Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 06:18
jan wandelaar (in Bernardhus Siegfried Albinus), dessin d'après Nature

jan wandelaar (in Bernardhus Siegfried Albinus), dessin d'après Nature

Il y a ça de véritablement plausible, animal-humain, végétal-souffrant, jusqu'au minéral finissant de notre état de NATURE d'être, du plein vivant au dernier degré du finissant, passant de l'ombre à Lumière au-delà de nos structures du Lugubre, telles les apparences trompeuses des écoulements séculaires décodés ainsi :

XVIIème , signifiait le sombre

avant  Le clair-lumineux du XVIIIème, débouchant

sur autre Lugubre spleen du romantique XIXème,

lequel orchestra notre quelque peu mitigé si peu clair XXème , lequel présage le noir-sombre du nouveau mouvement inverse  du XXIème...graffitisé un peu partout sur nos murs en l'éphémère du Street Art, les débris des objets et décombres jetés ici et là servant à réparer poétiquement l'ornement des fissures et "accidents" naturels des immeubles de quartiers plus ou moins salis.

Dieu, c'est l'Artiste corrigeant tous nos destins...

Rien n'est dit aujourd'hui qui n'ait été dit jadis (Térence).

8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 09:31
Interrogez votre vie ...intérieure dans l’œil du Miroir qui vous répondra

Interrogez votre vie ...intérieure dans l’œil du Miroir qui vous répondra

7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 08:16
Aurore Boréale de l'Amram loin de Qumrân

Qu'as-tu perçu du nouveau jour depuis la vie intérieure quand on t'a dit : ah, ce fut ferme et charnu cet arc-peau de soleil d'hiver perle de rosée à lueur d'accalmie ombre divine qui étincelle dans le lit de la rivière rosie.... Où est la nuit, où se niche le jour, où, les rêves qui nous embrasent ? Qui a envie de surpasser l'espace-temps entre les deux rives de neige voit, d'un côté de la rivière, le soleil se coucher, de l'autre versant, il touche des yeux l'aurore, tout devient boréal en son être ... touché !

Alors... Il cherche à garder le sourire de bouddha, le zen a coeur d'enfant...

Tout en lui reprend soudain le bal des lueurs...  L'arc-en-ciel demeure.

La Bible, c'est de l'Hébreu : les structures ne sonnent qu'en consonnes, il n'y avait pas de voyelles, au temps Jadis de Qumrân ; à la découverte des Manuscrits, Rimbaud ne les avait pas encore coloriées, alors les textes ne chantaient pas tant, ils dynamitaient les esprits, déjà, ils étaient dangereux pour les deux civilisations face-à-face : Assyriens / Babyloniens... Yahvé contre autre Dieu, avant l'Exode ?... 
Foi de feu ! 
Quel acte sacrifi-ciel fit donc tonner l'entièreté du Monde ?..
"L'ordonnancement patriarcal du sexe et du désir" ?...
- Pardon, où pourrais-je trouver la source du secret ?
- Grotte n°4 à droite, au fond du Wadi !
- Et, qu'y a-t-il donc bien, là-bas, dis ?...
- Ô Voyageur, tu verras par toi-même les traces de L' amram, עַמְרָם, c'est-à-dire "peuple élevé" ...
- Holalala, j'y vais...

 
On passe d'un doute à l'espérance, ô comme tout le monde, puisque la vie est un métronome qui oscille entre bien (faire) et mal (faire), on est jamais totalement pur et sage et saint, car sinon on serait plus fort que dieu lui-même, il y a un "grain de folie" qui est en chaque être, rassurez-vous !  Gardez-le vous pour dit, conservez en vous ce petit "grain de folie"-là, c'est le début du nouvel âge qui conserve toute son innocence !
 

Fermez les yeux ce n'est guère pour les "bons dieux", tous ces jeux façon d'Ange, au palais des velours d'une "dame de cour", courez, buvez, chantez : la vie est belle ce matin, fermez les yeux, rêvez des meilleurs feux sur les pieux flamboyants des hautes cimes d'enfance fière et qui butine les rêveries antiques, de toutes nos prières hors de tout cantique, courez, buvez, chantez : rêvons à meilleurs lendemains ! Nous reviendrons d'ailleurs, de lointaine galaxie.... O vie, Amour et grâce, il était déjà longtemps au confluent de Kemper, le présent était déjà couronné de tant de légendes, fermez les yeux ce n'est guère pour vous, les ignobles messieurs, dames de même, à vilaine politique, ça tique, quoique poli, fermez les yeux, rêvez nonchalamment, non châle amant, venez, lisez, ouvrez les livres qui ne sont point bréviaires, courez, buvez, chantez : la vie est belle ce matin !... Tralala lala lala, loup louve, lou lou, pa lalala di lili, lo lé, fermez les yeux, ces jeux ne sont pas pour d'ignorants en mal... Il y avait feu jadis à la fin du bal, courez, vivez, et chantez : La vie est neuve , soudain !...

Aurore Boréale de l'Amram loin de Qumrân
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 10:36
Le cheveu garde toujours le même mouvement bien que la vie elle-même en change souvent !

Le cheveu garde toujours le même mouvement bien que la vie elle-même en change souvent !

5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 14:11
Arcimboldo / Le bibliothécaire

Arcimboldo / Le bibliothécaire

Des petites gens consomment les quotidiens (journaux)...  Peu lisent les enseignes... Hameçons des lanternes et lampions, tout Locronan habillée des guirlandes de la Saint-Sylvestre !... Et, en moi, au crépusculaire de l'esprit, je rêvai à tous les livres reçus et lus, lors de ces fêtes de fin d'année, sans jamais voyager que dans les contours flous de l'imaginaire... Sur-le-champ, je sus m'évader chez les bouquinistes de la mémoire, au quartier général des idées d'un temps autre !... Au légendaire esprit des magiciens, je me vis, en moi-même, éclairé des Livres immuables, les incunables et les autres Contes des mers du Sud de mon Jack London, sans que je n'écoute le monde alentours... Seules les Bibliothèques Rouge & Or, et la Verte, ça me suffisait...  Comment lisent les autres gens, voyagent-ils en Galicie ou, comme en ma jeunesse, loin des revues et VDN (Voix du Nord), au large "de l'île escarpée de Pitcairn, qui fait partie de l'archipel océanien des Pomotou..., graine de Mac Coy, chapitre premier...dudit. On ne peste pas contre les pays visités des ouvrages Jadis !

 

4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 08:06
A l’église Notre-Dame de la Nativité d’Armancourt (Oise, 60), les vitraux de Bertrand Créac’h

A l’église Notre-Dame de la Nativité d’Armancourt (Oise, 60), les vitraux de Bertrand Créac’h

Longtemps tranquille, un rossignol

Songeur à la fontaine des couleurs

Sommeil d'aucun vitrail - Le ciel se meurt -

Nul face-à-face mais vitrail pour l'envol !

3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 10:14
GAUGUIN / LA MAISON DU JOUIR

GAUGUIN / LA MAISON DU JOUIR

Soyez heureuse, mystérieuse !... "Soyez amoureuses, vous serez joyeuses"... orna GO au fronton de sa "Maison du Jouir"...polynésienne, aux Marquises (mal vu des autorités locales d'ailleurs,)

A savoir que  Dès son enfance, Paul Gauguin est pressenti comme un « crétin ou un génie ». Il deviendra un génie, mais, hélas, reconnu bien après sa mort....
 

Sur le poli du cercueil ou dans la propreté des flammes funéraires, au retour de l'amour, au-delà de la sur-poussière éternelle, La vie est un retour en arrière qui va de l'avant...  Est-ce vie mortelle qui nous revient par l'enfantement ou de garder par-devers soi sa part d'enfance réellement enfouie jusqu'au profondeur de l'hypothalamus ? 

Si la pomme eût été une banane, l' Histoire de l'Humanité eût-elle été changée de fond en comble, et autrement, et ailleurs, conçu, le berceau Africain ?

La vie est un retour à l'envers qui va de l'avant : - Ici on fait l'amour (the faruru), in Gauguin la Maison du Jouir -La vie est un retour à l'envers qui va de l'avant : - Ici on fait l'amour (the faruru), in Gauguin la Maison du Jouir -
La vie est un retour à l'envers qui va de l'avant : - Ici on fait l'amour (the faruru), in Gauguin la Maison du Jouir -
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 15:19
La Psychanalyse Hypnotique à la Rothko

La Pensée suspendue au fil de "sa folie" voit rouge...

La Psychanalyse Hypnotique à la Rothko
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 14:31
Balthus (la leçon de guitare)....& . Les musiciens, 1921, François-Emile BarraudBalthus (la leçon de guitare)....& . Les musiciens, 1921, François-Emile Barraud

Balthus (la leçon de guitare)....& . Les musiciens, 1921, François-Emile Barraud

Chemin spirituel des chairs érotisées

 

Enlacement des Penisneid & Germen jusqu'au-delà la Petite Mort
 "Intérieur", ou "le Viol", /...Edgar Degas -

"Intérieur", ou "le Viol", /...Edgar Degas -

Enlacement des Penisneid & Germen jusqu'au-delà la Petite Mort
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 10:03
Expo Solo Show: Dove ALLOUCHE "Mea Culpa d'un sceptique"

Expo Solo Show: Dove ALLOUCHE "Mea Culpa d'un sceptique"

Riche d'un suicide différé, en une mélancolie fragmentaire lunaire, lunatique terrestre, le ton du jour n'est que la rythmique du phrasé de chaque minute l'autre, au pendant aphoristique des secondes, viens donc ici, Cioranesque ami, je t'expliquerai le monde qui n'est pas, lequel est encore une scansion immoraliste, allons donc, viens à moi, je t'expliquerai mon Précis des compositions décomposées ! Le soleil est posé sur le palier du ciel au seuil des nuages, il nous offre le monotone de fin d'automne, hivernal mobile à la Calder, ça balance dans l'air.... 

Je suis l'Empereur des Cicatrices, fatigué des Crépuscules, c'est encore l'entre-deux ambiguités du Temps, le jour vient de commencer, c'est déjà le début de la nuit, ou du moins, une amorce de Nocturne sans Chopin, rien ne s'y joue, ici... Dormir debout ne fait la moue, la pensée est le relief des reprises dansantes des Ancolies dont le manque titille nos actions.

Essence des Parfums de Décompositions : "quand on ne peut se délivrer de soi, on se délecte à se dévorer," défaille encore en mon sang épais et lourd du Cioran sans haine d'amour !

Toute mélancolie se mérite, eh oh ! Ben ho, aimes-tu t'ennuyer, et te pendre à l'ennui, flâner, errer, au vague à l'âme, tel Sorrow dont la cicatrice est solaire-lunaire, à double tranchant machiste saphique ?

Sans avoir la science infuse, où donc trouver réponse aux grandes questions de la Vie, sinon à l'intérieur de soi, aux couleurs volcaniques de la Terre ?

Sorrow / Van Gogh

Sorrow / Van Gogh

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche