Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 11:34
Charles-Marie Dulac (1865-1898), Soleil levant - 1896
Charles-Marie Dulac (1865-1898), Soleil levant - 1896

Charles-Marie Dulac (1865-1898), Soleil levant - 1896

Eglise en flaque d'eau, suite au levant...sur Assise

Ainsi que les reflets solaires forment l'aiguille d'une Eglise...

en flaque d'eau... telle ici signée Marina...

Marina TESARIKOVA  L’église dans une flaque d’eau. 1988. Eau-forte originale et aquatinte. 297 x 299. Épreuve sur vélin, numérotée, titrée, signée et datée. Cachet sec : « A.B.M. Paris » (Lugt 3076). 

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 10:37
Preuves du Pacte de tolérance avec le Kosmos : apaisement de bonheur avec le Tout.

Un seul et unique Verbe. Dieu. Alors, pourquoi "trois livres" pour Le Seul et L'Unique, Seigneur ?

Historiquement Le leur, entre les peuples qui coexistent.

Nudité de l'âme, le corps est son langage
Ainsi main droite n'a pas même fonction que la senestre
Idem : dextre chaussure de la bonté à l'autre, justice du pas
pour le Méritant du marcheur dans le soleil, et seul... parmi
la foule...qui ne le remarque pas (nul n'est parfait ni irréprochable)
- pour les gauchers, exception infirme règle, sera donc l'inverse :
droit, puis gauche... (dès que tu mets chaussure, à ne rien penser,
c'est méditer/prier, selon...Et puis, va...)
 
Seigneur que nul n'a vu mais que la Parole dévoila.
Le voilà ! Soumets-toi, prie-Le, honore sa Présence de protection.
Protégé de treize siècles conflictuels... des foules.... aveugles, abreuvées de trop de "paroles" parmi singes, veaux, porcs et autres fauves qui attaquent de toutes parts, au moment des expansions des anachronismes... Les érudits n'ont pas éructé tous les dits, tous les pactes ni toutes les traductions rapportées aux minorités juives et chrétiennes...
Quelques voix disent : - Les juifs étaient arabes, et non musulmans.
Alors. Les Anges déployèrent deux ailes sur les visages, deux étendues sur les torses, et, deux ailes sur les jambes... Envoyés les peuples au désert d'eux-mêmes.
 
Foi pure ?.. Credo de "l'impensable" non engendré que nul n'égale...
Univers-El : un peuple qui parle (en fonction universelle de ses croyances)
Et, parce qu' Il parle au travers des textes lus dans l'espace-temps qui se découle chronologiquement dans l'histoire (de l'Humain)...
Siècle après siècle, Unicité du Ciel sur la mer et les déserts, rien n'a changé avec le surgissement des "états" qui tentent une co-existence des (im)migrations et des civilisations massives (cause des migrations n'est jamais la même), Unicité du Verbe (assimilé aux Lectures qui closent les doutes) : chemin de l'Amour à suivre....
 
La Fleur est paisible, et l'Arbre va de soi. Jusqu'à maturité. Puis sa disparition tout à fait acceptée, fondement des existences qui se concluent à vision d'un vécu passé, présent, à-venir.
Cela depuis la Semence de toute graine en tout sol et compost compatible avec l'évolution égali-terre (égalitaire présence sexuée)... qui s'insère dans la miséricorde (l'utérus) de la terre.
 
Pacte de tolérance avec le Kosmos : apaisement de bonheur avec le Tout.
 
Les nuages sont les anges, messagers... passant dans le bleu du ciel.
Et toi, Lecteur intrépide, te levant/couchant, quel Phénix apparaît dans L' Aurore qui fait sens en ta vie ?
 
 
L'Un avait copié son premier texte, et tout avait disparu, d'un seul coup d'un seul, gobé par l'immensité bleu du ciel. Bergers, par la transhumance, ainsi la revenance après avoir mené ton troupeau en haut du broutage.. (au déplacement du même troupeau vers le lieu d'où il fut venu, d'où il était parti, soit : Le Buisson Ardemment Lumineux, pers - vert/bleu - sur la mer de toute tranquillité ) ....
Pourquoi as-tu changé Ton Nom, toi, ô Abraham ? Même au plus ténébreux de sa fâcheuse irritation, le Sage ne se querelle jamais d'avec l'Aleph, Alpha de l'alphabet, esprit de toute langue d'où sort même voix de filiation entre tous les parlant et muet...
Parle avec les signes, toi le mutique, depuis l'Emerveillement du Buisson Ardent, son hébétude sereine, Abram sut capter la stupéfaction généreuse pour la transmettre ici-bas à chaque individu de langues différentes.
 
- Qui est El ?
-... Oh, El est, elle, La Voix profonde des silencieux qui fait voir en chaque corps sexué le Saint-Esprit, originale origine-El à tous dans la commune Poésie du Vivre ensemble.
Un, qui ne souffre d'aucuns ambages.
Unicité du monde indicible claquant son : - Ca suffit... Cette idée-là du plusieurs en Un, du masculin-pluriel qui approfondit et interroge la féminitude générale.
 
Preuve de Sa grandeur - Un des unis jamais désuni EN /Vers des trous noirs et matière des multiplicités, étoiles - preuves de sa Richesse -, matière noire - preuves de sa profondeur - qui gobe toutes les immensités - des longitudes, des latitudes, et de chaque horizon d'unicité qui n'est jamais figé - preuves de son ubiquité.
 
Et, dedans et parmi nos é-preuves, Tiers des égaux (homme/femme) qui rend des comptes aux informations du monde très secret de l'enseignement de ses mystères dont la simplicité font nos monothéismes au dictionnaire de l'An Un, à chaque aurore éparpillée sur tous les sols terrestres, et, se levant ici, Il se couche là... dans des roses sublimes et des verts somptueux, boréales et naturelles - preuves de Sa Lumière.
 
Et toi, Lecteur intrépide, te levant/couchant, quel Phénix apparaît dans L' Aurore qui fait sens en ta vie ? (il convient toujours de redonner même question en réponse de ses inquiétudes)
Dans la Miséricorde (Utérus de la Terre), quel Phoenix Boréal en ton ciel matutinal ?
Dans la Miséricorde (Utérus de la Terre), quel Phoenix Boréal en ton ciel matutinal ?
Un jour, je vis la nuit (je ne la connaissais pas en-corps)...
Tous mes membres, retenus par une main d'ange, encore...
A peine né de six mois...
Une voix, toute basse, tout à coup, d'une ardeur, elle me pénétra, fort intimement, et profondément, et douce, et humble, et qui disait à cet instant : - délectation de l'âme heureuse éblouie, bienvenue parmi les chants de la terre et les horreurs humaines.... Certains sont dans la haine, croyant se dire Amour, et d'autres, alors qu'ils sont dans l'Amour, ils ne pensent se tenir que dans la haine, à s'engloutir dans leur néant, aveugles de ce qu'ils sont, vraiment, Amour, humble de cœur et sans honneur.... à n'être ruinés de rien... Reçois Baiser de Dieu dans ce Jour-là...
Preuves du Pacte de tolérance avec le Kosmos : apaisement de bonheur avec le Tout.
Repost 0
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 11:01
Crédit photographique : Frère François D.

Crédit photographique : Frère François D.

Blanc de céruse

. Joutes noires.

Accords de guitares

andalouses

( qui n'est sur le fil du rasoir de sa vie remonte agréablement le Nil de ses espérances)

 

 

Repost 0
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 00:04
 (Un Tout : - six mondes) Bis repetita

Au miracle secret des mondes intérieurs,

Six rosaces au tatouage du coeur !

En haut qui toise les autres, yeux baissés, le club politico-médiatico-économique de l'Hyper-classe (ainsi qu'ils se nomment), et, la pointe du haut milieu à l'opposé de la base du même, entre les lignes des trimeurs et des exclus totalement ignorés...mais veillés par les yeux du Tout Resplendissant !

Le sixième (monde) les contient tous.

Rapprocher la flamme chantante au néant du silence
d'une présence humaine qui offrirait victoire à l'amour
Aveugle où est le soleil toi qui vois tous les feux
de la connaissance consubstan-ciel du divin 
que chacun porte en soi d'un point de contact
entre la pleine immensité somptueuse 
et l'horreur du vide de la vie malheureuse
par l'absence camusienne de toute présence de Dieu
ah donc quoi ?! Qu'y a-t-il que l'homme ne vénère que l'argent
quand toutes nos richesses sont en dedans ?
Eh, Pape, que fait ton Dieu pendant ce temps-là où meurt l'enfant
de l'homme et de la femme et l'enfant intérieur s'entend,
alors quoi ? Qu'est-ce qu'il nous fait encore ton bon dieu
qui s'absenterait ?
Il y a qu'il se sent une chaleur solaire en notre totale obscurité.
Vous plongez vos yeux dans les Siens, vous vous sentez
quoi ?
Pleinement désiré, compris, en demande, inécouté ?
Quoi ?
Vous vous sentez quoi ? 
De quel Amour se détache-t-on pour se sentir pleinement aimé ? 
Scopos, Telos, et mouvement dans le tout du sans-but ?
L'esprit d'un autre, errant pareil, mouvant sans fin, s'écrie 
"L'incompréhensible incontestable"....ET, nous entrerons tous
dans cette contrée inimaginable...
où l'on dame le pion à tout l'art de l'Attente -
Lieu sans espace, Temps sans durée, rien n'y est compté,
ni conté...
Puisque La Présence lumineuse succède aux ténèbres humaines.

 (Un Tout : - six mondes) Bis repetita (Un Tout : - six mondes) Bis repetita
Repost 0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 00:02
Au-dedans de nous (Un Tout : - six mondes)

Plus qu'un principe d'âme et de plaisir, l'espérance cachée, au-dedans de nous :

- l'inécouté.

Quelque chose d'inétudié : - La Nature de notre finalité humaine... A dimension de contrainte intérieure pour développer notre évolution d'obligation.... Orienté vers le Bien des six mondes :

- Anthropologiqu'homme...

Or, même l'univers pense parmi nous...comme à l'extérieur de Tout.

Le sein c'est la source de vie et les mains la source du langage, l'esprit affirma-t-elle, L'existence.

On "nous" parle - Il y a une autre voi(e)x de con-naissance via la "matière qui pense"....

Un Tout : - six mondes !

Sous bonne garde, l'esprit insaisissable :
d'accepter ce qui ne va pas comme de ce qui va l'amble,
une journée pour la mer, autre jour pour le sable,
en l'amer sur le vif impalpable,
s'affermir apaisé -
Au-dedans de nous (Un Tout : - six mondes)
Au-dedans de nous (Un Tout : - six mondes)Au-dedans de nous (Un Tout : - six mondes)
Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 16:37
Crique de Tréboul en Douarnenez, dite La Plage JauneCrique de Tréboul en Douarnenez, dite La Plage Jaune

Crique de Tréboul en Douarnenez, dite La Plage Jaune

Dieu ne vole pas avec les ailes de l'âme pour se poser sur les signes et icônes...

Je ne t'ai pas vu tel que tu te montras à moi, ce matin, en pleur, mais bel et bien, le petit enfant en conflit intérieur avec son drame papa/maman, base de toute psyché humaine qui oscille entre peur immense d'un abandon, de ne pas être aimé, de ne pas être regardé, observé, choyé à l'instant où il faut, et son immense désir/plaisir de jalouser ce qui lui manque à l'instant "t" de cette crise uniquement subjective puisque, de mon côté, ben tout allait zen, car comment en fut-il autrement après une méditation ? Il te suffisait uniquement de lever les bras au ciel (comme je t'ai montré) et d'invoquer l'aide de l'univers afin que ta souffrance ne fut plus là, en toi, en manque de dose spirituelle (comme d'autre se sniffe à toute drogue illicite)... EN FAIT , ta souffrance, c'est tout l'univers en sa perfection qui entrait en toi comme on répond à l'ouvrier qui a mal de commencer un travail inconnu, : c'est pas si grave, ce bobo - là, c'est le métier qui rentre, c q f d. ! Il manque ainsi à l'humanité le goût de la solitude/plénitude qui enrichit tout ermite, ce trésor humain dont la société a besoin, vu que d'ici une décennie, on verra s'effondrer le libéralisme à outrance qui prône le tout-argent comme seule valeur absolue ! Idiotie, si l'Egypte a vécu près de 3 millénaires, c'est qu'elle avait une solide base spirituelle, ce qu'en 3 petits siècles, il aura manqué à notre "civilisation", cette source originelle, à disparaître telle une feuille morte tombée de son arbre, et qui se décompose à petit feu, jusqu'à n'être plus que nuage de cendre, et, d'un souffle de vent (Dieu ?), adieu Berthe !

Souffle d'ange
Stickyfingers
de Joel (joie d' El
- ohim)
entre ciel et terre
beaucoup d'atomes lumineux
qui réflèchissent des portraits
retrouvés
fil de soi(e) à soir qui file
Ouvrir les yeux intérieurs...
Repos de quel Job 
au biblique rêve marchant dans les nues
 -

xxxxxxxxxx

Axis mundi réduit à : jouissance de soi et d'autrui, évitement honnête des douleurs d'autrui et de soi...
Performance manifeste des espaces rétrécis : art street, qui disparaît à la moindre pluie...
Creusement du réel "présent" qui se dit "immanent" à la geste kunique (moins cul-cul que nique à l'ennui) de Peter Sloterdijk (et, Cratès le kunique : Lettre à ses disciples : "Il faut vous consacrer à la philosophie et non à la politique. En effet, ce qui enseigne aux hommes à savoir pratiquer la justice vaut mieux que ce qui les oblige à ne pas commettre l'injustice". )

Hédoniste, es-tu ?
Au début, tout sens de mise à distance, puis au retour, n'y pense plus...
A croupetons, fouille-jacotte, arrivé à l'oeuvre des Valentines qui jouent à voir dans vos poches les petits billets doux, d'où viennent-ils, à désir d'inédits et de dénis...
Tout mouvement de La vie "veut la vie", à circonstance de "volonté de puissance", effectiv'amants...
Qui fait le timonier, qui en a rien que l'idée, et qui se dresse en pensée ou en prompt souvenir, ou réellement, en vérité charnelle, la belle jeune oeuvrière heureuse ?
Le rêve est la vitre du réel.
Qui s'y reconnaît là, reflet à part entière ?...
- Tu me donnes un baiser ?
- Eh oh, il n'est point sûr que tu auras caresses ensuite...
- Foutaise !
- Sois poli, hein, eh oh... 
- Aaaah,... Tout clivage du "moi"(s) fournit les opposés entre notre part obscure et si peu saine et notre part honnête autant que lucide, vraie quoique souffrante de n'être entière sans en être chamboulé d'un sein nu qui nous rend sénile au plus vite, allant au lit, en mal-à-dits d'amour... Nos intersubjectivités nous mènent toujours dans l'impasse du deux-venir (à devenir en un couple moins sombre), alors, en nos guerres de cœur entre doute et foi, certitude du croyant, alors, tu m'aimes, Valentine?
- ... Viens donc ici, joli crapaud vulgaire ! Le Printemps est toujours à venir... A seconde édition de la vie, j'en suis la correctrice de nos épreuves, viens... ou je me pends ailleurs !

 

_____________

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal, ni à toi, ni à personne, voilà, je crois, le fondement de toute morale." - Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort

L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes debout


_____________

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 22:47
Danse intérieure du génotype - A.D.N de Femme-Cygne

Cela vrille. Tourbillonne. Se recommence à l'infini de soi(e).

Cela vrille. Tourbillonne. Se recommence à l'infini de soi(e).

Cela vrille. Tourbillonne. Se recommence à l'infini de soi(e).

Danse intérieure du génotype - A.D.N de Femme-Cygne
Repost 0
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 07:45
ANNA GAIOTTI  Plus de muse, mais un troupeau de muets

ANNA GAIOTTI Plus de muse, mais un troupeau de muets

On y voit goutte et tout

Le caché montre tout

d' Anna Gaiotti :

peau brûlée
brouillée chimère
sans sexe
et le crawl du clown sur les 4 fers.
j’écoute les silences qui n’existent pas
j’écoute l’ennui des bruits qui braillent mon nerf
les archives se pausent entre les feuilles fuyantes.
Célébrer, c’est soutenir, les pouvoirs aimants, les armes du ridicule, l’archéologie du corps, invoquant le théâtre des chimères et la danse invisible.   "   Crédit photos : Sarah Blum, François Possémé

 

Loin du Sade : -   « Mon sens de l’honneur était puissant, ma lubricité plus puissante encore. » 

ANNA GAIOTTI

ANNA GAIOTTI

Repost 0
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 09:37
Au naturel

Elle se voile

La Nature est dentelle

Elle venait d'azur entier de la brume
aussi lente qu'elle créait
Née Nevermore d'elle fait vague
à murmure au ventre d'elle qu'on craignait
Les hideurs qui parfois la prenaient
mais pas les épaves qui la hantaient
Méditer sur ces autres plages
riveraines à quai
Elle venait des azurs interdits
Au-delà d'autres mers milliers moutons blancs
Les ivresses la liaient
Lente et douce
Et Noé nous la louait
A dire qu'il se la gardait
et ne la donnait jamais
La mer n'aimait pas qu'on la prenait
avec peine sans paix -
 
L'âme-à-tiers / la matière : espace équivoque du corps qui jouit en-corps/encore ; l'homme est-il une femme qui jouit en "science du Langage/ de Lalangue"... La Jouissance, est-ce mal/mâle ?
 Lacan "introduit le concept de Jouissance"... en son Séminaire Encore (substance de la Jouissance)... Motérialité d'une autre "dialectique freudienne" ?... L'être en rapport avec La Lettre ...(à la lettre d'une lecture - en hébreu - du Talmud)... Le corps qui jouit est-il L'autre qui jouit .... en un "je-u" clinique-endormi ?.. Castration / acte sexuel (qui ne s'inscrit pas)... "Fabriquer" quel miroir de la pratique de l'inconscient dans "la jouissance féminine" face au "signifiant" (phallus)... Encore, encore, encore : en-corps ?
Au naturel
Repost 0
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 10:13
Bocage ténébreux

La bretagne était ainsi

Entre Novembre et Mars, l'ankou sévit 
par là, par ici....
L'ankou, la faulx que j'ai vu briller entre les deux flèches
de la cathédrale Saint-Corentin,
hier matin -

Si la société ni les humains ne s'améliorent
Si en plus les forêts brûlent que l'homme incendie
Où trouver joie de fine amor
Bonheur loin du sang sans vie ?

Si les mystères sont si énigmatiques, tel Cocteau "feignons d'en être les organisateurs"

Bocage ténébreux
Bocage ténébreuxBocage ténébreux
Bocage ténébreux
Repost 0