Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2017 6 16 /09 /septembre /2017 15:04

" Il y a en nous une double entité psychique, l'âme de désir superficielle qui est à l'œuvre dans nos désirs vitaux, nos émotions, notre faculté esthétique et notre recherche mentale de puissance, de connaissance et de bonheur, et une entité psychique subliminale, pure puissance de lumière, d'amour, de joie, essence d'être épurée qui est notre âme véritable derrière cette forme extérieure d'existence psychique que si souvent nous honorons de ce nom. C'est quand un reflet de cette entité plus vaste et plus pure paraît à la surface que nous disons d'un homme qu'il a une âme ; et quand ce reflet est absent qu'un homme n'a pas d'âme.
Le mot "psychique" en langage ordinaire, est le plus souvent employé pour désigner cette âme de désir et non le véritable psychique. On l'applique de façon encore plus lâche aux phénomènes psychologiques et autres de caractère normal ou supranormal qui sont réellement liés au mental intérieur, au vital intérieur, à l'être physique subliminal en nous et ne sont nullement des opérations directe de la psyché. "
Sri Aurobindo
Métaphysique et psychologie
De l'homme apparent à l'homme véritable

 

Et, puisque POE / PAS DE PEAU (quoique de la prose & poésie :: Sa mère meurt en 1811 à l'âge de 24 ans de tuberculose laissant ses enfants orphelins; leur père alcoolique était aussi mort l'année auparavant de tuberculose. Sa sœur Rosalie est une handicapée mentale et son frère William Henry, meurt lui aussi à 24 ans, alcoolique et tuberculeux.... 
Orphelin à l'âge de 3 ans, il est confié à la charité de la bourgeoisie de Richmond, et il est adopté par la famille Allan, négociante de tabac, qui s'installe pour quelque temps à Liverpool; cette famille lui donnera son second prénom. L'Angleterre mystérieuse va impressionner l'enfant et lui donner le goût du fantastique macabre. Il suit des études classiques et littéraires. À l'Université de Virginie, il commence à contracter des dettes de jeu et rompt avec son père adoptif qui refuse de les payer. Dès l'enfance il lisait Byron, Coleridge et la plupart des romantiques de son époque. Il a aussi beaucoup lu d'ouvrages traitant des cosmogonies scientifiques, des sciences naturelles et du mysticisme. Dans sa vie, il a perdu toutes les femmes qu'il a aimées, il s'est brouillé avec toutes les personnes qui auraient pu lui venir en aide. Il vécut dans une misère presque constante, même s'il a connu de son vivant une certaine célébrité, surtout par ses activités de journaliste. Il mourra ...alcoolique, c q f d )

Repost 0
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 14:01

Je ne regarde que le livre
N'ai pas l'esprit vague
ni les yeux tournés vers les vagues
Je ne m'évade que par les pages du livre
tournées lentement de l'autre côté du monde
où je garde visage intérieur
Nul grain de sable de la surface des mots
qui ne m'ait étranger...
Même en langage étranger.
Rien n'échappe à mon œil scrutateur :
- Je ne regarde qu'au-dedans de ce qui jamais ne meurt.
Accouchement des pensées, par les pensers d'auteur(e)(s),
La Philosophie, religion sans Dieu.
C'est Le Livre que j'emporte face aux mouvements des vagues.
Face à la mer.
A L'océan, aux rades.
Tel Valéry, je dis : " Je n'admets rien que ce que je vois",
à quoi j'ajoute : - que ce qui se lit de bien écrit...
Je ne regarde que le livre
N'ai pas l'esprit qui dit : - vague.....
(même en poche sous les yeux) !

Il y a soleil (à l'instant que vous me le dîtes , hourra, hourra ! Vive les oiseaux coloriés sur le Motu de Tikéhau, et, sans mots tus, cette fois) !

 
Repost 0
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 08:56

Par des chemins de rocs incandescents 
qu'importe d'où viennent les vents
Le gagne-ciel n'a pas besoin d'effet de seuil
Ecrire est ce gagne-ciel quand
il nous faut sur terre aller au gagne-pain
Rêver
ne connaît pas de prélèvements
sociaux
devant toute oeuvre peu singulière
Rêver
n'a pas besoin de compétitivité
Et son chiffre d'affaires n'a de richesse
que tramé de vie de pleine lumière
et de vent de l'esprit attractif
– Perles, émeraudes, turquoises –
Au Verhaeren des échanges vifs
jamais de pensées sournoises
devant les chatoiements 
du ciel qui se lève à l'instant
– Perles, émeraudes, turquoises –
Eh oh, hé ho, eh, lave tes rimes 
si tes yeux sont encore plein de sommeil :
Chat miaule au Coq, tôt !
Lave tes rimes, aboie moins !
A corps si lourd, tout corps si las...
Et d'y aller tu ne peux pas ?
Lave tes rimes !
Vois les joyaux 
Ils brillent à ton gagne-ciel
Ecrire est ton gagne-ciel
– Perles, émeraudes, turquoises –
Et rien en banque affiché sur ardoises...
Chiffre muet : zéro,
mais le ciel chatoie, c'est beau...
Firmament d'eau,
Bouquet de fl'âmes...
Un doux dessin de Jean Cocteau.

*********

Affaires économie-sociale
et solitaire
Socio-anthropolo-ethnolo-
arts et lettres
Pluie du diable au-dessus de la terre
Arc-en Reine-Beau temps et pluie,
Ciel mitigé, bleu cependant, clair
air frais soudain...
Ânonner avec Judy Garland
chantonnant... 
parmi les oiseaux, eh oh !
Ah bah , hé !..
L'été
il dure dans les esprit-devinettes, parfois....
En Kemper-city d'où je suis...à l'essuie-silence et solitude pleine et entière.

AU VERHAEREN DES ECHANGES VIFS
Repost 0
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 08:40

Costa chica 

 Costa Chica d’Oaxaca :

Pour avoir une vie meilleure
je suis tombé amoureux de la mort,
je suis tombé amoureux de la mort
pour avoir une vie meilleure.
Il a été si bon, mon sort,
(et ma passion eut ses faveurs)
qu’aujourd'hui je domine la mort :
c’est que je suis son créateur.

PS / 
Au sein de la détresse physique et morale, la Mort nous guide vers une vie meilleure.

C'est là :  valeur éthique du culte de la Santa muerte, culte jailli au creux de la crise sociale qui affecte plus particulièrement Mexico.

Voir au-delà de la couleur violette qui débouche sur la nuit noire des temps...

Repost 0
Published by Saint-Songe©
commenter cet article
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 10:13
Edwin Long, “The Finding of Moses”

Edwin Long, “The Finding of Moses”

Raphael Delorme FEMME DANS LA VILLE, VERS 1930 'FEMME DANS LA VILLE', AN OIL ON CANVAS BY RAPHAEL DELORME, CIRCA 1930. SIGNED AND WITH EXHIBITION LABEL FROM 1979

Raphael Delorme FEMME DANS LA VILLE, VERS 1930 'FEMME DANS LA VILLE', AN OIL ON CANVAS BY RAPHAEL DELORME, CIRCA 1930. SIGNED AND WITH EXHIBITION LABEL FROM 1979

        Lot 31 RAPHAËL DELORME (1885-1962)  FEMME AUX ARMURES, VERS 1945

Lot 31 RAPHAËL DELORME (1885-1962) FEMME AUX ARMURES, VERS 1945

Repost 0
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 10:02
MANTRA (de ma devise)

TOUT CE QUI NE VA PAS DANS LE SENS DE L'AMOUR EST A BANNIR

TOUT CE QUI SERT LA HAINE EST A PROSCRIRE   -  B. D

ILLUSTRATIONS  LAO SHENG ATELIERS

ILLUSTRATIONS LAO SHENG ATELIERS

Repost 0
9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 16:22

Certes, personnages vides, fantômes sortant de l'ascenseur, au même instant, suivant le corps réel de qui prend l'escalier hélicoïdal de notre "société du spectacle"... parlant une autre langue sexuée que notre pulsion silencieuse, mais du moins - dans la pluie gelée du soir tombant -, revenus de plusieurs mondes dissolus, ils sont de la sixième extinction de l'Humanité, personnages de nos ombres entremêlées, à vouloir chercher spiritualité, sympathie-empathie, un tantinet absents d'eux-mêmes exfiltrés du partage écologiste, à découvrir l'autre dans sa danse singulière, par l'aveu anglais d'une approche hors-monde :

"I discovered that ordinary human beings with no great pretensions of being handsome were somehow singing and beautiful in their rhythms. The people that I prefer to use again and again as models are friends [and relatives] with a very lively mental life...I discovered that I had to totally respect the entity of a specific human being, and it’s a whole other set of insights, a whole other set of attitudes. It’s a different idea of beauty and it has to do with the gift of life, the gift of consciousness, the gift of a mental life."

-George Segal, 1970

(approximativement traduit par : "J'ai découvert que les êtres humains ordinaires, sans prétention grande d'être beau, étaient en quelque sorte chantants et magnifiques dans leurs rythmes. Les personnes que je préfère utiliser à maintes reprises comme modèles sont amis [et proches] avec une vie mentale très animée ... J'ai découvert que je devais respecter totalement l'entité d'un être humain spécifique, et c'est tout un ensemble d'idées, toute une série d'attitudes. C'est une idée différente de la beauté et elle a à voir avec le don de la vie, don de la conscience, le don d'une vie mentale ".

 

Résultat de recherche d'images pour "george segal"

GEORGE SEGAL

Repost 0
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 06:47
A QUELLE DANSE ADAPTES-TU LA VIE ?

Tu t'adaptes à quelle danse
celle de l'imaginaire ou de la dure réalité de la terre
celle de l'imagination ou de celle où ce sera le premier anniversaire de la déraison
celle d'une nuit de château ou de celle d'un taudis
celle des pierres roses de la lumière de la côte granitique 
ou de celle des enfers noirs des rochers de nos désespoirs
Poupée au fond de la bouteille d'espace qui danse
Tu t'adaptes à quelle chance
de pouvoir respirer l'air pur qui reste autour de la terre
Quel jour jongle-t-on encore avec de saines et bonnes pensées
plus que de toutes ces journées d'insultes lancées à la face de tout le monde
Quelle épaisseur de murs y-a-t-il entre Joie et peine
entre haine et amour
entre toi et moi
L'heure va s'éteindre sans qu'on n'aura eu le temps de s'aimer ni de semer un goût d'étoiles à la fraîcheur de nuit
Étudies donc la profondeur du ciel de tes synapses
pour savoir à quelle danse tu donnes le véritable espace
à ta vie terrestre l
Ami(e)s de partout, à quelle danse offres-tu tes lèvres
pour embrasser une digne Sagesse humaine 
qui nous reste ici et là tant tout va si vite
dans une danse folle ?

Il manquera toujours la ferveur de l'espérance d'un enfant si vous persévérez à ne prier qu'en adulte...

L'enfant, penché tel un oiseau dessus la margelle de la fontaine, il contemple la profondeur du ciel dedans l'eau
d'un aussi bleu pâle que ruban d'enfant de Marie, oui, ne le grondez pas, il consulte l'âme des gens qui doute(nt) qu'une fontaine attendrit et élargit l'espace de la réflexion, ne le grondez pas, il pourrait s'envoler !

Poser sur les yeux, d'autres yeux, les lunettes de l'esprit, y voir beaucoup mieux en profondeur, au profil appliqué, ce qui y vaciller... S'ajuster ensuite à la plus tendre des pensées du monde intérieur, à défaut de celle, meilleure, du monde extérieur (chaque pays a sa douleur car qui de la Corée du Nord qui pousse la crise "internationale" à s'alarmer du sort mondial...sans oublier que cela exista bien avant les années 70... Risque de conflit nucléaire ? Dérapage verbal constant ? La clé de l'énigme serait en Chine car la quasi totalité du commerce extérieur de Pyongyang s'organise avec elle.. Oh, Pékin déstabiliserait tout le processus de paix sur son propre territoire, à propulser un effondrement du régime...) L'heure bénie sonnerait-elle une communion de pensée dans la beauté universelle, pour une fois, sans souffler d'un ennui profond à ce que plus rien ne bouge d'un iota, lassitude venant, au gré du fil de l'Histoire sereine d'une Humanité une et indivisible ? Qui remercie Dieu de sa "présence" féconde, à voir pousser fleurs et arbres, à voir vivre sans ego les animaux, à constater heureux les minuscules insectes, papillons faisant si pleine couleurs voletant, l'Humanité semble cuver un reste d'aigreur dans un athéisme forcené, par tous les pores de son ennui : - quoi, rien de neuf sous le soleil depuis 2000 ans ?... Quelle est cette douceur d'être face à tant de viols et de violences multiples, démultipliés à l'infini des maudits silences des prieurs fervents, et de méditants ? Plénitude rime-t-elle avec béatitude ou solitude meurtrie ? A quelle danse adaptes-tu LA VIE ? Où, la vie coule, où se déroule la vie douce ? Où l'à-venir, quelle heure est belle, où la vie roule, bonheur ? Où la vie coule-t-elle heureuse ?

La lune est pleine et blanche, Dieu vient d'allumer sa Lampe... Il n'a pas clos l'univers, même au passage des nuages noirs devant elle, la voilant, puis la faisant réapparaître, ainsi que de pages en pages s'écrivent d'admirables livres dans et pour le silence des Biblio-médiat/hèques... Sans oublier ni le pastel des tendresses, ni l'aquarelle des équités humaines, l'absence-présence discerne ses Projets dont pas une âme en vie n'en a l'assurance d'un fait prochain. Où donc seraient passés tant de siècles déjà faits, si les arts n'en avaient témoigné l'encorbellement et l'assise éternels ? 
Fragile équilibre, à minuit qui sonnera.
Un jour aura disparu dans le prochain qui viendra.

Il fut un temps où Il n'existait pas
(alors, qui fut là ?) -

Crédit photographique S. GIACOMUZZI

Crédit photographique S. GIACOMUZZI

Repost 0
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 15:11

Résultat de recherche d'images pour "anne laure sacriste"

anne laure sacriste
 
 
 
OUI... Ce mien Blog Saint-Songe, oui...
Une vision esseulée dans mon cœur : tout soleil brille aussi dans la nuit : extrême éclat, extrême soleil, extrême nuit, sommes-nous aveugles de toute vie sans puissance de nos regards explorant le monde des images (dès 3 ans, tablette collée à l'œil, quasi...), un claustra de bois ajouré nous sépare de l' Éternel tel un LOINTAIN RÉGNANT, style de william Morris

 

 
Visage dissimulé, devenu grotesque, tragique dans L' écho des grilles de carmélites sous le signe ici de l'ornement de La beauté universelle essentielle qui va de pair avec une démarche picturale (ce n'est pas la dimension d'une toile qui en fait sa valeur, mais bel et bien l'écho de résonance en nous.) :
Une nature morte est bien plus vivante à nos yeux que n'importe quel art décoratif ou motifs de papier peint !
l'art de la vie s'entremêle à la Nature, et notre culture, elle se glisse ainsi en nos expériences (intérieures selon Bataille) -
Le double espace de notre vécu est ainsi dédoublé : fantasmé-réel ; physico-psycho spirituel, tel mon blog Saint-Songe.
Mes crobars, en plus-value. Visibles dans leurs volets de "toile" (votre page Internet) -
Ils sont la traversée de nos inexactitudes inquiètes (depuis la fièvre asiatiques, 1950 / 60 , aux guerriers de l' ETA / IRA / PAF / Brigades rouges de la décennie 70/80.... 1990... Frictions arabo-musulmanes.  2000 / Daesch , après quid de la Corée du Nord, si la chine et la Russie ne veulent "attaquer" l'Amérique ? Un fou de plus qu'Hitler, sur terre ?
 
Au sol, des surfaces miroitantes, que donnent-elles à refléter/voir autres qu'elles-mêmes ? Peintures des nuages filant ?
Cuivre,solaire sur verre noir du ciel aux jeux de reflets iridescents.
 
Reproductions graphiques, ci-dessus: Anne laure SACRISTE , ci-dessous Claire TABOURET / LES ETREINTES, 2017
 
 
Résultat de recherche d'images pour "CLAIRE TABOURET  les étreintes 2017"
CLAIRE TABOURET / LES ETREINTES, 2017
Repost 0
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 08:04
ONE DAY / BROKE A MIRROR, villa medicis, roma 2017

ONE DAY / BROKE A MIRROR, villa medicis, roma 2017

"Je préfère ne pas être aimé pour ce que je suis que d'être aimé pour ce que je ne suis pas" Georges Simenon

Car enfin ces moqueurs ne pensaient pas, ils n'avaient aucune opinion sur lui, les sans-cœur emplis de clichés sur ceux qu'ils condamnaient et sur des drames, est-ce qu'ils se prenaient pour des super-héros, eux ? On finirait par les croire, ces estrémaçons (épée de paroles à double-tranchants)

 

Le soleil ne se reflète pas dedans le ciel embué
Le brouillard, en buée, embrouille l'art de la cité
Il fait n'importe quel matin
soudain
C'est pareil à ce que les humains
ne supporteraient plus le regard du Divin
sur leurs actes
puisque de l'autre côté
ils seraient déjà arrivés
de sorte que Le Visage
ne se voyait que tête basse
et encore de guerre lasse
de façon ... bien cachée !
 
Power-on
Pull-in
HACHE TAG
Tourne à petit bouillon dans la faïence blanche du ciel
via l'encre noire des vies écrites qui vont de par les rues
sous la Nue
susdite
Dénaître
c'est traverser l'océan de l'inconnu
à la morsure des gouttelettes de pluie pelues
à rejoindre l'eau de la fièvre du Naître
TABOURET CLAIRE (duel au soleil, 2013)

TABOURET CLAIRE (duel au soleil, 2013)

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Saint-Songe
  • Le blog de Saint-Songe
  • : Journal Poético-Littéraire Spirituel
  • Contact

Recherche