien d'impossible)

Alors, tout édifice était une pensée (Hugo), le corps est cet édifice à bâtir ainsi que cathédrale

- Ni asservir, ni se servir, mais : servir ! Servir est une grâce.

 

Tout est difficile avant d'être simple (Th. Fuller).

"La construction d'une oeuvre est la seule manière que nous ayons de nous construire nous-mêmes" a dit le philosophe Louis Lavelle (1883-1951)

N'allez pas jouer les don Juan (ou les Messaline) pour provoquer la jalousie de l'être aimé.

DORMIR-DIT-ELLE.jpgDORMIR, dit-elle, en ma mémoire dispersée, dormir, rêver bonheur.

main-tendue.JPG

TOUCHER DU COEUR, éveil du corps-esprit, retour à la VIE... Grand Bonheur... Le corps endormi qui s'apaise de lenteur d'âme reposée, tous les maux envolés, tous les coups de toutes les douleurs profondes, envolés, toutes les émotions cachées qui ressurgissent pour n'être plus au secret psycho-familial, tout cela préparé par les anges qui guérissent, d'une main d'olivier apposée sur tout le long du corps-esprit yang-yin souffrant, et le couple intérieur qui se réunit à ces effleurements relaxants et qui survolent la silhouette ainsi qu'un oiseau-lyre qui détiendrait la Clé pour ouvrir grand la Porte du coeur et le coffre-fort de la Mémoire engrammée.... B.

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 00:00

Helene Schjerfbeck (1862-1946), artiste finlandaise

 

~~ Il n'est si mauvais livre dont on ne puisse tirer quelque chose de bon (Pline l'Ancien).

 

SchjerfbecK.jpg
REMBRANDT /  AUTOPORTRAIT AUX YEUX HAGARDS (ou révulsés)

 

 

11.jpg

 

 

 

COURBET

 

 

courbet.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Léon Spilliaert

 spilliaert-leon-1881-1946-belg-autoportrait-.jpg                                                                                                                                                           

 

LA MARCHE VERS L'INFINI

 

 

Regarde en toi-même

la vraie

personne y est

cachée -

 

Briser l' Ego

La tâche la plus ardue

qu'il te soit donnée

d'accomplir

sur cette petite parcelle

de terre où tu te trouves

 

Quand j'ai lu dans les lignes des cahiers

J'ai su que le monde

était ailleurs

 

A mes premiers dessins

j'ai pris conscience

du portrait de l'omniscience

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dès les premiers sons

de musique

J'ai capté les soupirs

du meilleur des mondes  

 

- LA HAINE, elle m'a montré son visage le plus odieux, qui pourtant était toujours de l'amour, mais inversé ;

LE DOUTE, il m'a montré la peur au demeurant, or lorsque nu, je me suis demandé : de quoi aurais-tu peur ?

Le Doute a disparu....

 

J'ai dansé auprès des fleurs sauvages, j'ai chanté avec les oiseaux, après la pluie ;

J'ai perçu le roucoulement piquant du ruisseau des forêts et des sous-bois ;

J'ai résisté à l'effroi ;

                                       Je suis prêt à gagner le Prieuré de l' Infini ;

                                          Là-bas où Dieu a déjà préparé le nid

                                     afin que je L'écoute au mieux parmi les anges ;

 

J'ai gagné l'estime des nuages pour avoir laissé passer mes plus mauvaises pensées ;

J'ai gagné la reconnaissance des étoiles pour avoir mis de côté l'orgueil ;

J'ai participé à la marche du monde en restant silencieux hier, fête des Pères, et seul,

J'ai opté pour la solitude afin de percevoir au plus profond de moi la douceur d'être au monde Du Vivant ;

                                      J'ai su du vent que le savoir n'est que du vent ;

                                      J'ai vu le Beau dans les poèmes du Valable ;

 

J'ai  - ô cher semblable intime - , j'ai gagné l'amitié durable avec le sable humain au bord des rives du certain ;

Plénitude, l'infini, j'ai marché dans le rêve ; j'ai touché Dieu des yeux, le sommeil ajouté à la rêverie du matin ;

Infini, Plénitude, j'ai marché sans bouger vers là-bas où tout demeure silencieux, un Prieuré

                                    que mon âme poursuit tandis que sa présence nous précédait.

 

                                     Les lieux vous viennent dès lors que vous savez les accueillir.

                                     Les lieux des cieux sont sur la terre.

                                     Et sur les mers sont leurs prières....

                                     Les lieux vous viennent, les lieux, les gens, sans jamais même les avertir

                                     qu'au beau moment quand l'âme est prête, et cela, bien silencieusement...

                                     sans que rien vous n'y faîtes !

                                     Les lieux vous viennent, les lieux, les gens : - Par l'amour, soyez en fête !

                                     Vous marchez vers votre Infini !....

                                     (C'est vrai, je vous le dis....

                                     Je l'ai perçu dans la nuit, en plein jour, hier était aujourd'hui,  est-ce bête !...)

 

~~ On attrape l'oiseau avec des graines, et l'homme avec des écus (proverbe russe).

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 00:00

Ôtez les "r , ph, " du mot "p-r-o-ph-ètes", vous obtiendrez facilement lisible le mot de " p o è t e s " ; d'ailleurs, dans les " Livres poétiques" ont été classés " Les Psaumes", lesquels sont Langues du divin : " Dieu a parlé"...

 

Nous vivons par l'absence et par le manque... Fusionner "avec Dieu" signe l' état d'être du mystique.

Mystica Verba Profaris :

- Les poèmes de l' Ancien Testament annoncent " Je suis Dieu"....

 

Dixit Jérémie, IsaÏe, Job (dont je suis le plus proche, de par mon petit "vécu"....des donations, privation totale, manque total de tout...)  Dans l' exil, point de nombril (isme).... On ne se regarde pas, on cherche "soi" dans le regard d' autrui, empathie et altruisme se démultiplient à l'infini comme l'accordéonniste nous laisse à croire qu'une femme peut  (se) jouer de l'homme :  - Je te prends, je te laisse ; je te laisse, je te re-prends, je te prends, je te laisse (un aller-retour grandeur de "je / ux" manuel, visuel, virtuel... )

 

L ' élégie de Duino a été dicté par l' Ange, confirmait Rilke à qui  lui demanda comment l'idée de l'écrire lui était venue.

 

L ' Universel conçoit La Poésie, laquelle ne construit aucun "barrage contre" le ciel...

Nous y allons déjà , en L ' écrivant, poème après poème, en Le "vivant", par le texte du bien-être, instant après instant, marche de nuage après seuil de grand ciel bleu. Chacun "écrit" sa-journée- en son sang. Tout peut faire boucle, d'un évènement matinal qui se retrouve, quasi à l'identique, vers le soir, avant le dormir,  ou pendant le rêve...

La Vie se boucle ainsi d'une non-existence (avant naissance) à une disparition (mort)...,  une nouvelle  naissance - au - ciel, l ' enciellement.

 

LA FOI est un don divin.

Elle ne se transmet dans aucune école.

 

Le Coran a sa propre "métrique" ; Le Corps en le Poète, son unique CIEL  "mystique".

Le ciel intérieur nous est donné dès la naissance, nous passons toute l'existence à chercher à "être soi", l' homme ou la femme en - devenir.

 

L '  hiver sommeille

à s' écrire

dans le corps automnal

 

Les prophètes sont poètes comme le "médium" sert la Peinture.

Vannes, Tréboul par Douarnenez

 

  http://img838.imageshack.us/img838/4292/potet.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 00:00

MAS.jpgL'hippocampe ailé

Masculin / Féminin sacrés

en for intériorisé

Indicible unité simple qui ne subit aucune influence ni du dehors ni du dedans de toute pensée

Monade quelque peu réflexive

Fleuve serein fleurit la rive

Source du véritablement "Un" au-delà des choses et des êtres

Le ciel n'a porte ni fenêtre

C'est l'insécable immensité

L'indécomposable Univers

L'inétendu à l'infinitude riche de contenus sans portée

autre que Dieu...

Vers où poser nos yeux ?

L' Entéléchie dans la moindre partie de la matière, notre nature est de percevoir, de percer / voir... l' invisible.

Apparaître / disparaître ; mourir, re-naître.

Unité spirituelle avec un corps organique : naissance de toute vie.

Qui recherche "sa" consolante, philosophe. Ce qui nous change a peu d'importance, puisque nous évoluons à d'autre échelle que l' Humaine !...

Chose certaine.

A l'échelle du monde et du système solaire, la planète de nos pensées rougeoie selon le degré de l' Amour.

~~ NB /« tantra » dérivé de la racine tan qui veut dire étendre, étirer, amplifier et du suffixe tra qui veut dire instrument ou encore salut, indique un instrument servant à l’expansion (sous entendu de la conscience). Une définition élargie serait « Ce par quoi la Connaissance est étendue ».

- Qu'est-ce que l' Histoire humaine, sinon le destin à échelle de l'Univers ?

~~ En occident, le mot tantra est devenu à tort synonyme de sexualité. La vision tantrique est vaste, puisqu’elle s’étend bien au-delà des domaines de l’amour et de la sexualité, appréhendant dans une vision globale, psychisme, cœur et esprit, mais aussi l’univers et tous ses mystères.  (selon Bouilly Dominique, sur l' Holistique)

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 00:00

sustine.JPG

Supporte, et abstiens-toi de dire, de critiquer, tais tes douleurs, porte-les en silence, formule des stoïques :

                           " Sustine, Abstine "....

 

De l'horizon que je vois fait d'ondulations d'arbres par-delà les toits

Je supporte mieux l'épaisseur de l'espace du jour

Je m'abstiens de chercher l'équilibre de l'oiseau

Seul l'oiseau a le prestige des équilibres

Tantôt je pique de sommeil me laisse aller

Tantôt je plane d'un élan ne planifiant rien

Troisièmement je me grise d'être bien

Tout cela fait l'aspect des pensées

dont personne n'a le prestige de les connaître au mot

près

Chaque ligne d'un jour jusqu'à la nuit n'est en fait

écrit que par une seule main

et qui n'est pas la nôtre !

On dit qu'elle a nom de Destin,

cette main...

En toute chose, je supporte, je m'abstiens...

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 00:00

AUREOLE.JPGO.jpg

Nos aurores d'auréoles sont à mettre sur le compte des légendes que nous racontent les cieux,
mais non les ailes d'anges qui nous frôlent à loisir !... Apollon contre Dionysos (Tempérance contre Ivresse et débilité)...et, de penser le monde en Poète afin d'évaluer au mieux les valeurs de nos journées et son être quotidien, ombres (corps / mental) fusionnant avec la lumière (l'esprit).., s'équilibrant, de fait !..
A perte d'ailes d'anges, l'âme a été capturée, n'agissant plus sur la matière (le corps, qu'elle était alors entièrement devenue..., nue)..., âme épuisée, manquant de souffle, ne s'élevant plus, et alors : homme devenu.
Là est l'homme : une âme abîmée, fatiguée d'elle-même, loin du "cortège des dieux", de l'intellectif ; l'âme ne pense plus la totalité, l'universel, le ciel, alors l'être (qui forme un monde, selon Platon), l'être se replie sur son âme arc-boutée sur le mimétisme, c'est "la chute de l'âme" en le corps qui naît (dans la matière, ailes perdues ou repliées, telle chauve-souris au fond de la grotte ténèbreuse...) L'âme est malheureuse quand il pleut, elle ne pense plus à la liberté de la Pensée Totale (l'intelligible des connexions à l' Un...Plotinien, principe de l'essentiel)...
Simplicité Unicité Sensible (s u s  à la Forme de chacun qui pense à la totalité)...
Sursaut de l'âme qui pense à la "réalité intelligible" (ce qui existe un-iquement, selon Plotin)...
Imparfait, j'ai touché à l'origine du "mal" ; allant vers l'origine du Bien (la perfection de Dieu dans le cosmos sensible - Ordre global et Monde, cosmos grec - ), mon hyper-sensibilité gagne à l'émerveillement du juste regard des choses et des êtres épiphaniques...
Chant des Manifestations des Origines universelles.
Ciel !... Juste ciel !..
La Beauté intérieure ne s'enfuit pas de soi.
Sculpter "sa statue" intérieure, trace du plus haut que soi, l'âme qui s'élève au toucher des Arts et non des matières involontaires ; simplifier le corps, une liberté de soi / de tout (bonifier l'âme libre)... loin des Passions qui ne dépendent pas du Jardin Secret pour âme seule, "sa propre beauté - intérieure"... 
L'intellection et la contemplation de la vertu elle-même..., ai-je retenu d'un dire Plotinien.
Ses ailes d'or pur, couronnées du succès d'être infiniment entière, auréoles Plotiniennes.
Vertu : - Non l'action, mais l'intériorisation de notre être adéquat, par excellence de l'immatériel qui définit notre "liberté"...
(Travail sur soi, retour à l'origine de soi, ascèse du vivre l'intelligible, exercice de la pensée qui ne dépend d'aucune action extérieure (comme je faisais parmi la foule du métro, allant travailler sur la plateforme postale de Nanterre, sans penser à rien d'autre qu'être "libre d'avec L' Un", là, présent sur le siège où je me trouvai alors, dans la rame de Levallois-Perret, libre non par moi-même, mais dedans le "prinicipe" spirituel au coeur de mon "plus haut que moi", source de lumière indicible dans laquelle je flottai, nageai, me laissai aller, dans "l' Un impensable"...néo-platonicien..., en me re-commencement, arqué sur le Rien et le Tout...non conditionnés, alors même que mon emploi d'alors me noyer / plonger dans des conditionnements mimétiques...)
Je m'auto-déterminai ainsi de cette "puissance supérieure et vitale"...
trois-graces.jpgLES TROIS GRÂCES, delaunay
Pentecote.gifLA PENTECOTE...
L ' ESPRIT SAINT DESCEND SUR L ' ESPRIT DES APÔTRES............................................
Et L ' EGLISE EST CREEE.... CINQUANTIEME JOUR APRES PÂQUES....ET L'ASCENSION....
POUR LE SALUT DU MONDE...PENTECÔTE : naissance de l' Eglise ; les apôtres ont su faire
savoir (par l'évangélisation) les Enseignements du Christ !.. ET, de témoigner de sa rées-
surection, et d'aller baptiser..... TRANSMETTEZ ! TRANSMETTEZ !.... C'est l'esprit de  LA
PENTECÔTE QUE CELA..........TRANSMETTEZ !  LA PENTECÔTE EN PLEIN  Eté !!!!!
Oh oui, transmettez, la Pentecôte en plein été .... !
Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 00:00

S'élancer dans le rêve d'un silence intérieur d'une solitude prompte, innée, toute aussi intérieure,

sans aucun appui socialo-consumériste, de marcher dans la ville (de Quimper, ce jour, pour moi), avec les yeux de l'âme, plus fort qu'en ces temps où, mêlé à la masse "travailleuse", je m'égarai en mon for intérieur, sans plus jamais être en contact avec mon vrai "Soi"..., sorti de la prison du Moi des faux-semblants... (puisqu'il nous faut toujours plaire à quelqu'un, ô combien de masques n'ai-je ainsi posés sur la peau de mon visage qui n'en était plus un, à la longue, au fil des jours, à l'issue de chacune des nuits souvent cauchemardesques, d'ailleurs, puisqu'à l'aube nouvelle, il me fallait chercher quel masque poser sur les écorchures des plaies faciales, à sang, à vif, os quasi sortis de l'ensemble du faciès dont le miroir ne me renvoyait plus qu'un horrible ovale d'ombres noires et meurtries, qui n'avait plus de nom ; personne ne sut me nommer, je n'avais plus de patronyme, ni de visage réel, quasi fantôme allant-venant parmi d'autres gens, fantômes fantasques eux-mêmes, et qui ne savaient plus rire, jamais, toujours à "faire la tronche" des mauvais jours ) ; qui sommes-nous, sans la solitude intérieure, enrichie de soleil intelligent, ces yeux de l'âme qui voient plus loin que nos yeux de chair, qui ne sont que la perception des nombreux reflets des choses et des gens, que nous ne savons guère plus qualifier ni nommer, toute cette fausseté qui s'étale chaque jour, chaque nuit, dès chacune des aubes qui révèle la Terre immensément blessée, elle-même - sans visage aucun -, défaite, anéantie, quasi écrasée sur elle-même car VIDE du véritable Amour ayant quitté l'Humanité qui ne sait plus se regarder, en face, sans masque aucun, jamais.

Que vos yeux de l'âme puissent à chacun porter loin (là où vous êtes, actuellement), via les yeux du coeur (les niches et nids-orbites des yeux de l'âme mêmes) : - Là où l'Amour sacré grandit chaque jour, votre vrai visage alors démultipliant à l'infini les myriades de petites étoiles sensitives de votre émotion à fleur de peau, érotisant ainsi tout votre aura et corps spirituels.

Et, de suivre le meilleur Chemin de vie possible qui soit à vos yeux ... d'âme, intelligence d'esprit. Entrez plus avant, en profondeur, dans votre "nuit intérieure" où bruit la source guérisseuse, votre source "de guérison" unique, à nommer vos peurs, doutes, monstres de jadis, masques plusieurs, doutes et blessures à vif, avec vos yeux de chairs auscultant les ombres et le jeu des Lumières. En vous, entrez en vos profondeurs psychiquement ouvertes, et constatez ce qu'il y a à Gai-rire !S-elancer.JPG

Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 08:00

Spéculative ou exemplaire, la Poëthique du Vivre ensemble dans le "Miroir" du Monde, ce qui exalte se chante, et, toute unité de paix semble dérangeait pourtant l'Humanité, que cela soit pour l'Homme seul ou pour un Peuple, tant la lucidité angoisse la clarté de l'esprit qui devient tragique.
La cicatrice d'un drame humain se rouvre et bâcle le bonheur durable, l'empêche autant que glace, le fin courant pur du fleuve calme ; la nuit, même psychologiquement, le premier drame humain se réveille, mythe édénique par excellence, en le dormeur paisible qui sera taquiné par le "principe du mal"... La vie oscille entre angoisse et bien-être !

Androgyne est le Monde, tous les symboles, binaires, âme-bi : feu et eau, vent et eau, ombre et lumière, jour et nuit, qui ne se départissent jamais, Ciel et Terre, Le Miroir de l'Humanité qui a vie contemplative à s'y regarder.

Homme et Femme.

L'enfant vient après, né des deux principaux, créatures entières dites "héroïques", tant ils se cherchent vainement, toute une vie durant (on ne fait un enfant que si on s'estime d'abord soi-même, sinon c'est du calcul fourbe et malsain)...

Un baiser ne suffit pas ; une caresse, un besoin d'être regardé, touché, aimé ; une parole douce de Psyché câlinant l'Amour lui-même, reflet de ce mystérieux couple désuni dans l'union éternelle, ce qu'il était ne l'étant déjà plus, les changements cosmiques eux-mêmes tourmentés.

Énigme irrésolue, le Sphinx nous tuera. En fin de vie, pareil que l'ancêtre nous ayant transmis peur et doute, auprès des divinités de la Nature.

Et, le cercle des incertitudes perdurera, Lemniscate pérenne, au dérivé des sentiments.

Dans l'espace et le temps.

Tout Balzac au royaume des cieux, une comédie pour une autre entendue.

L'ensemble Poëthique fait divin présage : une réconciliation de tous les genres.
Un cil par signe représentatif sur la paupière de l' Entité Une.

Homo Poeticus.

Issu d'un "grand silence", tous les livres éteints d'après 2001, première "disparition" des valeurs humaines, première "intrusion" métaphysique, l' Homo Poeticus interroge les mythes, les légendes, les traces restantes en son sang imagé, le message de l'Unité non encore décrypté, toutes les religions n'en ayant qu'un : L ' Amour terrassant le mal.
Pharaon, fils d'Horus, devenu la Demeure recherchée, Phare-sentinelle à l'Oeil rougeoyant ?

La Celtie de toutes les matières apprises, de l'Histoire à la Psychanalyse.
L'au-delà de La Celtie par-delà les Mémoires grises.
En-deçà des vivacités d'une Époque première dessinées et gravées sur les frises de nos trois âges : avant-naître sans conscience, naître aux diverses "consciences",  et mourir au-delà de toute conscience....
~~Les paroles atteignent souvent ce que les flèches ne peuvent atteindre (proverbe arabe).

Miroir du ciel et de la terre (dimension cosmique en nos trois âges))
Repost 0
Published by Saint-Songe© - dans po-éthique
commenter cet article
29 mars 2015 7 29 /03 /mars /2015 00:00

   ~~  Les Chemins de la "Joie" se recoupent...via l'Intersection du Bonheur - B.


 




Rien n'est parfait en ce bas-monde
Nous T'attendons tous
En trois secondes de décalage
d'une voix humaine
du ciel à la terre,
nous T'attendons
au "La" du diapason

(440 Hertz)    -


    Selon Plotin, déjà : - La chair est le lieu du mal (ce qui renvoie à l ' "écharde" Paulinienne, d'ailleurs)... La chair a des pulsions/envies/désirs qui lutte avec l'esprit qui veut, lui, être au plus sain, au plus juste, au plus vrai..., et d'en garder ce cap...




L'orgue a sillonné le soir par les racines de fin de jour
Le vent s'était posé sur chaque note...

A l'initiation, par où tu nous revins en silence, l'émotion de la Lumière en l'Homme qui Te pense
plus tardivement dans les paroles choisies en forme de couleurs hautes mélodiques,
au "La" du diapason du Monde, il fera nuit, les flots seront lunaires...

****

*: « Aussi je suis heureux ce soir. Je ne me soucie de rien. Je n'ai peur de personne... Mes yeux ont vu la gloire de la venue de Dieu. » "So l'm happy tonight. l'm not worried about anything. l' m not fearing any man... Mine eyes have seen the glory of the coming of the Lord. *" Martin Luther King le 3 avril 1965. Dixit de celui qu'on assassinat dès le lendemain. N'aime-t-on pas les paroles harmonieuses ?

 

N'aime-t-on guère plus les pensées zen ?.. Dieu compte nos larmes. Nul ne connaît son destin, qui connaît déjà son but. L'obscurité nocturne est la protection du ciel. Et si dieu est le potier, alors l'homme n'en est que l'argile ! C.Q.F.S(avoir)

Repost 0
Published by Saint-Songe - dans po-éthique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche