Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 00:08
merci à Minnie de ce LEONOR FINI (rien ne finit) / LES COMEDIENS

merci à Minnie de ce LEONOR FINI (rien ne finit) / LES COMEDIENS

Ils sont là, tous, comédiens moins carnavaleux que carnavalesques, c'est Carnaval chez les Vinci d'Ys-ci...

Esprit lent que languit messe, Carnaval chez les Vinci-d'Ys-ci.

Ils sont mille et un savants qui ne savent rien du vent, Carnaval chez les Vinci d'Ys-ci.

Laisse blessure, que l'humanité blesse, Carnaval chez les Vinci d'Ys-ci...

Ils ont l'air de décider que leurs pas fantomatiques ne les mènent moins loin que Jadis,

L'année finit sur un Fini, Leonor de l'infini, Carnaval chez les Vinci-d'Ys-ci....

Il nous semble qu'exister tient du conte ou légende dorée... 

Il nous semble qu'à jamais l'existence nous soit révélée

Carnaval chez les Vincidi...

Sexe s'éduque au-delà des cités d'éducation-séduction.

Eden de saveurs et senteurs des passionnés subtils 

au moment précis de l'orgasme sous un porche d'immeuble

(à l'aura des mystère et tempérance ; soie pastel(le), velours pourpre)

Rien en particulier comme Bible amoureuse sinon les fantasmes les plus fous non inscrits dans le Kama-sutra !

Un miroir au plafond du ciel.

Dans une démarche d'épanouissement personnel 

à rejoindre parfois, au Largo des sensualités, une quête spirituelle

(comme dans le tantrisme)

Carnaval chez les Vinci D'Ys-ci !

D'âme-Monsieur - Votre libido est riche et savamment canalisée : vous n'en êtes pas l'esclave, mais au contraire, vous cherchez à en devenir le(la) maître(sse).

Elle est liée dans votre esprit à une démarche esthétique, et est au service d'un désir d'harmonie. Vous vous donnez du temps, et aimez explorer les mille et un chemins qui peuvent mener au feu d'artifice final...

Car vous êtes un(e) grand(e) adepte de la sensualité. Vous aimez suggérer vos désirs plutôt que demander, effleurez la peau plutôt que la griffer, ou encore suspendre au vol une pulsion plutôt que l'assouvir de suite. Avec vous, chaque sens est en plein éveil et entre dans cette danse ensorcelante...

Cette approche de la sexualité est sous-tendue par un très grand respect du corps. Celui-ci est lieu de plaisir et non de tabous. Vous n'êtes pas effrayé(e) mais au contraire heureux des différentes sensations qu'il peut soudainement éveiller. Il est comme un partenaire sexuel à part entière, aimé et protégé...  CARNAVAL CHEZ LES VINCI D'YS-CI !

Vous qu'ici l'humanité blesse
Carnaval chez les Vincidi
Il me semble qu'exister
Ne suppose aucune blessure
Vous qu'ici l'humanité blesse
Carnaval chez les Vinci d'Ys-ci
Vivre libre nous fait vivre doux
Cueillir la rose et le houx
Vous qu'ici l'humanité blesse
On les déclare infinis
Et charité vivra Ave Maria
Vous qu'ici vous vous reconnaissez
Carnaval chez les Vincidi !
Impossible immobilité à définir
Mariés du plus haut
Allez dire nos vœux approfondis
Vous qu'ici vous nous apparaissez
A ceux qu'en peine de toute cité
N'ont chaleur humaine aucune à partager
O Veritas Jesus Christus
Maria ....
Il y a plus de fous que de sages, et dans le sage même, il y a plus de folie que de sagesse (Chamfort).
 CHANCEUX EROS !
Les Cosmiques ... comédiens de Fin d'Année-ci comique...
Repost 0
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 19:41
Luci care, luci belle Cari lumi amate stelle Date calma a questo core

Luci care, luci belle Cari lumi amate stelle Date calma a questo core

A DISPOSITION DU NOCTURNE DE MOZART  : Luci care, luci belle Cari lumi BD Oeil de Nuit (Lumière pour étude humaine de l'âme où l’Éternité s'entend silencieusement)A DISPOSITION DU NOCTURNE DE MOZART  : Luci care, luci belle Cari lumi BD Oeil de Nuit (Lumière pour étude humaine de l'âme où l’Éternité s'entend silencieusement)
A DISPOSITION DU NOCTURNE DE MOZART  : Luci care, luci belle Cari lumi BD Oeil de Nuit (Lumière pour étude humaine de l'âme où l’Éternité s'entend silencieusement)
A DISPOSITION DU NOCTURNE DE MOZART  : Luci care, luci belle Cari lumi BD Oeil de Nuit (Lumière pour étude humaine de l'âme où l’Éternité s'entend silencieusement)A DISPOSITION DU NOCTURNE DE MOZART  : Luci care, luci belle Cari lumi BD Oeil de Nuit (Lumière pour étude humaine de l'âme où l’Éternité s'entend silencieusement)A DISPOSITION DU NOCTURNE DE MOZART  : Luci care, luci belle Cari lumi BD Oeil de Nuit (Lumière pour étude humaine de l'âme où l’Éternité s'entend silencieusement)
Repost 0
28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 21:51
Les messages de l'au-delà ont plus d'immensité et d'impact immense que toute multiplicité terrestre... (dessin à la cire, à dessein)

Anges et loups disent tout
Anges et loups si près de nous
Disent tant délivrent tout
Détachés des bandes de tout
Quand les ombres nous déchirent tout
Après les bandes de fous
On dit qu'ils brandissent doux
Les génies de nous
Détachés des bandes de faux Vishnou
Quand bien même ils discréditent ces filous 
Mortifiés flous dans leurs faux igloos...
(autant fuir ces bandes de fous) -
Anges et loups parmi nous filent doux....
Verbum caro factum est ! 
Felicite Virginae Maria !... (dessin à la cire, à dessein)

Les messages de l'au-delà ont plus d'immensité et d'impact immense que toute multiplicité terrestre... (dessin à la cire, à dessein)
Repost 0
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 10:43
Journée qui s'embrase au Poëme New Age, Retour Ritz...

Du côté d'un retour de voyage sensuel et romantique, que faut-il que j'écrive ou dise, si la vie elle-même est Poésie d'Eglise ? Retour Ritz...

Un an de passé. Temps retrouvé.

Suite au Ritz... telle une messe de vie !

Blind Test des Jour d'hui -

Si je savais tout ai-je tout chanté ?

L'oiseau et le chat sont tranquilles, qui n'ont l'intelligence des Livres lus, compris, ingurgités, leurs joies plus profondes que nos tristesses...  sans aucun effet d'ivresse....des Temps dévoilés au monde des non-savants... parmi les Vents voyageurs des esprits oubliés...

Ai-je tout chant qui ne soit concerto du poème immergé dans son silence d'hiver ?

 

Repost 0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 13:34
Repost 0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 11:13
6, rue Victor Hugo face à "mon" Caspar David Friedrich !!!6, rue Victor Hugo face à "mon" Caspar David Friedrich !!!

6, rue Victor Hugo face à "mon" Caspar David Friedrich !!!

En arrivant ici, en le logement Hugolien, si je puis dire, la première chose que je vis est un "arbre" empli de "corbeaux" estivaux, de fait, je me mis à écrire L'Arbre aux corbeaux, un frère trouvant le titre fort admirablement choisi, et, tout en lui racontant le sujet de mon livre, je me mis à frisonner, me souvenant qu'un titre éponyme avait été l'objet d'un tableau peu connu de Gaspar (Friedrich), le pauvre, mourant totalement inconnu, ...

Bigre ! exalté-je, à en biffer mon titre, devenu depuis autre... (que je ne puis révéler, ici, sur mon Blog-Journal intimiste & artistico-spirituel)

 

Embrasement de gris
Mer de ciel ce jour d'hui
dessus le mont Frugy
Ciel ! Partout ciel gris,
flot qui ne fatigue point les ombres
ni les ondes à l'inégale voix !
Nuages qui voyagent partout à la fois,
quand les poésies tombent d'elles-mêmes célestes
sur les stèles d'autrefois 
d'une Bretagne profonde !
Le ciel-souris couine à l'infini de l'horizon qu'il enserre
- Convient-il au rêveur d'aller faire la guerre
au soleil qu'il ne voit ?
- Que nenni ! - Il songe au souffle de l'étonnante absence !
Nonobstant, laissez-le croire, ici, en Kemper paysanne,
qu'il mesure la PAROLE au silence de Gloire !
Ca rend milliardaire d'être un poète dérisoire !
Rêve avec les cloportes ! Songe à ce gris de Giacometti
qui enrichit toute l'âme ! Passant !
C'est à la crèche que va l'éclair !
Il n'y a point d'or sur terre
comme il n'ait mieux rêve d'enfant 
ce lieu du cœur qui bat avec tout l'Univers 
à l'unisson des aboiements
comme d'avec les trilles joyeuses à peine entendues
ici et là, partout !

Le ballet d'oiseaux noirs tournoyait dans l'espace

- Qui vient là ? - Notre part du futur à voix présente : - Biface !

 

 

L'arbre aux corbeaux

Caspar David Friedrich, allemand (1774-1840)

Huile sur toile peinte vers 1822.
Dimensions : 59 x 73,7 cm. 
Musée du Louvre
Le chêne qui semble avoir subi les outrages du temps, enraciné dans un tumulus de l'époque des Huns, évoque la vanité de la gloire du héros païen qui y est enseveli. Les quelques feuilles mortes encore fixées aux branches noueuses, les souches aux formes menaçantes et la nuée d'oiseaux noirs sont autant de signes d'adversité et de mort. En revanche, le paysage qui se déploie à l'arrière-plan sous un ciel aux claires tonalités tranche par sa luminosité, symbolisant ainsi l'espoir de la vie éternelle. La côte représentée est celle de l'île de Rùgen, dans la mer Baltique, et la ville Arkona, patrie du peintre. De fait, Friedrich part toujours d'éléments réels qu'il charge ensuite d'un sens métaphysique, l'observation de la nature restant le point de départ obligé de la démarche de tout artiste de l'Allemagne romantique.
source : La peinture au Louvre, Réunion des Musées nationaux, 1992

Mise en page 2007 PYL · Les arbres

Repost 0
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 14:05
Brigands Romains
Repost 0
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 06:18
jan wandelaar (in Bernardhus Siegfried Albinus), dessin d'après Nature

jan wandelaar (in Bernardhus Siegfried Albinus), dessin d'après Nature

Il y a ça de véritablement plausible, animal-humain, végétal-souffrant, jusqu'au minéral finissant de notre état de NATURE d'être, du plein vivant au dernier degré du finissant, passant de l'ombre à Lumière au-delà de nos structures du Lugubre, telles les apparences trompeuses des écoulements séculaires décodés ainsi :

XVIIème , signifiait le sombre

avant  Le clair-lumineux du XVIIIème, débouchant

sur autre Lugubre spleen du romantique XIXème,

lequel orchestra notre quelque peu mitigé si peu clair XXème , lequel présage le noir-sombre du nouveau mouvement inverse  du XXIème...graffitisé un peu partout sur nos murs en l'éphémère du Street Art, les débris des objets et décombres jetés ici et là servant à réparer poétiquement l'ornement des fissures et "accidents" naturels des immeubles de quartiers plus ou moins salis.

Dieu, c'est l'Artiste corrigeant tous nos destins...

Rien n'est dit aujourd'hui qui n'ait été dit jadis (Térence).

Repost 0
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 08:16
Aurore Boréale de l'Amram loin de Qumrân

Qu'as-tu perçu du nouveau jour depuis la vie intérieure quand on t'a dit : ah, ce fut ferme et charnu cet arc-peau de soleil d'hiver perle de rosée à lueur d'accalmie ombre divine qui étincelle dans le lit de la rivière rosie.... Où est la nuit, où se niche le jour, où, les rêves qui nous embrasent ? Qui a envie de surpasser l'espace-temps entre les deux rives de neige voit, d'un côté de la rivière, le soleil se coucher, de l'autre versant, il touche des yeux l'aurore, tout devient boréal en son être ... touché !

Alors... Il cherche à garder le sourire de bouddha, le zen a coeur d'enfant...

Tout en lui reprend soudain le bal des lueurs...  L'arc-en-ciel demeure.

La Bible, c'est de l'Hébreu : les structures ne sonnent qu'en consonnes, il n'y avait pas de voyelles, au temps Jadis de Qumrân ; à la découverte des Manuscrits, Rimbaud ne les avait pas encore coloriées, alors les textes ne chantaient pas tant, ils dynamitaient les esprits, déjà, ils étaient dangereux pour les deux civilisations face-à-face : Assyriens / Babyloniens... Yahvé contre autre Dieu, avant l'Exode ?... 
Foi de feu ! 
Quel acte sacrifi-ciel fit donc tonner l'entièreté du Monde ?..
"L'ordonnancement patriarcal du sexe et du désir" ?...
- Pardon, où pourrais-je trouver la source du secret ?
- Grotte n°4 à droite, au fond du Wadi !
- Et, qu'y a-t-il donc bien, là-bas, dis ?...
- Ô Voyageur, tu verras par toi-même les traces de L' amram, עַמְרָם, c'est-à-dire "peuple élevé" ...
- Holalala, j'y vais...

 
On passe d'un doute à l'espérance, ô comme tout le monde, puisque la vie est un métronome qui oscille entre bien (faire) et mal (faire), on est jamais totalement pur et sage et saint, car sinon on serait plus fort que dieu lui-même, il y a un "grain de folie" qui est en chaque être, rassurez-vous !  Gardez-le vous pour dit, conservez en vous ce petit "grain de folie"-là, c'est le début du nouvel âge qui conserve toute son innocence !
 

Fermez les yeux ce n'est guère pour les "bons dieux", tous ces jeux façon d'Ange, au palais des velours d'une "dame de cour", courez, buvez, chantez : la vie est belle ce matin, fermez les yeux, rêvez des meilleurs feux sur les pieux flamboyants des hautes cimes d'enfance fière et qui butine les rêveries antiques, de toutes nos prières hors de tout cantique, courez, buvez, chantez : rêvons à meilleurs lendemains ! Nous reviendrons d'ailleurs, de lointaine galaxie.... O vie, Amour et grâce, il était déjà longtemps au confluent de Kemper, le présent était déjà couronné de tant de légendes, fermez les yeux ce n'est guère pour vous, les ignobles messieurs, dames de même, à vilaine politique, ça tique, quoique poli, fermez les yeux, rêvez nonchalamment, non châle amant, venez, lisez, ouvrez les livres qui ne sont point bréviaires, courez, buvez, chantez : la vie est belle ce matin !... Tralala lala lala, loup louve, lou lou, pa lalala di lili, lo lé, fermez les yeux, ces jeux ne sont pas pour d'ignorants en mal... Il y avait feu jadis à la fin du bal, courez, vivez, et chantez : La vie est neuve , soudain !...

Aurore Boréale de l'Amram loin de Qumrân
Repost 0
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 08:06
A l’église Notre-Dame de la Nativité d’Armancourt (Oise, 60), les vitraux de Bertrand Créac’h

A l’église Notre-Dame de la Nativité d’Armancourt (Oise, 60), les vitraux de Bertrand Créac’h

Longtemps tranquille, un rossignol

Songeur à la fontaine des couleurs

Sommeil d'aucun vitrail - Le ciel se meurt -

Nul face-à-face mais vitrail pour l'envol !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche